Posted by: APO | 16 June 2010

Les États-Unis et l’Afrique : Partenaires pour le progrès

 

Les États-Unis et l’Afrique : Partenaires pour le progrès

 

WASHINGTON, 16 juin 2010/African Press Organization (APO)/ — Les États-Unis et l’Afrique : Partenaires pour le progrès :

(Document du Bureau des affaires publiques du département d’État) (624)

 

(Début de la fiche analytique)

 

Département d’État

Bureau des affaires publiques

Le 9 juin 2010

 

Résumé analytique

 

Les États-Unis et l’Afrique : Partenaires pour le progrès

 

« Nous croyons à la promesse de l’Afrique, nous sommes résolus à promouvoir son avenir, et nous formerons des partenariats avec ses peuples. » – La secrétaire d’État Hillary Clinton

 

Ferme partisan de la cause des nations africaines depuis leur indépendance, les États-Unis demeurent déterminés à aider leurs partenaires à atteindre leurs buts communs à long terme : la démocratie, la stabilité et la prospérité.

 

Les priorités des États-Unis en Afrique

 

. des démocraties fortes et stables

. la croissance économique et le développement . les dispositifs de santé publique . la prévention, l’atténuation et le règlement des conflits . les défis transationaux

 

Des démocraties fortes et stables

 

Les États qui respectent la volonté du peuple et qui gouvernent par son assentiment réussissent mieux et sont plus stables que ceux qui ne le font pas. Les États-Unis, en association avec la communauté internationale et la société civile, aideront l’Afrique à consolider ses institutions démocratiques, notamment par le biais de commissions électorales indépendantes, et à maintenir l’élan démocratique acquis ces dernières années.

 

Croissance économique et développement

 

L’Initiative alimentaire pour l’avenir, le nouveau programme de sécurité alimentaire du gouvernement Obama, doté de 3,5 milliards de dollars, cible 12 pays d’Afrique. Il complétera les programmes mis en ouvre par ces derniers aux termes du Programme de développement global de l’agriculture africaine, visant à apporter des outils indispensables aux agriculteurs pour leur permettre d’étoffer les capacités locales aux fins de l’expansion de la production. Les États-Unis aideront aussi leurs partenaires africains à mieux profiter les possibilités que leur offre la Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA).

 

« Je considère l’Afrique comme une partie fondamentale de notre monde interdépendant. » – Le président Barack Obama

 

Les dispositifs de santé publique

 

Le continent africain est toujours en proie aux ravages du sida, du paludisme, du choléra, de la tuberculose et de l’hépatite. Important fournisseur de médicaments et de traitements aux patients, le gouvernement Obama s’est engagé à poursuivre le Plan présidentiel d’aide d’urgence à la lutte contre le sida (PEPFAR) et à affecter 63 milliards de dollars supplémentaires au cours des cinq prochaines années à ce programme qui aide nombre de pays d’Afrique à relever leurs défis en matière de santé publique. Les États-Unis sont décidés à travailler côte à côte avec les pouvoirs publics et la société civile d’Afrique afin que des traitements, des soins et des services de prévention de qualité soient accessibles aux collectivités de tout le continent.

 

Prévention, atténuation et règlement des conflits

 

L’Afrique compte beaucoup d’États fragiles. La Somalie reste empêtrée dans un état de guerre tandis qu’en République démocratique du Congo les forces rebelles tiennent bon dans la partie orientale du pays. La tension monte dans le Sud-Soudan. Le président Obama a donné la preuve de son souci de mettre fin aux conflits armés de ce continent en désignant un envoyé spécial pour le Soudan et un conseiller spécial sur les Grands Lacs. Les États-Unis sont également résolus à appuyer le projet que nourrit l’Union africaine relatif à une Architecture africaine de paix et de sécurité, comprenant notamment une force africaine mobilisable en cas d’urgence.

 

Les défis transnationaux

 

Nombre de problèmes – trafic de stupéfiants, changements climatiques, traite des personnes, extrémisme – ne connaissent pas de frontières et échappent à toute solution facile. Les États-Unis cherchent à y remédier en renforçant la sécurité maritime africaine et en appuyant la lutte contre l’extrémisme par le biais de programmes tels que le Partenariat antiterroriste transsaharien et l’Initiative de stratégie régionale est-africaine. Les États-Unis sont déterminés à s’associer aux Africains à la recherche de solutions viables aux graves conséquences des changements climatiques et à l’instauration d’une économie mondiale durable et à énergie propre.

 

(Fin de la fiche analytique)

 

SOURCE 

US Department of State


Categories

%d bloggers like this: