Posted by: africanpressorganization | 11 July 2011

Libye / Point de presse du porte-parole du Quai d’Orsay


 

 

Libye / Point de presse du porte-parole du Quai d’Orsay

 

PARIS, France, 11 juillet 2011/African Press Organization (APO)/ — Point de presse du 11 juillet 2011

(…)

 

Q – Quelle est la position exacte de la France concernant les raids en Libye ?

Confirmez-vous, comme l’a dit Gérard Longuet, que les raids de l’Otan cesseront dès lors que débutera un véritable dialogue politique entre les parties libyennes, même si Mouammar Kadhafi reste dans le pays avec un titre différent ?

 

R – Alain Juppé s’est exprimé sur ce sujet dans un entretien au quotidien Sud Ouest publié aujourd’hui :

 

«Nous n’avons pas déclaré la guerre à la Libye mais évité un massacre.

Souvenons-nous de l’inaction de l’ONU au Rwanda et à Srebrenica. Si nous n’avions rien fait, le scénario se serait reproduit, car l’intention de Kadhafi était claire : se venger de la population de Benghazi. Nous avons donc eu raison d’y aller, et l’intervention réunit de nombreux soutiens internationaux. Elle se borne à une action aérienne pour protéger les civils. Au sol, ce sont les troupes du Conseil national de transition (CNT) qui se battent et sont en train de marquer des points.»

 

Interrogé sur une issue politique à la crise, le ministre d’État a répondu :

 

«Nous y travaillons. Et les choses avancent. Le CNT a renforcé sa légitimité, la Turquie vient de le reconnaître, et l’idée que Kadhafi doit partir est désormais admise par tout le monde.

 

(…)

 

Même s’ils ne le disent pas ouvertement, la majorité des pays africains ont compris que Kadhafi devait s’écarter du pouvoir. La question n’est pas de savoir s’il doit partir, mais quand et comment.

 

(…)

 

En Libye même, à condition qu’il abandonne toute action politique ? Au dehors avec des garanties ? Je n’ai pas la réponse, mais l’Union africaine y travaille. Sa médiation peut être utile, et nous souhaitons que l’UA participe le 15 juillet, à Istanbul, à la réunion du groupe de contact.»

 

Q – Est-ce que vous confirmez les propos tenus par Seif al Islam que la France mène des négociations avec le régime de Kadhafi ?

 

Seif al-Islam Kadhafi affirme dans un journal algérien que des négociations directes sont engagées entre le régime de son père et la France.

Confirmez-vous ?

 

R – La France est favorable à une solution politique comme elle l’a toujours dit. Il n’y a pas de négociations directes entre la France et le régime de Kadhafi, mais nous lui passons des messages, en liaison avec le CNT et nos alliés.

 

Ces messages sont simples et sans ambiguïté : toute solution politique passe par le retrait de Kadhafi du pouvoir et son renoncement à tout rôle politique.

 

SOURCE 

France – Ministry of Foreign Affairs


Categories

%d bloggers like this: