Posted by: APO | 20 April 2012

LA CLEF D’UN INVESTISSEMENT REUSSI A LONG TERME EN AFRIQUE RESIDE DANS UNE FORTE PRESENCE AU NIVEAU LOCAL


LA CLEF D’UN INVESTISSEMENT REUSSI A LONG TERME EN AFRIQUE RESIDE DANS UNE FORTE PRESENCE AU NIVEAU LOCAL

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 20 avril 2012/African Press Organization (APO)/

APERÇUS TIRES DE LA CONVERSATION KPMG AFRIQUE : « INVESTIR EN AFRIQUE »

(18 AVRIL 2012 – DISPONIBLE SUR HTTP://WWW.ABNDIGITAL.COM)

L’Afrique, qui a un grand besoin en financements, fait partie des régions du monde qui se développent le plus rapidement ; son positionnement comme destination internationale de choix pour effectuer des investissements est désormais solidement ancré. En 2012-13, la croissance prévue du continent est de 5 % et selon les estimations, son PIB pourrait atteindre 2,6 billions de dollars US en 2020. Les résultats économiques de chaque pays connaissent bien entendu différents niveaux de réussite, mais à travers tout le continent se manifestent de véritables opportunités commerciales qu’alimentent une demande inextinguible pour les ressources du continent, la croissance rapide de la population et une évolution sans précédent de la demande des clients, ainsi que le développement des infrastructures qui découle de tout ceci et dont toutes les régions ont un besoin urgent.

Logo: http://www.apo-mail.org/kpmg.jpg

Tim Bashall (Responsable de stratégie, KPMG Afrique) déclare, à propos de ces grandes tendances qui façonnent l’avenir de l’Afrique : « Ici, nous avons de toute évidence à faire à des stratégies d’investissement à long terme. L’actualité de l’Afrique comporte encore une part d’incertitude politique et économique mais dans l’ensemble, les opportunités commerciales connaissent une nette amélioration. Les investisseurs envisagent donc des cycles de 15 à 20 ans. »

Raman Dhawan (Directeur général, Tata Africa) explique que la décision du groupe de se développer en Afrique était bien réfléchie car les dirigeants du conglomérat indien ont reconnu la nécessité de s’exporter. « Nous sommes venus en Afrique du Sud et en Afrique pour marquer notre présence sur le continent et nous nous intéressons aux secteurs qui ne sont pas encore exploités, tels que les télécommunications. Nous sommes parvenus à nous installer dans une douzaine de pays, dont l’Afrique du Sud, qui nous sert de point de référence pour notre activité dans les autres pays africains. »

De nombreux investisseurs craignent encore les risques potentiels que représente un investissement financier en Afrique. Tim Bashall explique : « Nous savons que les gens sont préoccupés par les risques politiques et les changements de la législation dans différents pays africains. Mais les choses se sont beaucoup améliorées. » Les pays africains gagnent de plus en plus en stabilité et le secteur public offre quantité d’exemples prometteurs de réformes qui ont permis d’améliorer le paysage économique, et notamment les cadres réglementaires.

Pour limiter les risques, il est essentiel d’être présent au niveau local, sur place. C’est ainsi que naît la possibilité de prendre en compte les réalités et les défis les plus importants de façon pertinente et adaptée. Le manque de personnel correctement formé offre une occasion de mettre sur pied des équipes qui conviennent à l’environnement économique. Henri Obi (Responsable en chef des opérations chez Helios Investment Partners) confie : « Pour nos opérations en Afrique, la stratégie que nous adoptons consiste à embaucher des responsables commerciaux au niveau international qui ont déjà fait leurs preuves ailleurs. Pour nous, peu importe d’où vient le talent, pourvu qu’il réponde à nos besoins. Bien sûr, le capital humain est l’un des plus grands risques en Afrique. Pourtant les entreprises ont réussi à surmonter ce défi avec succès pendant des décennies, mais ne sont pas parvenues à faire connaître les expériences réussies. »

Dapo Okubadejo, de KPMG, propose de nombreuses idées aux investisseurs potentiels qui cherchent des opportunités en Afrique. « Acheter et développer les entreprises existantes, investir dans les chaînes de valeur tout en nouant des partenariats dans les secteurs de la logistique et de la distribution, collaborer dès le départ avec les institutions régulatrices, bâtir votre capital humain avec rigueur et adopter une approche stratégique basée sur la présentation de portfolio. »

Henri Obi ajoute : « Faire des affaires en Afrique nécessite beaucoup de patience et de temps, mais tous ces efforts peuvent être très gratifiants. Les entreprises qui veulent investir dans des pays africains doivent comprendre les cultures locales, c’est important. »

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour KPMG International.

À propos de KPMG International

KPMG (http://www.kpmg.com) est un réseau mondial de prestations de services d’audit, fiscaux et de conseil. L’ensemble de nos cabinets affiliés compte 138 000 personnes dans 150 pays. Les cabinets indépendants du réseau KPMG sont affiliés à KPMG International Cooperative (« KPMG International »), entité de droit suisse. Chaque cabinet KPMG est une entité juridique distincte qui se décrit comme telle.

Contact :

Nom : Tim Bashall

Titre : Responsable de stratégies : KPMG Afrique

Tél : +27 (11) 647 7700

E-mail : tim.bashall@kpmg.co.za

Nom : Dapo Okubadejo

Titre : Collaborateur et Responsable, Conseils financiers (transactions et restructuration), KPMG au Nigéria

Tél : +234 (0) 803 402 0964

E-mail : Dapo.Okubadejo@ng.kpmg.com

SOURCE

KPMG International


Categories

%d bloggers like this: