Posted by: africanpressorganization | 21 July 2011

Affaire Hissène Habré / Le Tchad soutient les victimes et réclame un procès


 

 

Affaire Hissène Habré / Le Tchad soutient les victimes et réclame un procès

 

ADDIS ABEBA, Ethiopie, 21 juillet 2011/African Press Organization (APO)/ — M. Moussa Faki Mahamat, Ministre des Affaires étrangères, de l’intégration africaine et de la coopération internationale du Tchad, porteur d’un message de M. Idriss Deby Itno, Président de la République du Tchad, a été reçu en audience le 22 juillet courant par M. Erastus Mwencha, Vice-président de la Commission de l’Union africaine. L’unique point à l’ordre du jour de cette rencontre était l’affaire Hissène Habré. En effet, par des lettres en date du 5 juillet 2011, le Président de la République du Sénégal avait informé ses homologues du Tchad et de la Guinée Equatoriale ainsi que le Président de la Commission de l’Union africaine de sa décision de se dessaisir du dossier et de renvoyer M. Hissène Habré au Tchad. Le Sénégal est revenu sur sa décision le 10 juillet 2011.

Lors de l’audience, le ministre Mahamat a déclaré que le Tchad reste attaché à la lutte contre l’impunité, un principe inscrit dans l’Acte constitutif de l’Union africaine. Par conséquent, il a réitéré avec force le souhait du Tchad de voir l’ancien président tchadien jugé pour les crimes qui lui sont reprochés afin que justice soit faite aux victimes. A cet égard, il a indiqué que la préférence des plaignants et des organisations de défense des droits de l’homme pour la tenue du procès en Belgique mérite d’être prise en considération.

Le Vice-président Mwencha a pris note des préoccupations du Ministre qui sont d’ailleurs partagées par la Commission de l’Union africaine. Il a enfin indiqué que la Commission prendra toutes les dispositions nécessaires pour faciliter la tenue du procès de M. Habré dans le cadre de la mise en œuvre de la décision sur l’affaire Hissene Habre, adoptée par le dernier sommet de l’UA de juillet 2011.

La visite de M. Moussa Faki Mahamat intervient après la décision prise sur l’Affaire Hissène Habré lors du 17ème Sommet de l’UA demandant «au Sénégal d’assumer sa responsabilité juridique conformément à la Convention des Nations Unies contre la torture, à la décision du Comité des Nations Unies contre la torture ainsi qu’au dit mandat visant à juger rapidement M. Hissène Habré ou à l’extrader vers tout autre pays susceptible de le juger ». Le Sommet demandait également «aux autres États membres de l’Union africaine, parties à la Convention des Nations Unies contre la torture, disposés à traduire en justice M. Hissène Habré de notifier leur volonté à cet effet à la Commission et de prendre toutes les mesures nécessaires pour juger M. Hissène Habré ».

M. Hissène Habré vit en exil à Dakar, au Sénégal, depuis 1990. En 2006, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA avait mandaté le Sénégal pour juger M. Habré au nom de l’Afrique.

 

SOURCE 

African Union Commission (AUC)


Categories

%d bloggers like this: