Posted by: africanpressorganization | 27 June 2011

Message de Monsieur Chiaki TAKAHASHI, Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, lors de la 19ème Session ordinaire du Conseil Exécutif de l’Union Africaine (UA)


 

 

Message de Monsieur Chiaki TAKAHASHI, Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, lors de la 19ème Session ordinaire du Conseil Exécutif de l’Union Africaine (UA)

 

MALABO, Guinée Equatoriale, 27 juin 2011/African Press Organization (APO)/ — Message de Monsieur Chiaki TAKAHASHI, Secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, lors de la 19ème Session ordinaire du Conseil Exécutif de l’Union Africaine (UA)

 

Son Excellence Monsieur Ignacio Milam Tang, Premier Ministre de la

République de Guinée Equatoriale,

Son Excellence Monsieur Pastor Micha Ondo Bile, Président du Conseil

Exécutif de l’UA,

Son Excellence le Docteur Jean Ping, Président de la Commission de l’UA,

Mesdames et Messieurs les Ministres et les Chefs de Délégation,

Mesdames et Messieurs,

1. Introduction

Je souhaiterais vous présenter mes félicitations à l’occasion de cette 19ème

Session ordinaire du Conseil Exécutif de l’UA.

2. Manifestation de gratitude pour le soutien reçu des pays africains après

le désastre sismique et la détermination du Japon à soutenir l’Afrique

Comme vous le savez, le Japon a été frappé le 11 mars par une catastrophe

sans précédent, et de nombreuses personnes ont ainsi perdu la vie ou sont

portées disparues. A la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi,

endommagée par le tsunami, les efforts se poursuivent jour et nuit pour

apaiser la situation.

Dans ce contexte, nous avons reçu des pays africains un nombre

incalculable de messages de sympathie et de soutiens. Ce grand désastre a

donc été aussi pour moi l’occasion de me rappeler que, même si notre pays et

l’Afrique sont géographiquement éloignés, ils n’en sont pas moins liés par des

relations étroites (kizuna) de confiance. Permettez-moi donc de saisir cette

occasion pour vous manifester à tous, qui représentez les pays africains, notre

profonde reconnaissance, au nom du gouvernement et du peuple japonais.

2

Ainsi que le Ministre M. Matsumoto et moi-même l’avons déclaré lors de la

Réunion ministérielle de suivi de la TICAD (Conférence Internationale de

Tokyo sur le Développement de l’Afrique), organisée en mai à Dakar, le Japon

est déterminé à fidèlement remplir ses engagements faits à la TICAD IV,

malgré les difficultés dues au séisme. Ensuite, en approfondissant sa solidarité

avec l’Afrique, il souhaite vigoureusement mener envers elle une politique

reposant sur trois piliers, à savoir (1) contribuer à la paix et à la stabilité, (2)

accroître l’aide au développement, le commerce et les investissements, et (3)

s’attaquer aux questions d’échelle planétaire

3. Les 3 piliers de la politique africaine du Japon

La politique japonaise envers l’Afrique consiste en trois piliers.

(1) Contribuer à la paix et à la stabilité

Le premier de ces piliers, c’est donc de « contribuer à la paix et à la

stabilité ».

Le Japon se félicite des efforts en cours pour la démocratisation et la

stabilité politique en Afrique. En Côte d’Ivoire, des efforts de retour à la paix

et de réconciliation nationale sont en particulier menées sous l’administration

du Président Ouattara. Par ailleurs, le Sud-Soudan s’apprête à accéder à

l’indépendance le 9 juillet prochain, dans le respect de la volonté du peuple,

exprimée lors d’un référendum.

D’un autre côté, la violence en Libye doit immédiatement prendre fin. Le

Japon accorde de l’importance aux efforts d’arbitrage et de médiation

coordonnés par les Nations Unies et l’Union Africaine. Nous souhaitons que

l’Egypte et la Tunisie connaissent une transition stable vers des régimes

politiques démocratiques.

Le Japon continuera à contribuer à la paix, à la stabilité et à l’enracinement

de la démocratie en Afrique tout en menant un appui dans les domaines du

maintien et de la construction de la paix, notamment à travers une assistance

aux élections et aux centres de formation aux opérations de maintien de la

paix (OMP), dans le cadre du processus de la TICAD.

3

(2) Accroître l’aide au développement, le commerce et les investissements,

Le deuxième pilier consiste à « accroître l’aide au développement, le

commerce et les investissements ».

Comme je l’ai indiqué plus haut, le Japon est déterminé à continuer à

fidèlement remplir les engagements globaux faits à la TICAD IV. Concernant

en particulier les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), nous

mettrons progressivement en oeuvre l’aide au développement, notamment dans

les domaines de la santé et de l’éducation. Ceci s’est concrétisé par les

« Engagements Kan ». Et sur la base des résultats de la Réunion de suivi des

OMD qui a été tenue à Tokyo début juin, en coopération avec les pays

africains, le Japon continuera à prendre l’initiative dans les débats de la

communauté internationale concernant les OMD actuels et les objectifs

internationaux au-delà de 2015. A ce propos, nous accueillons

chaleureusement la proposition de l’Afrique du Sud d’organiser la prochaine

réunion de suivi des OMD de 2013 en Afrique australe.

Du point de vue économique, l’Afrique poursuit maintenant une croissance

positive et régulière. Pour que celle-ci soit durable, le Japon entend poursuivre

non seulement son aide, mais aussi des efforts intégrés dans une coopération

public-privé incluant la promotion de l’investissement privé.

(3) S’attaquer aux questions d’échelle planétaire

Le troisième pilier consiste à « s’attaquer aux questions d’échelle planétaire

». L’Afrique est un partenaire indispensable aux différents efforts que le Japon

engage concernant les questions internationales.

Concernant la question du changement climatique en particulier, la manière

dont se positionneront les pays africains va se révéler un facteur clé à

l’approche de la Conférence des parties COP17 qui se tiendra en novembre en

Afrique du Sud. Le Japon souhaite renforcer sa coopération avec les pays

africains en vue de l’adoption rapide d’un nouveau texte juridique unique et

compréhensif, qui établira un cadre international équitable et efficace auquel

participeront toutes les principales économies. Continuant d’appuyer les

4

efforts des pays africains pour répondre au changement climatique, le Japon

coopèrera aussi avec eux pour élaborer la « Stratégie de Croissance à Faibles

Émissions de Carbone et de Développement Durable pour l’Afrique ». Lors de

la précédente Réunion ministérielle de suivi de la TICAD, il avait été convenu

que cette stratégie serait à formuler en coopération avec ces pays.

Le Japon et les pays africains souhaitent de concert que la réforme du

Conseil de sécurité des Nations Unies prenne rapidement place. Il nous faut

réformer le Conseil de sécurité, dont la composition fondamentale n’a pas

changé durant les 65 ans écoulés depuis sa création, afin qu’il reflète la réalité

de la communauté internationale du vingt-et-unième siècle.

Plus de la moitié des questions dont délibère le Conseil de sécurité

concernent des pays africains. La représentation de l’Afrique doit donc y être

garantie sous la forme d’un statut de membre permanent.

Pour améliorer la situation actuelle le plus rapidement possible, le Japon

mène les débats sur la réforme en collaboration avec des pays qui la

souhaitent. Tant qu’un élan pour la réforme se développe, le Japon est

déterminé à agir avec les pays africains pour rapidement concrétiser celle-ci.

4. Approfondissement des relations entre le Japon et l’Union Africaine

Je souhaiterais également évoquer nos relations avec l’Union Africaine.

L’Union Africaine remplit un rôle d’importance croissante aussi bien pour la

paix et la sécurité que pour le développement. Dans ce contexte, la

Commission de l’Union a participé, pour la première fois en tant que

co-organisateur, aux processus de préparation et de tenue de la Réunion

ministérielle de suivi de la TICAD.

Sur la base du communiqué conjoint publié lors de la visite au Japon du

Président Jean Ping, en août dernier, le Japon souhaite développer

progressivement ses relations avec l’Union Africaine, et en partenariat avec

elle, il promouvra les futurs processus de la TICAD.

5. Conclusion

L’Afrique doit encore faire face à des défis tels que la pauvreté, les conflits

5

ou la gouvernance, mais elle suscite l’attention de la communauté

internationale en tant que « continent porteur d’espoirs et d’opportunités ». Je

voudrais donc conclure en mettant l’accent sur la détermination du Japon

d’avancer avec l’Afrique tout en approfondissant sa solidarité avec elle,

solidarité qui a été reconfirmée à l’occasion du grand séisme.

Merci de votre aimable attention.

(Fin)

 

SOURCE 

Japan – Ministry of Foreign Affairs


Categories

%d bloggers like this: