Posted by: africanpressorganization | 7 July 2011

Soudan : l’action humanitaire se poursuit au même rythme à l’approche de la séparation


 

 

Soudan : l’action humanitaire se poursuit au même rythme à l’approche de la séparation

 

GENEVE, Suisse, 7 juillet 2011/African Press Organization (APO)/ — Ces derniers mois, le sud et les zones de transition ont connu un regain de tension et de violences armées. Le Darfour reste également une zone préoccupante sur le plan humanitaire en raison du conflit armé en cours.

 

Situation actuelle

 

Les besoins humanitaires résultant des combats et autres situations de violence demeurent importants dans diverses régions.

 

Les combats qui ont éclaté à Abyei à la mi-mai entre les Forces armées soudanaises (SAF) et l’Armée populaire de libération du Soudan (SPLA) ont fait un grand nombre de victimes et causé un déplacement massif de civils.

 

Les hostilités ont repris, à peine un mois plus tard, à Kadugli, la capitale de l’État du Kordofan Sud et alentours. La situation humanitaire y serait très préoccupante. Le CICR n’a pas encore reçu l’autorisation d’accéder à cette zone.

 

Depuis le référendum de janvier 2011, des affrontements entre des factions dissidentes de la SPLA et la SPLA dans les États du Jonglei, du Nil supérieur et de l’Unité on également fait des victimes et causé un déplacement de populations. En outre, le Sud-Soudan est toujours en proie à des actes de violence ethnique, alors que la population locale d’Equatoria occidental est menacée d’attaques par des éléments armés.

 

En dépit des efforts que les parties au conflit déploient avec le soutien de la communauté internationale pour parvenir à un règlement politique du conflit au Darfour, des milliers d’autres civils ont fui de chez eux au cours du premier semestre de 2011 en raison des combats entre forces gouvernementales et divers groupes armés, et des affrontements intercommunautaires.

 

Le CICR est actif au Soudan depuis 1978. Dès le 9 juillet, ses opérations au Soudan et au Sud-Soudan seront gérées séparément, depuis Khartoum et Juba, respectivement.

 

Soutien au Croissant-Rouge soudanais pour l’acheminement de secours au Kordofan Sud

Dès que les premiers combats ont éclaté à Kadugli début juin, le CICR a apporté son soutien aux activités humanitaires du Croissant-Rouge soudanais, son principal partenaire opérationnel au Soudan, tout en poursuivant les discussions avec les autorités afin d’obtenir l’accès à cette zone.

 

Le CICR a remis au Croissant-Rouge soudanais des vêtements, du matériel pour la construction d’abris, des articles d’hygiène et des articles ménagers de première nécessité pour 18 000 personnes. Le CICR a aussi mis à disposition du Croissant-Rouge soudanais des équipes d’intervention rapide pouvant dispenser des conseils techniques sur la gestion des dépouilles mortelles, et leur a donné des sacs mortuaires pour qu’elles puissent récupérer les morts. En outre, le CICR a distribué des assortiments de pansements à trois centres de santé dans la région.

 

« Nous négocions avec toutes les autorités concernées pour tenter d’obtenir l’accès à la zone de Kadugli afin de remplir dûment notre mandat humanitaire qui consiste à apporter protection et assistance aux victimes des conflits armés et autres situations de violence », a déclaré Pascal Hundt, le nouveau chef de délégation du CICR au Soudan.

 

Soutien aux structures de santé pour les aider à faire face au grand nombre de victimes dans la région d’Abyei

 

Le CICR n’a pas encore réussi à se rendre dans la région d’Abyei depuis la reprise des hostilités le 19 mai.

 

Néanmoins, en l’espace d’une semaine, l’institution a fourni à l’hôpital de Muglad, situé à quelque 180 km d’Abyei, et à trois autres structures de santé environ 1,5 tonne d’articles de premiers secours, des assortiments de pansements et des secours chirurgicaux – en quantité suffisante pour traiter plus d’une centaine de personnes blessées par arme – afin de soutenir l’action des autorités sanitaires locales.

 

Le CICR a également aidé les volontaires du Croissant-Rouge soudanais à soutenir le personnel de l’hôpital de Muglad à maintenir les conditions d’hygiène. Lorsque la situation en matière de sécurité s’est améliorée, le CICR a repris ses travaux de remise en état des installations sanitaires de l’hôpital et son soutien au personnel du Croissant-Rouge soudanais qui s’efforce de rétablir le contact entre familles dispersées.

 

Aide aux personnes souffrant des effets des combats

 

Une des préoccupations de longue date du CICR consiste à répondre aux besoins de la population civile de la région du Jebel Marra (Darfour), où aucune aide importante n’a été distribuée depuis plus d’un an. Le CICR tente d’atteindre ces habitants depuis mai 2010.

 

En juin, le CICR a réussi à distribuer à quelque 245 000 habitants du Jebel Marra de l’huile, du sorgho, des légumineuses et de condiments en quantité suffisante pour les aider à tenir deux à quatre semaines. Plus de 168 000 habitants ont également reçu divers légumes, des semences d’haricots niébé, d’arachide, et de sorgho ainsi que des outils agricoles.

 

Au Darfour Sud, près de 138 000 habitants touchés par les combats et la sécheresse ont reçu des semences et des outils, ainsi que des vivres pour deux semaines afin d’accroître leur apport nutritionnel durant la saison de plantation. En juin, le CICR a aussi distribué à plus de 60 000 rapatriés des villages autour de Gereida de l’huile de cuisine, des semences et des outils.

 

« Nous essayons d’aider les communautés des zones rurales reculées pour qu’elles puissent reprendre leurs activités agricoles et devenir autonomes à la prochaine saison agricole », a déclaré Christophe Driesse, chargé de la sécurité économique du CICR au Soudan. « Vu l’immense superficie du Darfour, l’absence de routes, l’insécurité ainsi que d’autres difficultés d’ordre logistique, l’ampleur et la complexité des distributions ont été extraordinaires. »

 

Le CICR a distribué des vivres à près de 49 000 personnes – déplacés et résidents locaux – à Djebel Si, au Darfour Nord, en janvier et février.

 

Lors d’une opération d’urgence, le CICR a distribué des vivres, entre janvier et la fin juin, souvent en coopération avec le Croissant-Rouge soudanais, à plus de 570 000 personnes déplacées et rapatriées dans toutes les régions du Darfour. Il a aussi distribué à près de 13 000 personnes déplacées des articles essentiels (bâches, couvertures, jerrycans, seaux, articles d’hygiène et vêtements).

 

Au Sud-Soudan, le CICR a distribué à plus de 3 100 personnes ayant fui les villes d’Old Fangak et Muliki dans l’État du Jonglei en raison d’affrontements entre la SPLA et ses groupes dissidents du matériel pour la construction d’abris, des vêtements, du matériel de couchage, du savon et des ustensiles de cuisine essentiels en juin. En outre, il a distribué des semences et des outils, ainsi que des vivres pour deux semaines à près de 1 900 personnes déplacées à Old Fangak.

 

Le CICR a distribué, entre mars et juin, des vivres pour deux semaines (huile de cuisine, sorgho, légumineuses et condiments) à quelque 75 000 personnes dans les États du Nil supérieur, du Jonglei et d’Equatoria occidental, au Sud-Soudan, pour les aider à traverser la première période, la plus traumatisante, de leur déplacement. Dans les mêmes États, le CICR a distribué, entre janvier et avril, des bâches, des draps, des jerrycans, du savon et des ustensiles de cuisine essentiels à plus de 34 000 personnes déplacées en raison des affrontements armés. En mai, le CICR a donné à plus de 15 000 personnes – déplacés et résidents locaux – des États du Jonglei et d’Equatoria occidental des semences et des outils agricoles pour les aider à recouvrer leurs moyens de subsistance.

 

Intermédiaire neutre lors des opérations de libération des détenus

 

Depuis le début de l’année, avec l’accord des parties concernées, le CICR a pris des dispositions pour la libération et le transfert de 53 soldats des forces armées soudanaises qui ont été détenus par divers groupes d’opposition au Darfour.

 

Améliorer la nutrition des personnes déplacées dans le camp de Gereida

 

Dans le camp de Gereida pour personnes déplacées au Darfour Sud, le CICR gère un centre de nutrition en commun avec la Croix-Rouge australienne pour prévenir la malnutrition chez les enfants de moins de cinq ans et améliorer l’apport nutritionnel des femmes enceintes et qui allaitent. Le centre a distribué plus de 66 tonnes de denrées alimentaires, y compris de la pâte d’arachide enrichie (plumpy nut), de la poudre de lait écrémé et des biscuits à haute valeur énergétique, à plus de 13 000 femmes et enfants depuis le début de l’année.

 

Amélioration de l’accès aux soins de santé

 

Le CICR continue de soutenir sept centres de soins de santé primaires au Darfour Ouest et Sud. Au cours du premier semestre de l’année, les centres ont assuré la consultation et la prise en charge de plus de 25 000 patients, dont quelque 6 000 femmes qui ont visité les centres pour des soins prénatals.

 

Le CICR a aidé le ministère de la Santé à vacciner plus de 12 000 enfants contre la tuberculose, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et l’hépatite B, et plus de 22 800 enfants contre d’autres maladies. On estime à 117 000 le nombre de personnes au Darfour qui ont bénéficié du soutien que le CICR a apporté aux structures de santé locales.

 

Au Sud-Soudan, quelque 90 patients blessés par arme ont été opérés par une équipe chirurgicale mobile du CICR au cours du premier semestre de l’année. Les patients traités dans huit hôpitaux des États du Jebel Bahri, de l’Unité, du Nil supérieur et de Bahr el-Ghazal ont bénéficié de dons du CICR en médicaments, assortiments de pansements et autres articles.

 

 

Eau potable pour les personnes et les animaux

 

Au Kordofan Sud et au Darfour, en coopération avec les communautés locales et les services d’eau, le CICR a réparé des points publics de distribution d’eau dans les zones rurales et le long des routes de migration du bétail pour améliorer l’accès à l’eau potable.

 

Dans le Darfour Nord, Sud et Ouest et au Kordofan Sud, le CICR a formé 204 techniciens au fonctionnement des pompes à eau manuelles pour qu’ils puissent assurer la maintenance de ces points d’eau, et a distribué à cet effet aux collectivités locales des boîtes à outils et des pièces de rechange. Des partenaires du CICR ont réparé les points de distribution d’eau défectueux dans les villages autour de Gereida et d’El Fasher. Le cheptel a également pu profiter des points d’eau réparés par le CICR.

 

Au cours du premier semestre de l’année, le CICR a assuré l’approvisionnement en eau de plus de 365 000 personnes au Kordofan Sud et au Darfour.

 

Au Sud-Soudan, le projet d’approvisionnement en eau d’Akobo vise à fournir de l’eau potable à 55 000 habitants et personnes ayant fui les affrontements tribaux qui sévissent dans diverses parties de l’État du Jonglei, vers la région d’Akobo. Au cours des premiers mois de 2011, le CICR a construit un système qui fonctionne avec six forages équipés de pompes solaires. Afin de transmettre le savoir-faire nécessaire pour permettre à la communauté d’Akobo de faire fonctionner le système, le CICR a formé 11 techniciens locaux au maintien du système de pompage par énergie solaire.

 

Protection des animaux contre les maladies courantes

 

Dans le cadre des hostilités en cours et de l’insécurité qui prévaut dans certaines parties au Kordofan Sud, le CICR s’efforce, en collaboration avec le ministère des Ressources animales et de pêche, d’achever un programme élargi de vaccination animale. À ce jour, 70 000 têtes de bétail et environ 24 000 moutons et chèvres ont été vaccinés au Kordofan Sud en juin contre les cinq maladies animales les plus courantes.

 

Au Darfour Ouest et Nord, 270 000 animaux ont été vaccinés contre les principales maladies animales au Soudan par le CICR et le ministère des Ressources animales et de la pêche, tandis que 93 000 autres animaux ont été vaccinés dans diverses parties de l’État du Jonglei, au Sud-Soudan.

 

Rétablissement du contact entre familles dispersées par le conflit armé et d’autres violences

 

Durant le premier semestre de l’année, le CICR et le Croissant-Rouge soudanais ont collecté ensemble 3173 et distribué 2851 messages Croix-Rouge permettant aux membres des familles dispersées par le conflit armé et d’autres violences d’échanger des nouvelles. Ils ont également organisé à sept reprises l’échange des salutations verbales (salamat) entre les Soudanais détenus au Liban et leurs familles au Soudan. De plus, le CICR et le Croissant-Rouge soudanais ont aidé les ressortissants soudanais en Libye et d’autres étrangers à rétablir le contact avec leurs proches après avoir été séparés en raison de la situation qui règne dans le pays.

 

Le CICR et le Croissant-Rouge soudanais ont également permis la réunification de huit enfants non accompagnés au Sud-Soudan avec leurs familles en République démocratique du Congo.

 

Le CICR a organisé six appels par visioconférence entre ressortissants soudanais détenus dans les centres de détention américains à Guantanamo et de Bagram et leurs familles au Soudan.

 

 

Fourniture de services de réadaptation physique

 

Sept centres de réadaptation soutenus par le CICR et une unité mobile fournissent une large gamme de services, assurant l’appareillage en orthèses et prothèses ainsi que des séances de physiothérapie.

 

Durant les six premiers mois de 2011, le CICR a fourni des services de réadaptation physique à Dongola, Gedaref, Juba, Khartoum, Kadugli, Kassala et Nyala à plus de 2500 patients, dont plus d’un millier ont bénéficié de séances de physiothérapie.

 

Promotion de la compréhension du droit international humanitaire

 

Le CICR a poursuivi son dialogue avec les forces armées et les chefs communautaires afin de promouvoir leur compréhension du droit international humanitaire et de l’action du CICR.

 

Quelque 120 soldats des forces armées soudanaises, plus de 500 membres de la SPLA et 40 membres des unités intégrées conjointes déployées dans les zones de transition entre le nord et le sud ont été familiarisés avec le droit international humanitaire au cours de séances d’information gérées par le CICR. De plus, une dizaine d’officiers des forces centrales de réserve de la police ont suivi des cours du CICR pour devenir instructeurs en droit international humanitaire.

 

En outre, plus de 220 policiers et agents de la sécurité nationale, plus de 130 membres de défense des communautés locales et plus d’une centaine de membres rebelles de la SPLA ont acquis des connaissances sur des principes humanitaires de base en assistant à des séances d’information gérées par le personnel du CICR.

 

Au niveau local, plus de 500 représentants des collectivités locales et divers groupes de la société civile ont amélioré leur compréhension du CICR, du Mouvement international de la Croix Rouge et du Croissant Rouge et de l’emblème lors de séances menées par le personnel du CICR.

 

SOURCE 

International Committee of the Red Cross (ICRC)


Categories

%d bloggers like this: