Posted by: africanpressorganization | 13 April 2010

Le président Obama rencontre des dirigeants africains à la veille du sommet / Il s’entretient avec les dirigeants d’Afrique du Sud et du Nigéria.

 


 

 

Le président Obama rencontre des dirigeants africains à la veille du sommet / Il s’entretient avec les dirigeants d’Afrique du Sud et du Nigéria.

 

 

WASHINGTON, 13 avril 2010/African Press Organization (APO)/ — Le 11 avril, le président Obama a rencontré séparément le président sud-africain Jacob Zuma et le président nigérian par intérim, Goodluck Jonathan, à la veille de l’ouverture du Sommet sur la sécurité nucléaire auquel participent les deux chefs d’État. Le président Obama a particulièrement félicité l’Afrique du Sud de son action exemplaire et historique en matière de sécurité nucléaire et de non-prolifération et du démantèlement de son programme nucléaire ; par ailleurs, il a souligné l’importance des relations bilatérales entre les États-Unis et le Nigéria.

 

Dans les propos qu’il a tenus après sa réunion avec le président Zuma, M. Obama a déclaré à la presse : « Je voulais particulièrement distinguer l’Afrique du Sud parce que le pays s’est singularisé, en ce qu’il a eu un programme d’armes nucléaires qu’il a fait avancer avant de reconnaître que ce n’était pas la bonne voie à suivre et de le démanteler ; c’est maintenant un promoteur efficace et déterminé au sein de la communauté internationale sur les questions de non-prolifération. »

 

Pour ces mesures, a ajouté le président, « l’Afrique du Sud occupe une place spéciale de chef de file moral en la matière. Je voulais féliciter publiquement le président Zuma et son cabinet du sens de direction dont ils ont fait preuve. Et nous escomptons qu’ils aideront d’autres pays à les suivre dans la voie de la non-prolifération. »

 

Une déclaration de la Maison-Blanche donnant un récapitulatif de la rencontre précise que les deux présidents ont aussi évoqué la question du nucléaire iranien et un large éventail d’autres sujets.

 

– Elle notait que le président Obama avait loué l’engagement du cabinet du président Zuma à s’attaquer vigoureusement à l’épidémie du sida en Afrique du Sud et notamment à réduire sensiblement les taux d’infection et à accroître l’accès aux traitements d’ici 2012-2013. Le président Zuma a remercié les États-Unis du rôle important joué par le Plan présidentiel de lutte d’urgence contre le sida (PEPFAR) dans son pays.

 

– La déclaration précisait également que lors de leurs discussions sur les problèmes multilatéraux, les deux dirigeants ont reconnu le rôle critique que vont jouer le changement climatique et les énergies propres dans la création d’un futur prospère et sûr à l’échelle mondiale. Les deux présidents sont convenus de travailler en étroite collaboration à l’expansion du partenariat forgé à Copenhague, lors des réunions du G20, du sommet annuel sur le climat à Mexico et après.

 

– Selon la déclaration, les deux présidents ont également évoqué la situation au Zimbabwe et convenu de l’importance de l’engagement continu de la communauté internationale afin d’assurer des élections respectant les droits civiques et politiques des Zimbabwéens. Les deux dirigeants ont aussi profité de l’occasion de parler de questions importantes concernant la sécurité, dont les efforts de lutte contre le terrorisme.

 

– Le président Obama a également noté que le monde entier partage l’excitation de l’Afrique du Sud pour la Coupe du monde de football de 2010, qui aura lieu pour la première fois en Afrique. Il a dit espérer que le président Zuma connaisse des jeux réussis, même s’ils applaudissent des équipes différentes.

 

Ce même jour, le président Obama s’est aussi entretenu avec le président nigérian par intérim, Goodluck Jonathan. Selon une déclaration de la Maison-Blanche après la réunion, le président Obama a remercié le Nigéria de sa participation au Sommet sur la sécurité nucléaire et de l’occasion d’examiner des questions importantes pour les deux pays.

 

La déclaration donnait également d’autres précisions :

 

– Le président Obama et le président par intérim Jonathan sont convenus de continuer à ouvrer de concert pour faire avancer les questions de sécurité mondiale, notamment celles de la sécurité nucléaire et du respect à l’échelle internationale du Traité sur la non-prolifération. Les deux dirigeants ont aussi parlé de questions importantes concernant la sécurité, dont les efforts de lutte contre le terrorisme.

 

– Reconnaissant l’importance du Nigéria dans la région, notamment de son rôle de chef de file régional et de ses contributions importantes aux missions de maintien de la paix, ainsi que l’amitié de longue date qui lie les Nigérians et les Américains, le président Obama a rappelé que les États-Unis font grand cas des relations entre les deux pays. Il a ajouté qu’il est de l’intérêt des États-Unis que le Nigéria reste fort, prospère et démocratique.

 

– Le président par intérim Jonathan a souligné l’importance des liens entre les États-Unis et son pays et reconnu que la récente signature d’un accord-cadre bilatéral entre les deux pays constituait une avancée importante vers la réalisation des objectifs stratégiques communs.

 

– Les deux dirigeants sont aussi convenus que ces objectifs comprenaient : le respect du droit et des processus constitutionnels ; la tenue d’élections libres et justes ; le renforcement des capacités et un engagement au plan de la lutte contre la corruption ; le respect des droits de l’homme ; la promotion du développement économique ; et la résolution des conflits internes. Le président a encouragé le président par intérim à profiter de son mandat pour réaliser des progrès tangibles dans le renforcement de l’engagement du gouvernement nigérian dans la contre la corruption. Il a également indiqué que les États-Unis aideraient le président par intérim Jonathan à remplir sa promesse de mettre en ouvre une réforme électorale.

 

Les dirigeants de près de 50 pays vont participer au sommet de deux jours organisé à Washington dans le cadre des efforts internationaux lancés pour garder les armes et les matières nucléaires hors de portée des terroristes.

 

Ce sommet est la réunion la plus importante de dirigeants mondiaux organisée par un président américain depuis la convocation par Franklin Roosevelt de la réunion de San Francisco en 1945 qui déboucha sur la création des Nations unies.

 

SOURCE 

US Department of State


Categories

%d bloggers like this: