Posted by: africanpressorganization | 10 June 2010

France / Maurice / Actualités diplomatiques du ministère français des Affaires étrangères / Point de presse du 10 juin 2010.

 


 

 

France / Maurice / Actualités diplomatiques du ministère français des Affaires étrangères / Point de presse du 10 juin 2010.

 

 

PARIS, France, 10 juin 2010/African Press Organization (APO)/ — Actualités diplomatiques du ministère français des Affaires étrangères / Point de presse du 10 juin 2010.

(…)

(L’accord conclu entre la France et Maurice sur l’île de Tromelin prévoit une co-gestion économique, scientifique et environnementale de l’île et de ses espaces maritimes environnants. Que répondez-vous à ceux qui pensent que les contraintes de mise en oeuvre empêcheront la matérialisation de cet accord censé mettre un terme au conflit de souveraineté entre la France et Maurice sur Tromelin ?)

 

Lundi 7 juin à Port Louis, Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la Coopération et à la Francophonie, et Arvin Boolell, ministre mauricien des Affaires Etrangères, ont signé un accord-cadre sur l’île Tromelin.

 

Fruit d’une approche pragmatique des problématiques d’intégration économique dans l’Océan Indien, cet accord instaure entre la République de Maurice et la France une cogestion économique, scientifique et environnementale sur l’île et ses espaces maritimes environnants. Il est assorti de trois conventions techniques portant sur la gestion des ressources halieutiques, la protection environnementale et la recherche archéologique.

 

Cet accord constitue la première concrétisation de principe de “règlement amiable” de ce type de contentieux de souveraineté, acté lors du sommet des chefs d’Etat de la Commission de l’Océan indien en 1999.

 

L’application de ce principe au cas spécifique de Tromelin a été pour sa part décidée en juin 2008 à Paris par le président de la République, Nicolas Sarkozy et le Premier ministre mauricien, Navin Ramgoolam.

 

La France se félicite de l’aboutissement de la volonté politique exprimée par les plus hautes autorités mauriciennes et françaises, en juin 2008, de dépasser ce contentieux de souveraineté, par la mise en oeuvre d’un partenariat novateur et ambitieux en vue de valoriser un patrimoine et des savoir-faire partagés.

 

Nous sommes convaincus que cette approche pragmatique et constructive pourrait servir d’exemple s’agissant d’autres contentieux de même nature, dans l’Océan Indien ou ailleurs.

 

SOURCE 

France – Ministry of Foreign Affairs


Categories

%d bloggers like this: