Posted by: africanpressorganization | 11 February 2010

Cote d’Ivoire / L’ONUCI à Bocanda: “éviter que le feu ne se rallume”

 


 

 

Cote d’Ivoire / L’ONUCI à Bocanda: “éviter que le feu ne se rallume”

 

 

ABIDJAN, Côte d’Ivoire, 11 février 2010/African Press Organization (APO)/ — La crise que vit la Cote d’Ivoire depuis 2002 a mis à rude épreuve les relations humaines et l’Opération des Nations Unies en Cote d’Ivoire (ONUCI) veut “éviter que le feu ne se rallume”, a souligné mercredi le chef de la Division des Droits de l’Homme de l’ONUCI, Simon Munzu, au cours d’une rencontre avec les autorités administratives, politiques et sécuritaires du département de Bocanda, à 320 km, au nord-est d’Abidjan.

 

M. Munzu, qui dirigeait la délégation onusienne, a expliqué le sens des Journées de l’ONUCI, une campagne d’information et de sensibilisation à travers plusieurs types d’activités. Comme lors des deux précédentes éditions, à Vavoua et à Hiré, les Journées, qui prennent fin vendredi, comportent également des consultations médicales gratuites, offertes par le bataillon pakistanais et un forum d’échanges avec la société civile ainsi que des activités sportives et culturelles.

 

“Il est bon pour nous d’aller vers les populations pour les sensibiliser et les exhorter à aller ensemble vers des élections dans un climat électoral apaisé. On devrait travailler ensemble en impliquant les populations, et c’est le sens de ces journées”, a ajouté M. Munzu.

 

Pour sa part, le Préfet du Département de Bocanda, Gbamele Kouamé Adrien,  a mis en exergue l’importance de la visite de quelques jours de l’ONUCI dans sa localité, rappelant que “Bocanda est au centre de la Cote d’Ivoire, à cheval entre la zone forestière et la savane arborée, mais elle est souvent oubliée”.

 

Le département compte environ 125.000 habitants. Sa population, qui a connu les affres de la guerre, vit aujourd’hui sous le seuil de pauvreté dans une région en quête d’un bien-être, selon Gbamele. Il s’est réjoui de l’organisation des consultations médicales gratuites, qui ont enregistré la participation de plus de 450 personnes. “La santé est la meilleure chose au monde; c’est la plus grande des préoccupations. Et si quelqu’un vous la procure, c’est qu’il vous veut du bien”, a-t-il dit.

 

Dans l’après midi de mercredi, des ateliers ont été organisés avec les chefs traditionnels, religieux et communautaires, les associations de femmes et de jeunes, et les medias sur le thème du forum: “Les populations de Bocanda et l’ONUCI main dans la main pour un environnement électoral apaisé”.  

 

SOURCE 

Mission of UN in Côte d’Ivoire


Categories

%d bloggers like this: