Posted by: africanpressorganization | 21 March 2011

La Conférence de Bamako appelle à une croissance plus forte et inclusive au Mali dans le cadre d’un partenariat renforcé

 


 

 

 

La Conférence de Bamako appelle à une croissance plus forte et inclusive au Mali dans le cadre d’un partenariat renforcé

 

 

BAMAKO, Mali, 21 mars 2011/African Press Organization (APO)/ — Lors de la conférence, « Grands Défis et Opportunités Economiques du Mali » organisée en

collaboration avec le FMI à Bamako les 17 et 18 mars 2011, le Gouvernement du Mali a

réaffirmé sa vision de jeter les bases d’une croissance forte qui permette une amélioration

significative et durable des conditions de vie des divers segments de la population malienne.

Cette conférence a offert une occasion unique aux nombreux participants issus du

Gouvernement, de l’administration, de l’Assemblée nationale, du secteur privé, des

syndicats, de la société civile, et des partenaires extérieurs, d’échanger ouvertement sur la

performance de l’économie malienne au cours des dernières années, mais aussi sur les

principaux défis pour l’avenir.

« Nous avons la ferme volonté d’accélérer la transformation économique et sociale du Mali

pour en faire un pays émergent. La rencontre de Bamako nous a permis d’identifier des

pistes que nous allons explorer avec tous nos partenaires au cours des prochains mois», a

déclaré M. Lassine BOUARE, Ministre délégué chargé du Budget, auprès du Ministre de

l’Economie et des Finances.

Pour sa part M. Roger Nord, Conseiller principal au Département Afrique du FMI, a

déclaré : « Nous sommes très heureux de la richesse et de la qualité des débats. Nous avons

eu avec les principaux acteurs de la vie économique et sociale au Mali des échanges francs et

directs qui nous permettront d’améliorer nos conseils, au moment où l’accord en vigueur au

titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) avec le Mali entre dans sa dernière année. La

rencontre de Bamako traduit l’esprit de partenariat renforcé que le FMI s’est engagé à

développer lors de conférence de haut niveau «Changer : nouveaux défis et nouveaux

partenariats pour la croissance en Afrique», organisée en mars 2009 à Dar-es-Salaam ».

Les participants se sont accordés sur la nécessité de renforcer les politiques propices à une

croissance économique plus forte et plus créatrice d’emplois, ainsi qu’à une réduction de la

pauvreté:

Ils ont insisté sur la nécessité d’améliorer la gestion des finances publiques et le

climat des affaires, de favoriser une plus grande diversification de l’économie,

d’élever la productivité dans les secteurs clefs tels que l’agriculture, de promouvoir

l’éducation et la formation professionnelle des jeunes, de renforcer l’intégration

régionale, et d’assurer le développement comme l’entretien d’infrastructures

appropriées. A ce sujet, il peut être envisagé de financer des projets suffisamment

porteurs de croissance économique par des prêts non concessionnels compatibles avec

la viabilité de la dette, comme le permet la politique conjointe de la Banque mondiale

et du FMI en la matière.

La conférence a permis des échanges fructueux sur les défis et les potentialités

résultant de la croissance démographique. Réaliser ce potentiel nécessite des efforts

très importants pour équiper les jeunes des compétences requises sur le marché de

l’emploi. Pour satisfaire la demande de biens et services publics résultant de la

croissance démographique, il conviendra d’approfondir les réformes structurelles,

notamment celles visant à renforcer l’efficacité de la dépense publique et la financer

de façon appropriée. A cet égard, des efforts supplémentaires s’imposent pour mieux

mobiliser les ressources intérieures, notamment à travers un élargissement de

l’assiette fiscale.

Les participants ont également noté que la satisfaction d’une demande d’emplois en

très forte croissance appelle des mesures visant à favoriser le dynamisme du secteur

privé, y compris à travers un renforcement de la sécurité juridique et une amélioration

de l’intermédiation financière.

Le Fonds Monétaire international a réaffirmé son soutien pour contribuer à la

réalisation de cette vision partagée, dans le cadre d’une gestion macroéconomique

prudente.

 

SOURCE 

The World Bank


Categories

%d bloggers like this: