Posted by: africanpressorganization | 23 June 2015

Visite du Représentant Régional de l’ONUDC au Centre de Prise en charge Intégrée des Addictions de Dakar (CEPIAD) suivi d’un point de presse.


 

Visite du Représentant Régional de l’ONUDC au Centre de Prise en charge Intégrée des Addictions de Dakar (CEPIAD) suivi d’un point de presse.

 

DAKAR, Sénégal, 23 juin 2015/African Press Organization (APO)/ Le trafic et l’abus de drogues menacent la sécurité et la stabilité de nos Etats, hypothèquent nos économies, compromettent la paix sociale en déstabilisant nos familles et posent des problèmes de santé publique, tout en étant une des principales causes de la propagation de l’infection du VIH/SIDA. Le continent africain est une zone particulièrement vulnérable au trafic et à l’abus de drogue du fait de son instabilité politique et de la jeunesse de sa population.

Selon le dernier rapport mondial sur les drogues de 2014 produit par l’ONUDC, on estime à 6 millions d’usagers de drogues en Afrique (https://www.unodc.org/wdr2014/) dont 1,5 million en Afrique de l’Ouest. De nouvelles données seront publiées dans les jours à venir dans le rapport mondial sur les drogues 2015. Le Sénégal n’est pas en reste car les cas de trafic, de détention et d’abus de drogues sont multiples. Entre 2014 et 2015, les nombreuses saisies de drogues effectuées par les forces de défense et de sécurité, dépassant les 20 tonnes toutes drogues confondues, montrent que le Sénégal n’est pas seulement un pays de transit la drogue, mais constitue une zone de production et de consommation.

Selon l’évaluation de la situation faite par l’ONUDC (2012) pour la région, on assiste à une augmentation de la polytoxicomanie, le cannabis étant de loin la drogue la plus consommée avec plus de 60% des cas d’usage et des motifs de consultation médicale, suivi par la cocaïne, le crack-cocaïne et l’héroïne. Il faut aussi noter l’usage de produits inhalant chez les jeunes des rues. L’enquête UDSEN (Usagers de Drogues au Sénégal) réalisée en 2011 dans la Région de Dakar avec le CNLS (Conseil National de Lutte contre le Sida) estime à 1324 le nombre d’usagers de drogues injectables (héroïne et crack cocaïne) avec un taux d’infection au VIH/SIDA de 9.4% comparé aux 0,7% au niveau de la population générale sénégalaise. Suivant le dernier rapport de 2014 de l’administration pénitentiaire, sur les 36.028 personnes incarcérées dans les prisons sénégalaises, 25.6% sont détenues pour des faits de trafic, de détention ou d’usage de drogues.

La consommation et la dépendance aux drogues touchent une bonne frange de la population et notamment les jeunes. Le phénomène envahit même le milieu scolaire. C’est pourquoi à l’occasion de la Journée Internationale de lutte contre l’abus et le trafic de drogues, célébrée le 26 juin 2015, les acteurs de la lutte au Sénégal ont choisi pour thème « Mobilisons nous pour une école à l’abri de la drogue ». Ce thème national s’inscrit dans le thème retenu par la communauté internationale qui stipule : « le développement de nos vies, de nos communautés, de nos identités, sans drogues ».

Ces messages traduisent la vision de l’ONUDC selon laquelle la lutte contre la drogue doit reposer sur une approche cohérente et équilibrée : d’un côté réduire l’offre de drogues et de l’autre réduire sa demande. Cela signifie que, d’une part, l’ONUDC appuie le travail des forces de défense et de sécurité sénégalaises qui démantèlent les organisations criminelles et interpellent les narcotrafiquants afin d’assurer la protection de la population contre les méfaits de la drogue, et que d’autre part, l’ONUDC soutient les acteurs de la société civile et les services socio-sanitaires du Sénégal, qui mettent en place des interventions efficaces pour prévenir l’usage de drogues et proposent des thérapies appropriées aux personnes qui en sont victimes.

En prélude à la Journée Internationale dédiée à la lutte contre l’abus et le trafic de drogues, le Représentant Régional de l’ONUDC visitera le CEPIAD (Centre de Prise en charge Intégrée des Addictions de Dakar) qui est le premier centre spécialisé dans le traitement des personnes victimes d’addiction aux drogues en Afrique de l’Ouest). Ce centre mis en place et inauguré en décembre 2014 au sein de l’Hôpital Fann par Madame le Ministre de la Santé et de l’Action Sociale est le fruit de la collaboration fructueuse de l’ONUDC avec l’Etat du Sénégal, le CNLS, ESTHER (Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière en Réseau) la France, le Fonds Mondial et l’OMS en matière de lutte contre la dépendance aux drogues. Dans ce centre est initié pour la première fois dans la sous région le traitement de substitution aux opiacés avec de la Méthadone.

La visite officielle du représentant Régional de l’ONUDC au CEPIAD est prévue le jeudi 25 juin à 10H et sera suivie d’un point de presse à 11H00 à la salle de Conférence de l’Hôpital Fann. Le point de presse sera l’occasion d’évoquer la situation du trafic et de l’abus de drogue au Sénégal et en Afrique, mais également de présenter le CEPIAD comme étant une réponse concrète de prise en charge des personnes victimes d’addiction aux drogues, à même de pouvoir servir d’exemple à suivre pour d’autres pays africains.

 

SOURCE 

NATIONS UNIES


Categories

%d bloggers like this: