Posted by: africanpressorganization | 9 June 2011

Côte d’Ivoire / L’ONUCI forme des leaders d’opinion sur la cohésion sociale et la réconciliation

 


 

 

 

Côte d’Ivoire / L’ONUCI forme des leaders d’opinion sur la cohésion sociale et la réconciliation

 

 

ABIDJAN, Côte d’Ivoire, 9 juin 2011/African Press Organization (APO)/ — L’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), a animé le 8 juin 2011, un atelier de sensibilisation et de renforcement des capacités des leaders d’opinion sur la cohésion sociale et la réconciliation à Tanda, localité située à 366 km au nord-est d’Abidjan.

 

Le thème abordé a été traité en deux sous-thèmes : « La promotion de la culture de la paix pour un environnement favorable à la réconciliation nationale », présenté par Désiré Ndagijimana, Chargé du bureau de l’Information publique de Bondoukou et « Les rôles et responsabilités des membres des comités de veille et des organisations de la société civile pour le renforcement de la cohésion sociale et la résolution pacifique des conflits », animé par Fernand Kouassi, président du Comité Local du Suivi des Actions pour la Paix (CLSAP).

 

Dans son intervention, M. N’Dagijimana a indiqué que cet atelier qui regroupait les membres des comités de veille et les leaders d’opinion du département de Tanda s’inscrivait dans le cadre de l’appui au gouvernement pour la sortie de crise. Il a rappelé que l’objectif de cet atelier était de sensibiliser et de renforcer les connaissances des participants en tant qu’acteurs clés de la vie communautaire sur les mécanismes de gestion pacifique des la crise postélectorale, en vue de conduire avec succès les initiatives de dialogue et de réconciliation de la population dans leur villages respectifs.

 

Il a ensuite défini la culture de la paix comme un ensemble de valeurs, d’attitudes, de comportements et de modes de vie qui rejettent la violence et préviennent les conflits, en s’attaquant à leurs racines par le dialogue et la négociation entre les individus, les groupes et les Etats, en se référant à une définition des Nations Unies. Il a ensuite décrit « la tolérance comme étant une vertu qui rend la paix possible », reprenant une citation de l’ancien Secrétaire général de l’ONU, Koffi Annan.

 

Fernand Kouassi du CLSAP, a lui, mis l’accent sur valeurs nécessaires pour une bonne cohésion sociale à savoir l’entente, l’harmonie, le respect de l’autre, la confiance, l’acceptation de l’autre, les valeurs républicaines, démocratiques et citoyennes. Pour lui, un citoyen doit avoir les qualités suivantes : « agir dans le sens de l’intérêt général, respecter les biens publics et privés, respecter les institutions de l’Etat, avoir une pensée libre et soutenue et être responsable ».

 

Il a également mentionné le rôle de la société civile qui est de contrôler le pouvoir, d’interpeler l’Etat, avant de se pencher sur les différents niveaux de conflits. Il a cité entre autres, les conflits interpersonnels, entre groupes, les conflits nationaux et internationaux. Il a en outre indiqué les attitudes à adopter pour la résolution des conflits. Comme moyens de règlement des différends, il a proposé « la négociation, de la médiation et de l’arbitrage ».

 

Présent à la cérémonie d’ouverture Christophe Dogo Zama, Préfet de Tanda a exhorté ses administrés à avoir une attention soutenue durant cet atelier afin que la réconciliation entre les uns et les autres soit une réalité. Il a exprimé toute sa gratitude à l’ONUCI pour son soutien constant et sans faille aux populations de la Côte d’ivoire et son appui à l’action gouvernementale.

 

A la suite des deux formateurs, les responsables des bureaux de la Protection de l’Enfance et des Droits de l’Homme ont tour à tour instruit les participants de l’atelier sur le mandat de leur bureau respectif et sur les droits et devoirs des enfants et des autres membres de la société.

 

A la fin des travaux, les 46 participants de l’atelier ont pris l’engagement par la voix de Yao Fiéni, chef de village de Korobo, de relayer les riches enseignements des travaux au niveau de leurs quartiers, de leurs villages et de leurs familles respectives, afin de ramener la paix et la cohésion sociale partout en Côte d’Ivoire.

Après l’atelier, des tournois de football Maracana, des rencontres inter-jeunes et féminines pour la réconciliation ont été programmés par les jeunes des différents partis politiques et par les femmes présentes à cet atelier.

 

SOURCE 

Mission of UN in Côte d’Ivoire


Categories

%d bloggers like this: