Posted by: africanpressorganization | 23 March 2012

Crise au Mali / 2 06.000 réfugiés ou déplacés en besoin d’aide humanitaire


 

 

Crise au Mali / 2 06.000 réfugiés ou déplacés en besoin d’aide humanitaire

 

GENEVE, Suisse, 23 mars 2012/African Press Organization (APO)/ — Malgré l’instabilité politique qui règne au Mali, Médecins du Monde continue et renforce son action auprès des populations

 

 

LE CONTEXTE

 

Le conflit qui se déroule au Nord du Mali depuis le 17 janvier 2012 entraîne de très importants mouvements de population. Les Nations Unies (OCHA) estiment à 93.000 le nombre de déplacés internes et à 113.000 le nombre de Maliens réfugiés dans un pays voisin. Ce nombre est en constante évolution.

 

Cette région fait face à un problème chronique alimentaire et nutritionnel étendu à l’ensemble de la région Sahélienne, aggravé par les déplacements de populations.

L’instabilité politique qui règne depuis le 21 mars intervient dans ce contexte.

 

 

LA REPONSE DE MDM

 

Malgré cette instabilité, Médecins du Monde (MdM) continue et renforce son action auprès des populations affectées par le conflit, déplacées (au Mali) ou réfugiées (hors Mali) dans les camps.

 

Six équipes interviennent dans le Nord-Mali où 5 tonnes de matériel médical ont été acheminées. Deux équipes interviennent au Burkina Faso dans les camps de réfugiés.

 

Médecins du Monde (MdM) appelle l’ensemble des belligérants au respect du mandat humanitaire afin de garantir une continuité indispensable dans l’accès aux populations.

 

Pour Cristina Thevenot et Olivier Vandecasteele, coordinateurs généraux de MdM au Mali : « Le Mali fait face à une crise sanitaire importante sur toute la moitié Nord du pays. Les populations sont désemparées. Les familles ont fui les combats, quitté leurs maisons, leurs champs et leur bétail. Des femmes enceintes et des personnes âgées vivent en plein air. Les combats perdurent et l’assistance humanitaire atteint difficilement les populations. Outre Médecins du Monde, très peu d’organisations peuvent accéder aux populations affectées. »

 

> Dans la région de Kidal :

Un dispensaire a été mis en place dans le camp d’Inhamzil regroupant 650 familles (près de 4000 personnes) sur la commune de d’Aguiel-Hoc dans le cercle de Tessalit. Les équipes MdM assurent les activités médicales préventives et curatives pour l’ensemble la population du camp, et distribuent du matériel de première nécessité (couvertures et ustensiles de cuisine…) acheté localement. A ce jour, plus de 700 consultations ont été réalisées et un dépistage nutritionnel systématique des enfants de moins de 5 ans est effectué. « Nous habitons la ville d’Adiel-Hoc et nous avons été surpris par l’ampleur des combats », raconte ce déplacé rencontré à Inhamzil. « Nous avons fui et nous sommes retrouvés sans rien. La situation est difficile surtout pour les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées. »

 

L’équipe Médecins du Monde à Kidal évalue la possibilité de soutenir l’hôpital de région dans la perspective des combats à venir : « La ville de Kidal se vide petit à petit à un rythme soutenu. Les échanges commerciaux sont au plus bas et les marchés ne sont plus approvisionnés. Les denrées sont chères et commencent à manquer. Les populations se préparent à fuir dans la brousse. »

 

> Dans la région de Gao, sur le cercle de Ménaka (28.000 déplacés internes sans assistance) :

Un dispensaire a été ouvert ce 22 mars dans la ville de Ménaka. Deux équipes médicales mobiles parcourent les camps de déplacés du cercle, afin de fournir des soins préventifs et curatifs.

 

> Dans la région de Mopti, sur le cercle de Youwarou :

L’hôpital, inactif depuis les attaques du 18 février, a été remis en service par les équipes de Médecins du Monde afin de permettre l’accès aux soins des populations.

 

> Au Burkina Faso :

– appui en médicaments et équipements médicaux pour la prise en charge médicale des réfugiés maliens, dans la province du Soum, autour des localités de Nassoumbou, Koutougou et Djibo, où 5000 réfugiés sont actuellement pris en charge par les équipes et les autorités sanitaires.

– mission exploratoire en vue d’un appui à l’hôpital régional de référence CHR de Dori pour les cas de malnutrition aigüe sévère avec l’établissement d’un Centre de Réhabilitation et Education Nutritionnelle (CREN) dans la salle de pédiatrie.

 

SOURCE 

Médecins du Monde


Categories

%d bloggers like this: