Posted by: africanpressorganization | 14 January 2009

République Centrafricaine / Cour pénale internationale / La France soutient depuis l’origine l’action de la Cour pénale internationale

 


 

 

 

République Centrafricaine / Cour pénale internationale / La France soutient depuis l’origine l’action de la Cour pénale internationale

 

BANGUI, République Centrafricaine, 14 janvier 2009/African Press Organization (APO)/ — Actualités diplomatiques du ministère français des Affaires étrangères / Point de presse du 14 janvier 2009

 

 

”Deux plaintes ont été déposées devant la Cour pénale internationale en 2004 concernant la République centrafricaine. L’une émane d’organisations de défense des droits de l’Homme, l’autre du gouvernement centrafricain lui-même. Sur la base des renseignements fournis, le procureur de la Cour a ouvert une enquête qui a abouti à l’arrestation de l’ancien vice-président congolais, Jean Pierre Bemba.

 

La CPI examine actuellement les accusations de crimes de guerre et crimes contre l’humanité portées par le procureur contre M. Bemba. Si elles étaient confirmées, elles devraient déboucher sur l’ouverture d’un procès.

 

La France soutient depuis l’origine l’action de la Cour pénale internationale. Notre pays a signé le Statut de Rome dès juillet 1998 et l’a ratifié en juin 2000. Elle suit avec une attention particulière la procédure en cours, qui est une nouvelle manifestation de la volonté de la communauté internationale de faire la lumière sur les crimes les plus graves et de lutter contre l’impunité, notamment contre les violences sexuelles faites aux femmes dans les conflits armés, qui sont insoutenables”.

SENEGAL

 

(L’association Aides, intervenant dans la lutte contre le sida, a interpellé hier Rama Yade au sujet de la condamnation récentes de neuf personnes, dont le président d’Aides Sénégal, pour ”homosexualité”. Ils sont considérés comme des prisonniers de conscience par Amnesty International. La

 

France se préoccupe-t-elle de leur sort ?)

 

 

Nous déplorons la condamnation à huit années de prison ferme de ces neuf ressortissants sénégalais en raison de leur orientation sexuelle et formons le vœu qu’ils puissent être rapidement libérés.

 

Dans le prolongement de la déclaration sur les droits de l’Homme et l’orientation sexuelle présentée par la secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et aux droits de l’Homme, Rama Yade, avec le soutien de 66 pays, en décembre dernier lors de la 63ème session de l’Assemblée générale des Nations unies, nous renouvelons notre appel à une dépénalisation universelle de l’homosexualité.

 

Alors que nous venons de célébrer le 60ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme, qui affirme que chacun peut jouir des droits qui y sont énoncés sans aucune discrimination et notamment de sexe, nous rappelons la nécessité pour tous les Etats de garantir le respect des droits de l’Homme à tous les individus, quelle que soit leur orientation sexuelle.

 

 

 

SOURCE : France – Ministry of Foreign Affairs


Categories

%d bloggers like this: