Posted by: africanpressorganization | 28 April 2009

La Commission est la première à prendre des mesures dans la foulée du G20 par sa stratégie d’aide aux pays en développement.

 


 

 

La Commission est la première à prendre des mesures dans la foulée du G20 par sa stratégie d’aide aux pays en développement.

 

 

BRUXELLES, Royaume de Belgique, 28 avril 2009/African Press Organization (APO)/ — Moins d’une semaine après le sommet de Londres, la Commission européenne arrête un train de mesures que l’UE peut prendre dès maintenant pour aider les pays en développement à surmonter la crise économique actuelle.

José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, a déclaré:

«L’Europe a pris l’initiative d’assurer que le G20 pose les bases d’une reprise

équitable et durable pour tous, y compris les pays en développement. C’est à

présent seulement que nous mesurons quel sera l’impact réel de l’actuelle récession

sur nos partenaires – ceux qui ont le moins de responsabilité dans la crise financière

sont parmi ceux qui seront les plus durement touchés par ses conséquences

économiques. L’Europe est de loin le premier donateur dans le monde et cette

tendance s’accentue encore. Nous avons parcouru plus de la moitié du chemin vers

l’échéance de 2015 fixée pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le

développement et certains des acquis risquent d’être perdus, plongeant les pays

pauvres dans une situation pire qu’avant la crise. Je l’ai dit avant le G20, je l’ai dit

lors de la réunion du G20 et je le dis une fois de plus: la récession ne doit pas, ne

peut pas, et ne sera pas utilisée comme prétexte pour revenir sur nos promesses

d’accroître l’aide.»

Louis Michel, membre de la Commission chargé du développement et de l’aide

humanitaire, s’est exprimé en ces termes: «Nous savons ce que nous devons faire:

atteindre nos objectifs en matière d’aide, avancer les fonds pour avoir un impact au

moment où l’aide est le plus nécessaire, recentrer nos programmes en cours pour

contrer la crise et tirer le maximum du moindre centime. La valeur réelle d’une

collaboration plus efficace à 27 dans la mise en oeuvre de notre action en faveur du

développement se chiffre à quelque 7 milliards € par an – ce qui représente un

soulagement incommensurable de souffrances humaines. La communication

adoptée aujourd’hui expose comment nous pouvons y arriver. Je suis fier que

l’Europe soit la première à agir après le G20 en faveur des pays en développement.»

La communication adoptée aujourd’hui par la Commission explore comment l’Europe

peut aider les pays en développement à faire face à la crise.

2

Premièrement, tenir nos promesses – l’Union européenne, déjà de loin le premier

donateur d’aide au niveau mondial, a porté son aide à 49 milliards € en 2008, soit

0,40 % du RNB. Les volumes d’aide devraient augmenter jusqu’à un montant estimé

de 69 milliards € en 2010 pour être conformes à la promesse collective faite au

sommet du G8 à Gleneagles en 2005 d’atteindre 0,56 % du RNB de l’UE. Cela

libérerait un montant supplémentaire de 20 milliards €. En outre, la Commission

propose de recourir davantage à l’aide au développement pour mobiliser d’autres

fonds, notamment par le biais de la Banque européenne d’investissement (chaque

euro dépensé en aide devrait mobiliser jusqu’à cinq euros d’investissement privé).

Deuxièmement: anticiper les engagements existants et les recentrer sur les

plus vulnérables. La Commission avance 3 milliards €, soit 72 % de son aide

budgétaire prévue aux pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, garantissant

par là que les dépenses sociales ne sont pas supprimées au moment où elles sont

le plus nécessaires. Un instrument ad hoc «FLEX» servira à contrer les variations

cycliques pour compenser la perte de recettes d’exportation subie par les pays en

développement les plus touchés alors que le commerce mondial se contracte. Il sera

opérationnel avant la fin de 2009 et doté d’une enveloppe d’au moins 500 millions €

devant permettre aux pays en développement de maintenir les dépenses sociales.

Ce montant s’ajoute au 1 milliard € du mécanisme d’aide financière aux importations

alimentaires (facilité alimentaire) adopté avant le G20, dont 800 millions seront

disponibles cette année. D’une manière générale, cette concentration en début

d’exercice par la Commission européenne devrait permettre une avance de

4,3 milliards € sur les ressources de 2009.

Enfin, l’Union européenne a pris les devants pour rendre l’aide existante plus

efficace. En travaillant ensemble, les 27 États membres et la Commission peuvent

réaliser de réelles économies en termes d’efficacité, en exploitant au mieux nos

euros consacrés à l’aide et en servant de modèle à d’autres dans le monde. Selon

des premières estimations, tirées d’une étude commanditée par la Commission

européenne, nous pourrions libérer un montant de 7 milliards € par an en améliorant

l’efficacité de l’aide et en mettant en oeuvre les principes déjà convenus en 2008.

La communication pourra être consultée en ligne sur le site mentionné ci-après ainsi

que quatre documents d’accompagnement:

“Financing for Development – Where does the EU go from Doha?”

“2009 Aid for Trade Monitoring Report”

“Aid Effectiveness after Accra – Where does the EU stand?”

“Millennium Development Goals – Impact of the financial crisis on developing

countries”

http://ec.europa.eu/development/index_fr.cfm

SOURCE 

European Commission


Categories

%d bloggers like this: