Posted by: africanpressorganization | 4 February 2010

Cote d’Ivoire / Une délégation du FPI chez le numéro deux de l’ONUCI

 


 

 

 

Cote d’Ivoire / Une délégation du FPI chez le numéro deux de l’ONUCI

 

 

ABIDJAN, Côte d’Ivoire, February 4, 2010/African Press Organization (APO)/ — Le Représentant spécial adjoint principal du Secrétaire général des Nations unies, Abou Moussa, a reçu mercredi, une délégation du Front populaire ivoirien (FPI), venue échanger sur le processus électoral et faire part de leurs préoccupations sur l’évolution du processus de sortie de crise.

 

« Nous avons abordé trois points au cours de cette réunion notamment la position du FPI sur l’affaire des 429 000 pétitionnaires, la restauration de l’autorité de l’Etat et la question des médias », a déclaré le président du FPI et chef de la délégation, Affi N’Guessan, au terme de la réunion de plus d’une heure au siège de la mission à Sebroko.

 

Evoquant le premier aspect des échanges, M Affi a indiqué .qu’il s’agissait d’expliquer à l’ONUCI les motivations profondes de la position du FPI demandant un changement à la tète de la CEI, ainsi que les attentes de ce choix. Sur ce point, M Affi s’est dit satisfait d’avoir pu échanger avec la délégation de l’ONUCI.

 

Notre deuxième préoccupation est la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire, a-t-il dit. A ce sujet, le président du FPI a déclaré que trois ans après la signature de l’Accord politique de Ouagadougou, les avancées n’étaient pas à la hauteur des attentes. « Au moment où nous parlons d’election, le desarmement n’est pas effectif, l’Etat n’est pas présent » , a-t-il noté, ajoutant que tout cela n’augurait pas d’election équitable. Il a estimé que les populations dans certaines zones, ne bénéficiaient pas des mêmes prestations de la sécurité et de l’ordre public dans les mêmes conditions .

 

S’agissant des médias, M Affi a déploré la non couverture dans les zones Centre Nord et Ouest (CNO). « Dans cette zone, des médias incontrôlées organisent la propagande au profit de certains candidats dans des conditions non réglementaires » a-t-il souligné. « Tant que ces situations perdurent ce sont des signes que le processus n’évolue pas convenablement », a estimé M Affi.

 

Le président du FPI s’est félicité de la prolongation de dix jours du contentieux. Il a estimé qu’une prolongation de trente jours serait encore mieux

 

Le président du FPI était accompagné des membres du secrétariat exécutif du parti.

 

SOURCE 

Mission of UN in Côte d’Ivoire


Categories

%d bloggers like this: