Posted by: africanpressorganization | 7 April 2009

RD Congo : la situation est aussi grave que l’année dernière

 


 

RD Congo : la situation est aussi grave que l’année dernière

 

KINSHASA, République démocratique du Congo (RDC), 7 avril 2009/African Press Organization (APO)/ — La crise humanitaire qui sévit en République démocratique du Congo est aussi grave qu’elle l’était à la fin de 2008, a affirmé aujourd’hui Oxfam France – Agir ici.

Selon les chiffres des Nations unies, environ 250 000 personnes dans les provinces du Nord et du Sud Kivu ont été déplacées depuis la mi-janvier à la suite d’opérations militaires ciblant le groupe rebelle des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR). Ce nombre est équivalent à celui des populations déplacées l’automne dernier alors que des combats intenses éclataient.

Il a également été rapporté que des hommes armés tuent des civils en représailles, bloquant les routes et dans certains cas, brûlant les maisons et chassant les habitants. Dans certaines parties du territoire de Lubero, où la plupart des habitants vivent d’agriculture vivrière, les civils arrivent à peine à accéder à leurs champs pour la récolte en raison de l’insécurité qui règne et du pillage généralisé.

Alors qu’il est prévu d’étendre les opérations contre les FDLR jusqu’au Sud Kivu, l’inquiétude est de plus en plus grande parmi les habitants, dont des dizaines de milliers ont déjà été forcés de quitter leurs maisons. Selon l’ONU, près de 300 000 personnes ont pu retourner dans leurs foyers dans certaines parties du Nord Kivu. Cependant, le calme revenu dans certaines régions, comme dans le territoire de Rutshuru, s’est accompagné d’une montée de l’insécurité dans d’autres, comme dans les territoires de Lubero et de Walikale.

« Toutes les parties impliquées dans le conflit, tant les forces armées gouvernementales que les groupes paramilitaires, doivent prendre leurs responsabilités en vertu du droit international humanitaire afin de protéger les civils et fournir aux organisations humanitaires un accès sûr aux civils dans le besoin » a déclaré Marcel Stoessel, directeur d’Oxfam Grande Bretagne, en République démocratique du Congo.

Le Conseil de sécurité de l’ONU, dont la France est membre permanent, doit discuter de la MONUC ce jeudi 9 avril. Pour Oxfam France – Agir ici, la France, qui avait pris l’initiative du renforcement de la MONUC par le Conseil de Sécurité en novembre dernier, doit obtenir ce jeudi que les troupes supplémentaires nécessaires soient, enfin, rapidement identifiées et déployées sur le terrain.

« Nicolas Sarkozy s’est rendu à Kinshasa il y a dix jours et y avait notamment promis aux Congolais que «la France ne [les] abandonnera pas». Il est temps de tenir cette promesse et de passer aux actes. En attendant l’arrivée des renforts, la France doit veiller à ce que les troupes actuellement sur le terrain fassent tout leur possible pour protéger les civils. Un plus grand nombre de patrouilles à pied est notamment nécessaire dans les villes et le long des routes principales pour assurer la sécurité des populations » déclare Nicolas Vercken, d’Oxfam France – Agir ici.

Oxfam France – Agir ici vient de publier un « baromètre de la protection des civils 2008 » qui vise à évaluer l’impact sur les civils de 10 conflits qui se sont poursuivis en 2008, ainsi que la réponse de la communauté internationale, y compris le traitement médiatique dont ont bénéficié ces différents conflits. (4)

« La violence en RD Congo a disparu du radar médiatique. Pourtant, la situation sur le terrain aujourd’hui est malheureusement aussi préoccupante qu’à la fin de l’année dernière, même s’il n’y a plus de caméras présentes pour en rendre compte. La guerre est loin d’être terminée pour les civils congolais. N’attendons pas 200 000 déplacés de plus pour réagir ! » conclut Nicolas Vercken.

 

SOURCE : OXFAM International


Categories

%d bloggers like this: