Posted by: africanpressorganization | 28 June 2010

Rapport 2010 sur l’aide au développement européenne / Une action efficace pour les pays en développement

 


 

 

Rapport 2010 sur l’aide au développement européenne / Une action efficace pour les pays en développement

 

 

BRUXELLES, Royaume de Belgique, 28 juin 2010/African Press Organization (APO)/ — La Commission européenne a adopté aujourd’hui son Rapport annuel 2010 sur les politiques de l’Union européenne en matière de développement et d’aide extérieure, et leur mise en œuvre en 2009. Les programmes et projets lancés par la Commission ont bénéficié à plus de 140 pays en développement. Des instruments spécifiques ont été mis en place en 2009 pour aider les pays les plus pauvres à faire face à la triple crise économique, alimentaire et environnementale et ont produit d’importants résultats: plus de 50 millions de personnes bénéficient d’une assistance provenant de le Facilité alimentaire de l’UE pour lutter contre la faim, les budgets de 15 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique ont été soutenus pour résister aux pressions de la crise économique, et l’UE a octroyé un financement annuel «Fast Start» de 2,4 milliards d’euros sur la période 2010-2012 pour aider les pays en développement à s’adapter au changement climatique. La Commission est le 2ème plus grand fournisseur d’aide au développement dans le monde, avec des engagements s’élevant à 12 milliards d’euros. Elle joue un rôle de chef de file dans la coordination des efforts de l’UE pour rendre l’aide plus efficace.

“La Commission a agi rapidement pour traiter les problèmes causés par les crises de 2008-2009 et répondre aux besoins des pays les plus vulnérables. Elle a démontré sa capacité à innover et à adapter ses instruments pour maximiser l’impact de son soutien. Cela a permis, je l’espère, de faire une différence dans la vie quotidienne des gens”, a déclaré Andris Piebalgs, Commissaire européen en charge du développement.

On estime que 40 millions à 80 millions de personnes dans les pays en développement ont basculé dans la grande pauvreté suite à la crise alimentaire, économique et financière de 2009. Le Rapport annuel 2010 explique le rôle joué par la Commission pour aider les pays les plus pauvres à faire face à la crise et détaille l’évolution de ses politiques de développement et leur mise en œuvre en 2009.

De nouveaux instruments pour faire face à la crise et au changement climatique

La Commission Européenne a proposé et mis en œuvre en 2009 une série de mesures opportunes, ciblées et coordonnées:

–   La Facilité Alimentaire de l’UE: avec 1 milliard d’euros, la Facilité Alimentaire de l’UE mise en place à la fin de 2008, a fourni une réponse rapide et efficace à l’insécurité alimentaire. Sur ce milliard d’euros prévus par la facilité, 837 millions étaient alloués fin 2009.

–   L’Instrument “Vulnérabilité FLEX”: 236 millions d’euros ont été engagés au titre du mécanisme dit “V Flex” afin d’aider 11 pays d’Afrique, 3 des Caraïbes et 1 du Pacifique à réduire les pénuries de crédits dans leurs budgets gouvernementaux 2009.

–  Changement climatique: l’UE a intensifié sa coopération et le dialogue avec ses partenaires en développement. L’Alliance mondiale pour la lutte contre le changement climatique a reçu une dotation de 35 millions d’euros pour soutenir les pays pauvres les plus vulnérables au changement climatique, en particulier les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement. En Décembre, l’UE a agréée un financement annuel ‘fast-start” de 2,4 milliards d’euros pour la période 2010-2012, afin d’aider les pays en développement à s’adapter au changement climatique et à adopter des stratégies de développement à faible émission de CO2.

En 2009, la Commission européenne a également entrepris un examen à mi-parcours de ses programmes de coopération et des allocations financières pour les adapter à l’évolution des réalités et aux progrès réalisés à ce jour.

Améliorer l’efficacité et l’impact de l’aide de la Commission européenne

La Commission a continué à améliorer l’efficacité de son aide et a joué le rôle de catalyseur et de coordonnateur pour améliorer les synergies entre les États membres. Afin de mettre en œuvre le programme d’action d’Accra pour l’efficacité de l’aide, la Commission s’est concentrée sur la démonstration de résultats concrets et mesurables dans trois domaines prioritaires: l’utilisation accrue des systèmes nationaux comme première option pour canaliser l’aide bilatérale, la mise en œuvre de la division du travail entre bailleurs de fonds pour réduire la fragmentation de l’aide et l’amélioration de qualité de la coopération technique.

La Commission s’efforce de mesurer l’impact de ses actions en matière de coopération au développement. Les résultats pour 2009 montrent que la performance des projets s’est améliorée par rapport à l’année précédente. 94% des projets sont désormais évalués positivement.

Chiffres clés

Part de l’aide extérieure dans le budget de l’UE: l’aide extérieure représente 9% (12 milliards d’euros) du budget total de l’UE (143 milliards d’euros).

Répartition géographique: les engagements financiers pour les pays européens (pays d’Europe orientale et les pays de préadhésion) s’élèvent à plus de 2 milliards d’euros, 618 millions d’euros pour l’Afrique du Nord (nord du Sahara), 3,9 milliards d’euros pour l’Afrique (sud du Sahara), 669 millions d’euros pour le Moyen-Orient, près de 1,4 milliards d’euros pour l’Asie du Sud, l’Asie centrale et l’Extrême-Orient, 899 millions d’euros pour l’Amérique latine, 89 millions d’euros pour l’Océanie et 2,1 milliards d’euros pour l’aide non attribuée et multilatérale.

Répartition par secteurs: les infrastructures sociales (éducation, santé, population et santé reproductive, gouvernement et société civile et autres infrastructures sociales) arrivent en tête (34%) de la coopération au développement de la Commission européenne avec des engagements s’élevant à environ 4 milliards d’euros; 1,7 milliards d’euros (14%) ont été octroyés aux secteurs de la production (agriculture, forêts, pêche, industrie, mines, construction, commerce et tourisme) et 1,2 milliards d’euros (11%) ciblaient les infrastructures économiques et les services (transport, communication, énergie, banque et services financiers et d’affaires).

Appui budgétaire: en 2009, la Commission a engagé plus de 2,4 milliards d’euros d’aide à la coopération extérieure sous la forme d’appui budgétaire, un mécanisme par lequel les fonds européens sont mis à la disposition des gouvernements des pays bénéficiaires et de leurs budgets nationaux, à condition que les modalités convenues soient respectées pour effectuer le paiement.

Pour plus d’informations:

Rapport Annuel 2010 sur les politiques de l’Union européenne en matière de développement et d’aide extérieure et leur mise en œuvre en 2009: http://ec.europa.eu/europeaid/multimedia/publications/index_en.htm

Site internet du Commissaire Piebalgs :

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/piebalgs/index_en.htm

La Commission européenne et l’efficacité de l’aide :

http://ec.europa.eu/development/how/aid_effectiveness_en.cfm

Atlas des donateurs de l’EU: http://development.donoratlas.eu/index.htm

Facilité alimentaire de l’EU :

http://ec.europa.eu/europeaid/how/finance/food-facility_en.htm

SOURCE 

European Commission


Categories

%d bloggers like this: