Posted by: africanpressorganization | 29 November 2011

Hommage à la mémoire de Madame Elisabeth Tankeu, Commissaire en charge du commerce et de l’industrie prononcé par Sem Jean Ping, Président de la Commission de l’Union africaine


 

 

Hommage à la mémoire de Madame Elisabeth Tankeu, Commissaire en charge du commerce et de l’industrie prononcé par Sem Jean Ping, Président de la Commission de l’Union africaine

 

ADDIS ABEBA, Ethiopie, 29 novembre 2011/African Press Organization (APO)/ — Hommage à la mémoire de Madame Elisabeth Tankeu, Commissaire en charge du commerce et de l’industrie prononcé par Sem Jean Ping, Président de la Commission de l’Union africaine

 

 

 

1.    Aucune parole ne saurait traduire l’émotion qui m’étreint en adressant cet ultime hommage à Madame La Commissaire Élisabeth Tankeu. En pareilles circonstances, les mots sont toujours faibles, les mots semblent dérisoires et pourtant seuls les mots peuvent dire combien sa disparition nous a tous bouleversés. Seuls les mots peuvent exprimer notre affection et notre admiration pour Madame Tankeu, en rappelant qui elle était et ce qu’elle représentait pour chacun de nous, ce qu’elle a bâti et construit. Enfin, seuls les mots pourront faire comprendre à ses enfants, à ses petits enfants combien ils peuvent être fiers de leur mère, de leur grand-mère qui a fait honneur à l’Afrique et aux valeurs qu’elle prônait par-dessus tout. Puisse cette fierté légitime en même temps que notre amitié les aider à supporter cette perte.

2.    Au nom de la Commission et en mon nom propre, je voudrais m’associer au deuil qui frappe la famille de Madame Tankeu, ses amis et son pays tout entier, le Cameroun qui vient de perdre une de ses plus illustres filles. Mes premières pensées vont naturellement à la famille endeuillée, à laquelle je renouvelle nos sincères condoléances attristées et notre compassion. Je sais la peine profonde et le chagrin immense qui vous submergent lorsque vous perdez une mère, une grand-mère…Je sais également le sentiment de désarroi que doivent ressentir ses proches et ses amis. Au gouvernement camerounais, j’adresse l’expression de toute notre sympathie.

3.    La Commission de l’Union africaine et son personnel sont aujourd’hui en deuil d’une personnalité qui a marqué l’Institution de son passage en tant que femme, en tant que Commissaire et en tant que collègue et amie. Je voudrais donc brosser en quelques traits l’image que nous garderons d’elle dans notre souvenir et rappeler ainsi le sens de son engagement et le caractère exemplaire de son parcours.

4.    Imposante de stature comme de caractère, ferme dans son engagement proche du militantisme pour tout ce qui a trait aux droits de l’Afrique, claire et nette dans ses paroles et décisions, Madame La Commissaire Tankeu était foncièrement sincère et convaincue dans ses prises de position, ennemie des compromissions mais d’une amitié sûre et de conseil éclairé. J’en veux pour preuve le témoignage ému et émouvant apporté lors de la cérémonie organisée à sa mémoire à Addis Abéba par sa collègue Madame La Commissaire Joiner au nom de tous les Commissaires pour lesquels Madame Tankeu était une sœur aînée avec une expérience avérée de femme d’État et d’Africaniste convaincue. J’ai aussi en mémoire le portrait d’une dirigeante dotée de qualités éminemment humaines qu’a dressé d’elle, à cette même occasion, le Directeur de son département qui se souvient, en sus de ses qualités professionnelles, de son rire tonitruant et communicatif et de sa faculté à mettre à l’aise ses collaborateurs quand cela était nécessaire.

5.    Pour ma part, je garde le souvenir d’une femme à poigne mais ouverte, pétrie de culture et de rigueur et d’une personnalité ancrée dans un sens inné du devoir et de l’exigence absolue aussi bien envers elle-même qu’envers les autres. C’était une travailleuse acharnée à la recherche constante de la perfection qui refusait en tout cas l’approximation. J’aimais à échanger avec elle car elle était avant tout, une africaniste engagée, brillante économiste au parcours exceptionnel de surcroît, qui a fait le choix de consacrer sa vie et son énergie à la protection et à la sauvegarde des intérêts de l’Afrique. A maintes reprises, j’ai pu me rendre compte et réaliser combien elle prenait à cœur les causes qu’elle défendait et à quel point elle voulait apporter via son Département, la contribution de la Commission à la concrétisation de la vision d’une Afrique où il fait bon vivre et qui pèse dans le concert des Nations.

6.    Beaucoup de personnes ont, en leur jeunesse, des rêves généreux ; mais bien peu parviennent à les conserver et à les faire partager. Madame Elisabeth Tankeu était de cette trempe. S’il fallait, à côté des décorations qu’elle a reçues, épingler une devise qui résumât sa vie, je mettrais certainement « Afrique et développement » car elle avait voué la plus grande partie de sa vie, de son énergie au développement de notre continent pour l’essor duquel disais-je tantôt, elle bataillait ferme. Ayant embrassé cette cause jeune, elle eut toute sa vie le regard axé sur le devenir de l’Afrique qui devait être brillant et radieux et elle a su entrainer ses collègues et collaborateurs dans cette voie. Femme de caractère et d’engagement, elle n’a jamais voulu transiger avec les principes et les valeurs de notre Organisation, elle les a toujours défendus avec la même énergie qu’elle a montrée tout au long de son sacerdoce au service de notre Continent, parfois jusqu’à l’épuisement.

7.    En ce jour à la fois de chagrin et d’espérance, je veux aussi penser au courage et à la force de caractère formidable qui habitaient Madame Tankeu et qui l’ont soutenue face à toutes les épreuves qu’elle a vécues, comme la longue maladie de son mari. Aujourd’hui, ici à Bangoua, Elisabeth Ntaenga Ngatchou Tankeu retrouve Samuel Roland Tankeu. A un an d’intervalle, c’est comme s’ils ne se sont jamais quittés, eux pour qui « l’attachement donnait un sens à la vie » et dont « la joie suprême était la joie d’aider l’autre à vivre ». J’apporte donc à ses enfants et à ses petits enfants, à sa famille et à ses amis, ainsi qu’à son pays, l’assurance de notre amitié et le témoignage d’admiration de toute la Commission pour qui elle restera un exemple de probité intellectuelle, d’engagement et de courage. Nous nous souviendrons toujours de cette femme qui malgré ses soucis personnels, savait faire preuve d’humour et accomplissait son devoir avec abnégation, arrimant ardemment sa foi en un Dieu d’amour, d’espérance et de miséricorde. Et elle aurait certainement fait sienne cette pensée que je voudrais que nous méditions dans le silence de notre cœur « Je ne m’appelle pas mort, mais accueil, mais vérité, mais port de l’océan de Dieu, mais vie, mais début du sans fin. »

 

8.    Chère Madame Elisabeth Tankeu, enfant de Bagangté,

Nous voulons, à la fin de ce moment de recueillement et d’émotion, que montent vers vous, par nos voix unies dans une ferveur fraternelle, l’hommage et la reconnaissance de cette Afrique que vous avez tant chérie et servie et qui ne vous oubliera point. Reposez en paix et que cette terre que vous avez aimée et qui vous l’a bien rendu, vous soit légère !

 

SOURCE 

African Union Commission (AUC)


Categories

%d bloggers like this: