Posted by: africanpressorganization | 14 October 2014

JOURNEE MONDIALE DE L’ALIMENTATION : LE SENEGAL CELEBRE L’AGRICULTURE FAMILIALE A KEDOUGOU


 

JOURNEE MONDIALE DE L’ALIMENTATION : LE SENEGAL CELEBRE L’AGRICULTURE FAMILIALE A KEDOUGOU

 

DAKAR, Sénégal, 14 octobre 2014/African Press Organization (APO)/ COMMUNIQUÉ DE PRESSE CONJOINT

A l’instar de la communauté internationale, le Sénégal célèbrera,le jeudi 16 octobre la Journée mondiale de l’Alimentation (JMA) qui aura lieu cette année à Kédougou. Cette célébration est organisée sous la présidence effective du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural (MAER) S.E.M. Pape Abdoulaye Seck et sous l’égide de la FAO (Organisation des nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture), en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et le Fonds International de Développement Agricole (FIDA).

Cette année, la journée mondiale de l’alimentation a pour thème « Agriculture familiale : Nourrir le monde, préserver la planète ». Pour rappel, l’année 2014 a été déclarée Année de l’Agriculture Familiale par l’Assemblée Générale des Nations Unies. L’objectif est ainsi d’attirer l’attention de la communauté internationale sur le rôle et l’importance de l’agriculture familiale dans la lutte contre la faim et la malnutrition, tout en préservant notre planète des effets néfastes encourus et de façon durable. Ceci vise également à remettre l’agriculture familiale au centre des politiques agricoles, environnementales et sociales dans les programmes d’action nationaux, en identifiant les lacunes à combler et les opportunités offertes, afin de favoriser la transition vers un développement durable plus équitable et plus équilibré.

L’agriculture familiale englobe toutes les activités agricoles reposant sur la famille, en connexion avec de nombreux aspects du développement rural. L’agriculture familiale permet d’organiser la production agricole, forestière, halieutique, pastorale ou aquacole qui, sous la gestion d’une famille, repose essentiellement sur la main-d’oeuvre familiale, les hommes autant que les femmes. Au Sénégal, l’agriculture familiale est la principale forme d’agriculture et représente 95% des exploitations agricoles.

Cette 34èmeédition de la Journée mondiale de l’Alimentation coïncide avec la célébration de la 5ème édition de la journée nationale du fonio qui se tiendra également le 16 octobre à Kédougou, sous la présidence du Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural (MAER), Son Excellence Monsieur Pape Abdoulaye Seck. Le thème de cette année est « Agriculture familiale et relance de la production du fonio ».A l’occasion de cette journée nationale du fonio, les acteurs de la filière fonio en Afrique entendent rappeler à la communauté internationale la nécessité d’encourager les pays producteurs à initier ou soutenir des politiques ou programmes pour une relance effective du fonio.

En prélude à la cérémonie officielle et aux manifestations culturelles qui se tiendront le jeudi 16 octobre à Kédougou, un concours culinaire et une conférence scientifique sont organisés le mercredi 15 octobre.

La presse nationale et internationale est cordialement conviée à cet important événement qu’est la célébration de la journée mondiale de l’alimentation 2014, année internationale de l’agriculture familiale.

AGRICULTURE FAMILIALE Selon la FAO, en 2010, près de 75 % des trois milliards trois cent millions de ruraux dans le monde travaillent dans les exploitations agricoles familiales et leur proportion dans la population totale dépasse encore les 50 % en Afrique subsaharienne et dans certaines régions d’Asie. L’agriculture familiale est celle qui est pratiquée par les exploitations agricoles familiales. C’est-à-dire par toutes les exploitations agricoles qui sont gérées par une famille et dont au moins une partie des activités productrices sont prises en charge directement par les membres de cette famille. L’agriculture familiale remplit quatre grandes fonctions essentielles dont l’importance relative varie en fonction des régions du monde : – Elle contribue à fournir une partie généralement importante des moyens d’existence des familles d’agriculteurs ; – Elle assure l’approvisionnement en nourriture des populations rurales et urbaines (sécurité alimentaire) ; – Elle constitue un élément fondamental dans la constitution de l’identité sociale des agriculteurs et dans la formation de réseaux sociaux et culturels forts dans les campagnes ; – Elle joue souvent un rôle majeur dans la gestion durable des ressources naturelles et du paysage. Selon la FAO, 1,3 milliard de personnes dans le monde travaillent au sein d’une exploitation agricole familiale. Première source d’emplois et d’approvisionnement en produits alimentaires, l’agriculture familiale regroupe cependant la majorité des plus pauvres. L’agriculture familiale produit plus de 70% de la production alimentaire et gère une proportion considérable des ressources naturelles. Ce modèle d’agriculture caractérisé par sa diversité et sa résilience, a la capacité de proposer des réponses adaptées aux défis alimentaires, sociaux et environnementaux. La reconnaissance et le soutien aux agricultures familiales sont indispensables pour lutter contre la pauvreté et construire un développement durable. Pour valoriser leurs atouts, les agricultures familiales ont besoin d’un meilleur accès aux engrais, aux semences, au crédit, aux marchés et à l’information, mais aussi d’investissements dans de nombreux secteurs : la santé, l’éducation, les biens publics, la mobilité des personnes et le social pour répondre à la croissance démographique et à la demande alimentaire, les agricultures familiales vont avoir besoin de davantage de terres, d’eau et d’énergie. Tout cela justifie la dédicace de 2014 comme Année internationale de l’Agriculture Familiale (AIAF).

THÈME : ”AGRICULTURE FAMILIALE ET RELANCE DE LA PRODUCTION DU FONIO”

Fonio : Une céréale aux nombreuses vertus, mais peu connue des Sénégalais (Jade/Syfia)-Le fonio (Digitaria exilis) est une céréale millénaire essentiellement cultivée dans les exploitations familiales agricoles au Mali, au Burkina Faso, en Guinée, au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Tchad et au Togo. Avec un cycle de 90 à 120 jours, le fonio est réputé être un aliment de soudure. Sa culture, qui ne demande pas beaucoup d’eau et d’intrants chimiques permet de valoriser des sols dégradés. Sa particularité est qu’il peut être cultivé dans des sols pauvres et rocailleux. Sans engrais, le fonio permet un rendement de 800 kg à 1,2 tonnes à l’hectare.La céréale est connue pour sa consommation appropriée pour les diabétiques. ”Son indice glycémique est assez faible. Il est de l’ordre de 55, voire 60% ; contrairement au riz qui atteint les 100%”, indiquele professeur Amadou Tidjane Guiro, recteur de l’Université du Sine Saloum de Kaolack (USSK). Cette savoureuse céréale a bien des atouts et des vertus énormes qui méritent d’être valorisés. Ce que font déjà l’ISRA (Institut sénégalais de recherches agricoles) et l’ITA (Institut de technologie alimentaire du Sénégal) avec leurs innovations technologiques pour améliorer la productivité du fonio et lutter contre l’insécurité alimentaire. Une étude menée en 2010 dans la région de Kédougou par l’Organisation des nations unies pour le développement industriel (ONUDI, en collaboration avec le gouvernement du Sénégal a montré que 90% des femmes de la localité s’activent autour du fonio qui occupe la principale activité économique de la région. En dépit de ses valeurs nutritionnelles et médicinales, le fonio est peu connu des Sénégalais et reste une céréale reléguée au second plan. Pourtant, il permet de préparer plusieurs mets appréciés des gourmets : diverses bouillies, coucous, yassa, en plus des beignets et des gâteaux. Cette céréale a aussi des usages polyvalents : le son sert à nourrir les animaux, le fonio paddy sert à la volaille. Le foin est donné aux animaux mais il peut être utilisé pour la construction des habitations. Malgré ses atouts, le fonio ne remplit pas les conditions pour mieux être réintégré dans les exploitations familiales agricoles. C’est pourquoi, à l’occasion de cette journée du 16 octobre 2014, les acteurs de la filière sollicitent le soutien du gouvernement et de leurs partenaires techniques et financiers, des programmes innovants pour faire de cette céréale un aliment stratégique de lutte contre la pauvreté, la faim et la malnutrition.

 

SOURCE 

Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO)


Categories

%d bloggers like this: