Posted by: africanpressorganization | 10 March 2011

En Côte d’Ivoire, la situation se dégrade pour les femmes et les enfants

 


 

 

 

En Côte d’Ivoire, la situation se dégrade pour les femmes et les enfants

 

 

PARIS, France, 10 mars 2011/African Press Organization (APO)/ — Alors que se déroule aujourd’hui en Ethiopie la réunion de l’Union africaine pour tenter de sortir la Côte d’ivoire de la crise dans laquelle elle est plongée depuis plusieurs mois, la population ivoirienne subit une situation d’urgence humanitaire de plus en plus aiguë.

 

Lors d’un point presse à l’UNICEF France ce matin, Grant Leaity, responsable des programmes d’urgence de l’UNICEF pour l’Afrique de l’ouest et du centre, a insisté sur la gravité de cette crise humanitaire qui touche la Côte d’Ivoire et qui a des répercussions sur le Libéria. « Le pire est à venir pour les femmes et les enfants en Côte d’Ivoire et il existe un risque de déstabilisation de toute la sous-région ».

 

Aujourd’hui on estime à 400 000 le nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays. À Abidjan, environ 200 000 personnes ont fui leur foyer suite aux terribles combats à l’arme lourde qui ont éclaté dans le district d’Abobo (Abidjan nord). Ces personnes se sont déplacées vers d’autres districts de la ville, relativement plus calmes, ou en périphérie. La plupart des déplacés ont trouvé refuge dans des familles d’accueil, tandis qu’un petit nombre s’est installé dans des camps de fortune.

 

L’UNICEF a démarré une intervention humanitaire dans la ville d’Abidjan afin de venir en aide aux personnes déplacées suite aux affrontements et guérillas urbaines.

 

Les conditions de vie sont très dégradées dans tout le pays. Depuis 2 mois, quelque 800 000 enfants ne vont plus à l’école. Les coupures d’eau et d’électricité pendant une semaine au nord et à l’ouest du pays ont aggravé la vulnérabilité d’une population déjà affaiblie en l’exposant à des risques d’épidémies telles que le choléra déjà présent à Abidjan. Environ 1,8 million de personnes n’ont plus accès à l’eau potable.

 

D’ici quelques semaines l’arrivée de la saison des pluies pourrait compliquer la situation et notamment ralentir l’acheminement du matériel ainsi que les déplacements.

 

Depuis la mi-décembre, près de 80 000 personnes se sont réfugiées au Libéria voisin et l’on craint que ce nombre ne continue d’augmenter dans les semaines à venir car la population qui fuit pour passer la frontière est chaque jour plus nombreuse. En effet, fin février 35 000 réfugiés sont arrivés en l’espace d’une semaine au Libéria et sont hébergés dans des conditions difficiles, par les communautés hôtes ou dans des camps. L’impact de cet afflux de réfugiés sur ce pays de 3 millions d’habitants pourrait devenir très lourd.

 

En accord avec le coordinateur humanitaire en Côté d’Ivoire, l’UNICEF est en train de réviser à la hausse ses besoins financiers afin de pouvoir répondre aux besoins les plus urgents. Pour le moment les contributions de la communauté internationale ne sont pas à la hauteur des besoins ce qui compromet la continuité de l’aide à déployer pour les enfants et les femmes dans les semaines à venir.

 

L’UNICEF France a déjà apporté un soutien de 100 000 euros pour les programmes d’urgence en Côte d’Ivoire (santé, nutrition) et de 200 000 euros pour les programmes d’assistance à la population ivoirienne réfugiée au Libéria.

 
 

SOURCE 

United Nations Children’s Fund (UNICEF)


Categories

%d bloggers like this: