Posted by: africanpressorganization | 27 August 2014

EBOLA : Au Libéria, le système de santé a besoin d’un soutien massif pour faire face à la propagation de l’épidémie


 

EBOLA : Au Libéria, le système de santé a besoin d’un soutien massif pour faire face à la propagation de l’épidémie

 

PARIS, France, 27 août 2014/African Press Organization (APO)/ La propagation du virus Ebola révèle les limites des systèmes de santé des pays affectés. Les ONG et acteurs non-gouvernementaux sont plus que jamais mobilisés et tentent d’apporter un soutien à ce système de santé qui, déjà en difficulté dans ses activités quotidiennes, ne peut absorber un tel choc épisodique sans un soutien international.

 

A Monrovia, capitale du Liberia où vivent plus de 420 000 habitants, plus de 200 cas d’Ebola ont déjà été recensés. Sur place l’équipe d’Action contre la Faim tente de déployer une réponse d’urgence malgré la déstabilisation avérée du système de santé du pays.

 

Centres de santé fermés, personnel médical absent, manque d’approvisionnement en médicament et veille épidémiologique peu efficace, c’est dans ces conditions que le dispositif médical du pays le plus touché par Ebola (Organisation Mondiale de la Santé) fait face à la propagation du virus.

« Le système de santé du ministère et du gouvernement est aujourd’hui totalement dépassé par la situation, il y a des dysfonctionnements à de nombreuses étapes du processus de surveillance et de gestion de cette épidémie » explique Patrick Andrey, coordinateur d’urgence d’Action contre la Faim sur l’épidémie Ebola au Libéria.

 

Malgré les dysfonctionnements, les équipes d’Action contre la Faim, impliquées dans le dispositif de lutte contre le virus et auprès d’ONG médicales sur le terrain, soutiennent le ministère de la Santé logistiquement, dans le suivi des personnes ayant été en contact avec des cas avérés d’Ebola. Les équipes interviennent également pour sensibiliser les populations aux pratiques de prévention du virus.

 

Action contre la Faim supporte spécifiquement l’instance qui est en charge du suivi des personnes ayant été en contact avec des cas avérés d’Ebola. Les équipes soutenues suivent ces « personnes contacts », pendant 21 jours, durée maximale d’incubation du virus. Si des symptômes se déclarent, elles sont référées à d’autres structures qui pourront infirmer ou confirmer la contraction du virus. 390 personnes sont actuellement suivies quotidiennement, il faut s’attendre à ce que ce chiffre augmente sensiblement dans les semaines à venir.

 

Par ailleurs Action contre la Faim travaille également à prévenir les risques de transmission du virus à travers la mise en place de petites infrastructures d’eau chlorée dans des lieux de forte concentration de personnes comme les marchés, les églises, les mosquées ou les centres de santé. Le but est de s’assurer que les personnes qui fréquentent ces lieux, se lavent systématiquement les mains et réduisent ainsi significativement les risques de transmission.

 

Action contre la Faim mène des actions de prévention et de sensibilisation dans les 2 pays d’Afrique de l’Ouest les plus touchés par l’épidémie, le Liberia et la Sierra Leone.

 

 

SOURCE 

Action Contre la Faim


Categories

%d bloggers like this: