Posted by: africanpressorganization | 26 March 2009

Les délégations de la cinquième commission examinent le renforcement logistique de la mission de l’Union Africaine en Somalie (AMISOM)

 


 

Les délégations de la cinquième commission examinent le renforcement logistique de la mission de l’Union Africaine en Somalie (AMISOM)

 

NEW YORK, 26 mars 2009/African Press Organization (APO)/ — La Cinquième Commission (administrative et budgétaire) a débattu aujourd’hui du financement de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) pour la période allant du 1er juillet 2008 au 30 juin 2009. 

 

Les délégations ont, notamment, examiné la proposition du Secrétaire général, qui figure dans un rapport présenté par la Directrice de la Division du financement du maintien de la paix, Mme Catherine Vendat, d’approuver une demande d’autorisation pour engager les dépenses concernant la période considérée d’un montant de plus de 80 millions de dollars.  Une partie de ces ressources serait consacrée au financement d’un dispositif d’appui logistique à l’AMISOM et du déploiement de 243 fonctionnaires de l’ONU, dont 184 recrutés sur le plan international et 59 recrutés sur le plan national.

 

La mise en place de ce dispositif basé à Nairobi aurait pour but de renforcer rapidement les capacités en équipement et en personnel de l’AMISOM, et de préparer sa transformation en une opération de maintien de la paix, le Conseil de sécurité de l’ONU devant décider de la création d’une telle opération le 1er  juin prochain.

 

La Secrétaire générale adjointe à l’appui aux missions, Mme Susana Malcorra, est intervenue pour demander que la Commission soutienne la création du dispositif d’appui logistique pour donner à l’AMISOM les moyens de mener à bien son mandat dans les prochains mois.  L’AMISOM, a-t-elle rappelé, travaille dans des conditions très difficiles.  Elle a également souligné la nécessité pour le processus de transformation de la Mission en opération de maintien de la paix de bénéficier d’un financement continu, compte tenu des besoins sur le terrain.

 

Le Comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires (CCQAB), dont le rapport sur la question a été présenté par sa présidente, Mme Susan McLurg, a indiqué que, « sachant qu’un nouveau bureau d’appui doit être créé », il s’attendait à ce que les projets de budget à venir donnent une indication précise des ressources requises pour les activités de planification, afin d’éviter les doubles emplois entre les différentes équipes installées sur place et le Siège de l’ONU, à New York. 

 

Les délégations de l’Ouganda et du Burundi –à savoir les deux contributeurs de troupes de l’AMISOM à ce jour- ont salué les propositions du Secrétariat pour renforcer la Mission.  Elles ont rappelé qu’alors que l’AMISOM devrait être constituée de 8 000 hommes, seulement quatre bataillons avaient été déployés sur le terrain depuis sa création en 2007. 

 

Les représentants de ces pays ont attiré l’attention sur les équipements inadaptés et l’insuffisance des effectifs de la Mission à la fois pour répondre aux défis en matière de sécurité posés par les « extrémistes » et pour couvrir la totalité du territoire de la Somalie. 

 

Par conséquent, ils ont jugé essentiel le soutien de l’ensemble des États Membres à la création d’un module d’appui logistique pour rendre la Somalie « plus sûre » et faciliter le travail du personnel international.

 

Le représentant de la République tchèque, qui s’exprimait au nom de l’Union européenne, et les représentants de la Chine et du Japon, ont déclaré vouloir examiner de manière approfondie les diverses hypothèses de déploiement ainsi que les modalités de leur financement lors des consultations officieuses de la Commission. 

 

Les États-Unis, de leur côté, ont demandé que la Commission approuve les propositions du Secrétaire général afin de permettre la poursuite des importantes avancées politiques enregistrées au cours de ces dernières semaines en Somalie. 

 

Les délégations de l’Éthiopie et de Djibouti, ce dernier intervenant au nom du Groupe des États d’Afrique, ont appelé la communauté internationale à aider les Nations Unies et l’Union africaine à répondre aux défis logistiques de l’AMISOM en accélérant le déploiement complet de celle-ci en vue de sa transformation en une opération de maintien de la paix de l’ONU. 

 

La prochaine réunion de la Cinquième Commission aura lieu demain, jeudi 26 mars, à 10 heures. 

 

Documentation

 

Financement des activités découlant de la résolution 1863 (2009) du Conseil de sécurité

 

Dans son rapport (A/63/758), le Secrétaire général rappelle que le Conseil de sécurité a prié le Secrétaire général de mettre en place un dispositif d’appui logistique à la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) pour permettre l’intégration des forces de cette dernière dans une opération de maintien de la paix des Nations Unies.  En attendant la décision que le Conseil de sécurité prendra au 1er juin 2009 au sujet de la création d’une telle opération en Somalie, qui assurera le relai de l’AMISOM, il demande une autorisation d’engagement de dépenses, avec mise en recouvrement du montant correspondant, soit 80 906 900 dollars pour la période allant du 1er mai 2007 au 30 juin 2009, y compris le montant de 50 millions de dollars déjà autorisé par le Comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires pour financer la mise en place du dispositif d’appui logistique à l’AMISOM.

 

La demande d’autorisation d’engagement de dépenses se rapporte au déploiement de 243 fonctionnaires des Nations Unies, dont 184 recrutés sur le plan international et 59 recrutés sur le plan national, qui appuieront l’effectif autorisé de l’AMISOM, soit 8 000 militaires et 270 agents de police.

 

Dans son rapport sur la question, le Comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires (CCQAB) (A/63/780) fait observer que les activités de la planification et de la coordination relatives à une éventuelle opération de maintien de la paix de l’ONU en Somalie ont déjà fait l’objet de prévisions et d’un financement dans le cadre d’arrangements distincts.  Sachant qu’un nouveau bureau d’appui doit être créé, le Comité compte que les projets de budget à venir donneront une image globale de l’ensemble des ressources requises pour les activités de planification afin d’éviter les chevauchements. 

 

Le Comité consultatif recommande que l’Assemblée générale autorise le Secrétaire général à engager les dépenses proposées dans son rapport.  Il souligne néanmoins que sa recommandation sur les autorisations d’engagement de dépenses ne préjuge en rien de la position qu’il pourrait adopter à l’égard de la structure, du nombre et de la classe des postes ou à l’égard d’autres ressources envisagées au titre de l’appui à fournir à l’AMISOM ou à une future opération de maintien de la paix des Nations Unies en Somalie.

 

SOURCE : NATIONS UNIES


Categories

%d bloggers like this: