Posted by: africanpressorganization | 18 October 2011

1ère Réunion Consultative des Secrétaires Généraux des Parlements africains : pour une coopération entre le Parlement panafricain (PAP) et les Parlements nationaux


 

 

1ère Réunion Consultative des Secrétaires Généraux des Parlements africains : pour une coopération entre le Parlement panafricain (PAP) et les Parlements nationaux

 

JOHANNESBURG, Afrique du Sud, 18 octobre 2011/African Press Organization (APO)/ — Premier du genre, ce forum consultatif vise à jeter les bases d’une coopération entre le Parlement panafricain et les parlements nationaux des Etats membres de l’Union Africaine (UA).

Dans son mot de bienvenue, le représentant du Président du Parlement Panafricain (PAP) l’Honorable Bethel Amadi, s’est réjoui de la tenue de cette rencontre avant de rappeler brièvement l’historique du PAP.

A cette occasion, il a exhorté le PAP et les Parlements nationaux à discuter et à trouver ensemble les voies et les moyens pour relever les défis auxquels le PAP fait face .

Quant au Professeur Shadrack Gutto, de l’Université d’Afrique du Sud, il a rappelé le rôle vital des parlements dans une démocratie. Même si cela peut différer d’un pays à un autre, l’objectif est le même : le Parlement doit donner vie et âme à la Constitution et aux lois, sans compter qu’il occupe une place essentielle dans la ratification des traités. Il a souligné que, naturellement, le Parlement est un organe représentatif et que les Secrétaires Généraux sont des forces motrices.

De son côté, Maître Zwelethu Madasa, Secrétaire Général du PAP, a présenté le rapport sur la révision du protocole. Actuellement en cours, ce processus vise à accorder des pouvoirs législatifs au PAP, même si ce sera uniquement dans des domaines spécifiques au début. Il est vrai que de nombreux défis restent à relever pour rendre effective cette transformation : améliorer les règles de procédures auxquelles tous les membres devront adhérer, augmenter l’assiduité en pérennisant la prise en charge des frais de participation des députés aux sessions et autres réunions du PAP, assurer pleinement la représentation des femmes et des jeunes, élire des députés qui seront entièrement dédiés au PAP et qui ne pourront plus cumuler ce mandat avec celui de parlementaire dans leur pays, trouver de nouvelles sources de financement…

Pour le Secrétaire Général du PAP, le manque de coopération entre les Etats membres pénalise l’activité du PAP. D’où la série de propositions faites aussi bien par Mme Helen Dingani, Secrétaire Générale Adjointe du PAP en charge des affaires législatives et par M. Morad Boularaf, Secrétaire Général Adjoint chargé des finances, de l’administration et des relations internationales (représenté par M. Khalid Dahab, Responsable de la communication) : création de points focaux dans les pays membres, implication des parlements nationaux pour accroître la visibilité du PAP, détachement de personnel des parlements nationaux au PAP et envoi de personnel de soutien pendant les sessions… Sans oublier que les parlementaires panafricains devront relayer l’information relative au PAP auprès de leurs parlements nationaux.

Un représentant du Réseau africain d’information parlementaire (APKN) a ensuite fait un exposé sur son organisation qui a été créée en 2008 pour mettre en place des mécanismes pour le partage des connaissances, des idées et des pratiques et pour le renforcement des capacités et la formation. Notons qu’à ce jour, la Charte de ce Réseau a été ratifiée par 17 pays membres de l’UA.

S’adressant à l’auditoire, Mme Cecilia Kinuthia-Njenga, Coordinatrice régionale des programmes du PNUE pour l’Afrique australe, a évoqué les Objectifs du Millénaire pour le Développement et les changements climatiques en incitant les Africains à avoir une position commune lors de la 17ème Conférence des Parties (COP17) qui aura lieu à Durban , en Afrique du Sud, fin novembre début décembre 2011.

Après avoir débattu du cadre de coopération entre les Secrétaires Généraux des parlements présenté par M. Heindri A. Bailey, spécialiste des questions parlementaires, les participants ont décidé de :

•    Créer une association des Secrétaires Généraux des parlements dont les objectifs seront, entre autres, de fournir des moyens pour l’échange de connaissances et le partage des bonnes pratiques, de lancer un portail pour la collecte et la diffusion des connaissances sur les pratiques et procédures parlementaires, de pérenniser la coopération entre les services parlementaires des Etats membres de l’UA,

•    Mettre en place des points focaux du PAP dans les parlements nationaux,

•    Pérenniser la réunion des Secrétaires Généraux des parlements en l’organisant tous les ans,

•    Renforcer les capacités des parlements dans le suivi de l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement et en matière de changement climatique.

Clôturant les travaux au nom de l’Honorable Moussa Idriss Ndélé, Président du PAP, son Directeur de cabinet, M. Jacques Michel Moudouté-Bell, a remercié les participants pour la richesse de leurs contributions avant de formuler le vœu que les recommandations de ce forum ne soient pas lettre morte.

 

SOURCE 

Pan-African Parliament (PAP)


Categories

%d bloggers like this: