Posted by: APO | 13 June 2011

Les progrès de l’Afrique appartiennent à l’Afrique / Overseas Development Institute


Les progrès de l’Afrique appartiennent à l’Afrique / Overseas Development Institute

LONDRES, Royaume-Uni, 13 juin 2011/African Press Organization (APO)/ — « Les avancées du développement en Afrique sont plus significatives lorsque ce sont les états et les citoyens africains qui tiennent les rênes » : tel est le message qui se dégage d’un nouveau projet de recherche international lancé par l’Overseas Development Institute (Institut pour le développement extérieur). Le rapport « Mapping Progress » (Carte des progrès) met en évidence le rôle crucial que jouent une gouvernance efficace, des politiques intelligentes, de bonnes fondations institutionnelles et des partenariats internationaux dans la dynamique du développement, qu’il invite à considérer selon de nouvelles perspectives.
En se basant sur les progrès effectués à travers tout le continent dans divers domaines tels que la croissance, l’agriculture, les soins de santé, l’éducation et les installations sanitaires, ce rapport indique quels pays ont obtenu les meilleurs résultats ou des résultats inattendus, ainsi que les pays qui ont le potentiel nécessaire pour progresser.

 

 

Logo : http://www.apo-mail.org/odi.jpg

 

« Si l’on examine l’ensemble de ces formidables exemples, on constate que les changements les plus profonds et les plus durables se sont produits lorsque l’engagement envers le développement provenait des pays et communautés africains.

Ceci se traduit de différentes manières : de la qualité du leadership politique et technique à la qualité et à la quantité du financement, en passant par la réalisation d’innovations spécifiques.

Le monde doit changer son point de vue sur l’Afrique et nous espérons que ce rapport tracera le portrait d’un continent avançant à grands pas vers un avenir meilleur. »

Alison Evans, directrice de l’ODI

Les moteurs du développement

Des dirigeants éclairés : la transformation du Ghana, du Rwanda et du Brésil n’aurait pas pu se faire sans les présidents Rawlings, Kagame et Lula.

Des politiques intelligentes : les progrès ont été possibles grâce à la transformation du rôle des gouvernements : ceux-ci ne sont plus là pour contrôler (les marchés et les prix), mais pour faciliter les changements et les rendre possibles (par le biais d’investissements et de production), et, dans les meilleurs des cas, pour responsabiliser les citoyens. Les politiques ont été élaborées sur une vision claire ou sur une stratégie nationale en se basant sur des faits concrets.

Des institutions efficaces : dans de nombreux pays, les progrès ont été réalisés par le biais d’une transformation de la gouvernance : la décentralisation permet de doter les institutions locales d’un plus grand pouvoir. Ces réformes ont non seulement abouti à une amélioration des services fournis, mais elles ont aussi permis de collecter les revenus de manière plus efficace et de mieux gérer les finances publiques.

Des relations utiles : des partenariats internationaux efficaces peuvent considérablement stimuler les progrès. Ces partenariats peuvent prendre différentes formes : au-delà de l’aide humanitaire, il peut s’agir de transferts de connaissances et de technologies, de relations commerciales internationales et d’interventions diplomatiques.

Les études de cas présentées dans Development Progress Stories
comprennent :

Le Ghana (pays vedette, avec les meilleurs résultats)

Le gouvernement a dirigé des réformes du marché domestique du cacao qui ont permis au secteur de l’agriculture d’enregistrer une formidable croissance, celle-ci s’élevant en moyenne à plus de 5 % pour ces 25 dernières années. Le Ghana est sur la bonne voie pour atteindre le premier des Objectifs du millénaire pour le développement : avoir réduit de moitié les taux de pauvreté et de malnutrition en 2015. Le Ghana a augmenté sa production alimentaire de plus de 80 % par habitant depuis le début des années 80 et est largement autosuffisant en denrées de base.

Des pays ayant obtenu de brillants résultats, tels que le Ghana, ont connu une progression durable durant plus de deux décennies. En diversifiant les produits et les services, ils ont ajouté une valeur considérable aux performances nationales. Ces pays vedettes affichent une plus grande maturité en termes de développement et doivent à présent affronter des défis plus courants dans les pays développés, tels que les dégradations de l’environnement, le vieillissement de la population et les maladies non transmissibles. Les autres pays « vedettes » comprennent le Bhoutan, la Thaïlande, le Brésil et l’Ouganda.

L’Éthiopie (résultats inattendus)

Depuis la fin de la guerre civile en 1991, l’Éthiopie a amélioré de façon significative l’accès de sa population à l’éducation. Depuis 2005, le nombre d’inscriptions à l’école primaire a augmenté de 13 millions. Cette remarquable progression a été possible grâce à un engagement durable du gouvernement accompagné d’une augmentation des dépenses permettant de supprimer les frais de scolarité. Les autres pays ayant réalisé des progrès inattendus sont le Rwanda, le Cambodge, le Laos et le Somaliland.

Ces pays qui, telle l’Éthiopie, ont obtenu des résultats inattendus ont progressé contre toute attente, souvent à la suite de crises ou de guerres ou dans le contexte de conflits en cours, de situations politiques difficiles et malgré une topographie extrêmement difficile d’accès. Dans ces pays, ces progrès étaient inattendus dans la mesure où ils se sont produits très rapidement ; ils ont parfois dépassé leurs niveaux précédents de développement.

Malawi (progrès potentiels)

Selon un projet de recherche international publié il y a peu, le Malawi dispose du potentiel pour réaliser des progrès significatifs en vue de son développement dans la décennie à venir. Les progrès récents du pays pour assurer sa stabilité économique ont commencé à avoir des effets positifs sur les indicateurs de développement ; le Malawi occupe ainsi une des 20 premières places dans le classement des pays visant les Objectifs du millénaire pour le développement, et ce, pour plusieurs de ces objectifs. La croissance de plus de 7 % par an pendant presque toute la décennie passée et la baisse régulière des taux d’inflation annoncent un avenir meilleur. Les pays ayant un potentiel, tel le Malawi, ont récemment effectué des progrès visibles et rapides, mais qui peuvent se limiter à des secteurs isolés ou à certaines régions. Ces pays ont déjà obtenu d’impressionnants résultats, mais doivent désormais garantir que ces derniers perdureront. Les autres pays ayant un potentiel sont le Bénin et le Burkina Faso.

Diffusé par l’Organisation de la presse africaine au nom de l’Overseas Development Institute.

———–fin——————————-

Ressources :

La version PDF complète du rapport Mapping Progress
est accessible ici : http://www.developmentprogress.org/global-report


Development Progress Stories : vous pouvez télécharger gratuitement les études de cas des pays depuis : http://www.developmentprogress.org

Contacts :

ODI –
Jonathan Tanner : +44 (0)20 79220431 ou j.tanner@odi.org.uk

ODI – Ryan Flynn : +44 (0)20 7922 0421 ou r.flynn@odi.org.uk

Des entretiens avec les auteurs de l’ODI peuvent être organisés sur demande.

Notes aux éditeurs :

1.     Development Progress Stories cible les progrès équitables et durables réalisés au niveau national et dont les bénéficiaires représentent une part importante de la population. Chaque étude de cas décrit en détail les réussites d’un pays spécifique dans l’un des huit domaines principaux du développement : conditions économiques, santé, eau et installations sanitaires, éducation, gouvernance, conditions environnementales, agriculture et développement rural, et protection sociale.

2.     Méthodologie : pour élaborer ces exemples, les équipes de recherche de l’ODI ont effectué pendant plusieurs mois des recherches qualitatives et quantitatives et ont évalué plus de 250 exemples de pays pour ces 8 domaines de développement. Les cas décrits ont été choisis sur base d’une analyse détaillée des indicateurs de développement et plus de 100 experts, issus du secteur universitaire, d’organismes donateurs et d’organisations de la société civile du Nord et du Sud, ont été consultés. Les exemples choisis ont été vérifiés par recoupement par les équipes de recherches quantitatives et qualitatives puis validés par le comité extérieur d’évaluation du projet.

3.     L’ODI est le principal laboratoire d’idées indépendant du Royaume-Uni pour les questions de développement international et humanitaires. Sa mission est d’insuffler et de façonner des politiques et des pratiques qui mèneront à la diminution de la pauvreté, au soulagement de la souffrance et à la mise en œuvre de modes de vie durables dans les pays en voie de développement. L’ODI allie recherches appliquées de grande qualité, conseils pratiques en matière de politiques et diffusion des idées et des débats centrés sur les politiques, et travaille avec des partenaires des secteurs public et privé, à la fois dans les pays développés et en voie de développement. Pour en savoir plus, veuillez consulter le site Web de l’ODI : www.odi.org.uk.

Cette recherche est financée par la Fondation Bill & Melinda Gates.


Overseas Development Institute
111 Westminster Bridge Road, London SE1 7JD, UK
Tél : +44 (0)20 7922 0300 | Fax : +44 (0)20 7922 0399

Organisme de bienfaisance enregistré au numéro 228248

SOURCE

Overseas Development Institute (ODI)


Categories

%d bloggers like this: