Posted by: africanpressorganization | 21 October 2009

Ping: ” Un observatoire panafricain des médias serait un outil au service des médias, établi avec et pour les médias”

 

 


 

 

Ping: ” Un observatoire panafricain des médias serait un outil au service des médias, établi avec et pour les médias”

 

 

ADDIS ABEBA, Ethiopie, 21 octobre 2009/African Press Organization (APO)/ — La Commission de l’Union Africaine remercie la société civile pour sa participation à la consultation en ligne sur le projet de mise en place d’un Observatoire Panafricain des Médias, le projet sera  remanié.

 

La consultation en ligne sur la première esquisse d’un  Observatoire Panafricain des Médias s’est terminée le 15 août dernier. La Commission de l’Union Africaine va revoir son projet avec le même objectif : promouvoir des médias libres, indépendants et professionnels en Afrique. Il s’agit maintenant de tenir compte de l’ensemble des commentaires reçus, qu’ils soient positifs ou négatifs. La poursuite du dialogue sur ce sujet avec la société civile, particulièrement les gens de la profession, sera bien entendu essentielle sur cette thématique sensible « Media et Développement. »

 

Le Président de la Commission de l’Union Africaine, Jean Ping a déclaré : “La Commission de l’Union Africaine remercie toutes les personnes et organisations qui ont participé à ce processus de réflexion pour améliorer la situation des médias en Afrique. L’Afrique a besoin de dialogue et de débats pour avancer. La thématique Médias et développement est complexe et sensible, mais il y a là matière à faire avancer le continent positivement. C’est surement par le dialogue avec la société civile que nos projets seront plus utiles et bien acceptés.

 

La Commission de l’Union Africaine souhaite promouvoir la liberté d’expression, aider au développement de médias libres, indépendants et professionnels au niveau africain, renforcer les capacités des journalistes et lutter contre les stéréotypes. C’est le but initial de ce projet et nous le poursuivrons. Un Observatoire Panafricain serait un outil au service des médias, établi avec et pour les médias. Ce projet doit être vu comme une étape qui s’ajoute aux initiatives et textes déjà existants, comme la Déclaration de Windhoek et ses suites, pour améliorer la situation des médias en Afrique. Les médias libres et indépendants contribuent de manière essentielle à la bonne gouvernance démocratique et au développement.  La Commission de l’Union Africaine est déterminée à travailler dans cette direction pour contribuer à diffuser ces principes dans tout le continent.

 

Nous finalisons maintenant l’analyse de l’ensemble des commentaires, afin d’améliorer cette première idée d’Observatoire. Nous proposerons certainement un projet modifié substantiellement grâce à cette consultation. Défendre les médias en Afrique reste pour nous une question fondamentale et ma porte restera ouverte pour le dialogue sur le sujet : il faut lever les malentendus sur nos intentions et mobiliser notre potentiel créatif avec ceux qui croient en la possibilité d’améliorer la situation.” 

 
 

Maintenant que la consultation sur la première esquisse est achevée, la Commission de l’Union Africaine envisage de poursuivre l’analyse de l’ensemble des commentaires apportés, positifs et négatifs et réétudier le projet afin de l’améliorer ; poursuivre le dialogue avec la société civile et continuer  le débat dans le cadre de la stratégie Afrique-Europe afin que les experts des deux continents puissent échanger sur la thématique au bénéfice de chacun.

 
 

Contexte :

 

L’idée initiale d’un Observatoire Panafricain des Médias : un outil au service des médias

 

La première consultation de la société civile africaine via Internet sur la thématique des médias vient de s’achever avec un succès en termes de participation. Il s’agissait de l’esquisse d’un projet d’Observatoire Panafricain des Médias. L’idée initiale était de créer un outil qui observerait la situation des médias en Afrique, établirait des rapports sur leur situation et proposerait son avis en cas de conflit.

 

L’idée de créer un Observatoire Panafricain des Médias était de mettre en place, au niveau panafricain une structure totalement indépendante d’observation, d’information, de médiation et de  conseil afin de dresser un état des lieux de la situation au niveau de tout le continent africain et de l’améliorer. Pour avoir cette dimension panafricaine, l’Observatoire aurait été lié à la Commission de l’Union Africaine alors que ses organes de fonctionnement et de prise de décisions, avec une majorité de représentants de la société civile, en auraient assuré l’indépendance.

 

Une consultation qui a connu un véritable succès de participation

 

Parmi les plus de 300 participants à la consultation en ligne, la première du genre, organisée par la Commission de l’Union Africaine, 80% se sont montrés favorables à la création de l’Observatoire et 15% opposés au projet tel que présenté. La quantité et la qualité des contributions expriment le dynamisme de la société civile africaine et l’intérêt de la question. Cependant, la Commission de l’Union Africaine est consciente des critiques émanant d’organisations reconnues et parfois assez virulentes, sur cette première esquisse du  projet. Des craintes se sont notamment manifestées d’un éventuel détournement des finalités originelles du projet pour un contrôle des médias par certains Etats ou encore pour l’affaiblissement de la liberté de la presse. Bien entendu, il est positif et normal que des commentaires négatifs émergent sur un sujet aussi sensible que celui des médias ; les critiques sont utiles pour avancer. C’est le but d’une consultation que de solliciter les parties prenantes afin de voir ce qu’elles pensent d’un projet, en vue de l’améliorer. On ne peut que s’enrichir du débat qui est nécessaire pour avancer constructivement et le travail conjoint avec les parties prenantes restera essentiel dans les mois à venir.

 

Pour lire les contributions en ligne (celles dont les auteurs ont accepté qu’elles soient rendues publiques):

http://www.media-dev.eu/website.php?rub=voirlescontributions&lang=fr

 

 

L’idée d’un Observatoire Panafricain des Médias née au Forum de Ouagadougou

 

Au Forum « Media et Développement », qui s’est tenu à Ouagadougou, Burkina Faso, du 11 au 13 septembre 2008, parmi les propositions finales, a émergé celle d’un Observatoire Panafricain des Médias. Le Forum a été co-organisé avec la Commission européenne dans le cadre de leur partenariat stratégique conjoint UE-UA, adopté lors du Sommet Europe-Afrique de Lisbonne (décembre 2007), en partenariat avec l’OIF, le Commonwealth, le CPLP.  Plus de 180 participants (Panos, Fédération Internationale des Journalistes, Banque Mondiale, BBC World Service trust, Reuters Foundation, Institut Africain de la gouvernance, Institut de presse et des sciences de l’information de Tunisie, Ecole supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication, Cameroun, Association des journalistes du Burkina Faso, West African Newsmedia & Development Centre, PNUD, Unesco, TV5Monde, Spectrum TV, Ministres du Rwanda, du Burkina Faso, du Niger) ont débattu pendant trois jours pour identifier quelles avancées juridiques, quelles régulations, quels financements, quelles formations, quelles actions sont nécessaires pour avancer sur la voie du développement des sociétés du sud et du nord via les médias.

 

La première esquisse du projet d’Observatoire Panafricain des Médias a été adressée, en octobre 2008,  aux Etats membres de l’Union Africaine et présentée, un mois après, (novembre 2008), aux Journées européennes du Développement. Elle a été, également, soumise, à travers la consultation en ligne, qui a duré jusqu’au 15 Août 2009, à toutes les parties prenantes intéressées.

 

Plus d’informations:

http://www.media-dev.org/

 

 

SOURCE 

African Union Commission (AUC)


Categories

%d bloggers like this: