Posted by: africanpressorganization | 23 March 2009

Voyage apostolique en Afrique : 21 – 23 MARS

 


 

Voyage apostolique en Afrique : 21 – 23 MARS

 

SAINT – SIEGE, Cité du Vatican, 23 mars 2009/African Press Organization (APO)/ — Voyage apostolique en Afrique : 21 – 23 MARS

 

S’engager pour la vie.

Témoins de vérité.

Levain évangélique pour l’Afrique.

Dignité de la femme.

Benoît XVI quitte l’Afrique.

 

 

 

S’ENGAGER POUR LA VIE

 

CITE DU VATICAN, 21 MARS 2009 (VIS). A 16 h 20′ le Pape est arrivé en papamobile au Stadio dos Coqueiros de Luanda, à 14 km de la ville, où l’attendaient 30.000 personnes. Commentant le thème de la rencontre tiré du livre de l’Apocalypse: Voici que je fais toutes choses nouvelles , le Pape a dit aux jeunes que “Dieu fait la différence… Qui plus est, Dieu nous rend différents, nous refait à neuf ! L’avenir de l’humanité nouvelle, c’est Dieu, et le commencement de tout cela, c’est son Eglise. Quand vous en aurez la possibilité, lisez attentivement son histoire: vous vous rendrez compte avec surprise que l’Eglise, au cours des âges, ne vieillit pas ; elle devient au contraire de plus en plus jeune, parce qu’elle chemine vers le Seigneur, se rapprochant chaque jour de la seule et véritable source d’où jaillissent la jeunesse, la régénération, la force de la vie.”. S’adressant de façon particulière aux jeunes orphelins et mutilés de la guerre ou des mines, il a ajouté: “Je pense aux torrents de larmes que tant de vous ont versé à cause de la perte de membres de vos familles, et il n’est pas difficile d’imaginer les sombres nuages qui couvrent encore le ciel de vos rêves les plus beaux”.

“Vous le voyez, Jésus ne nous laisse pas sans réponse ; il nous dit clairement une chose: le renouvellement commence en nous ; vous recevrez une force d’En-Haut. La force dynamique de l’avenir se trouve en vous. Elle se trouve en nous… mais comment ? Tout comme la vie est à l’intérieur d’une semence. Ainsi Jésus l’a-t-il expliqué, en un moment décisif de son ministère… Jésus se mit à parler d’un semeur qui semait dans le champ du monde, et il expliqua ensuite que la semence était sa Parole et les guérisons qu’il avait opérées: en vérité peu de choses en regard des immenses besoins et difficultés de chaque jour. Et pourtant, dans la semence, l’avenir est présent, parce que la semence porte en elle le pain de demain, la vie de demain. La semence semble n’être presque rien, mais elle est la présence de l’avenir, elle est la promesse déjà tangible aujourd’hui. Quand elle tombe dans une bonne terre, elle fructifie trente, soixante et même parfois cent fois pour un… Au milieu de vous se trouve le Pain nouveau, le Pain de la vie qui vient, la sainte Eucharistie qui nous nourrit et fait s’épanouir la vie trinitaire dans le cœur des hommes… Il se donne à nous et nous répondons en nous donnant aux autres par amour pour lui. C’est là chemin de la vie; mais il sera possible de le parcourir à la seule condition qu’existe un dialogue constant avec le Seigneur et un dialogue vrai entre vous. La culture sociale dominante ne vous aide pas à vivre la Parole de Jésus ni le don de vous-même auquel il vous appelle selon le dessein du Père”.

Après avoir encouragé les jeunes à ne pas avoir peur de “prendre des décisions définitives”, le Pape a poursuivi : “La générosité ne vous manque pas – je le sais! Cependant, face au risque de s’engager pour toute la vie, que ce soit dans le mariage ou dans une consécration particulière, vous éprouvez de la crainte… Puis-je disposer aujourd’hui de ma vie alors que j’ignore les imprévus qu’elle me réserve? Par une décision définitive, est-ce que je ne mets pas en jeu toute ma liberté et est-ce que je ne me lie pas les mains?  Tels sont les doutes qui vous assaillent et la culture individualiste et hédoniste les renforce. Le résultat: vous ne vous décidez pas, et vous risquez ainsi de demeurer d’éternels enfants! Je vous le dis: Courage! Osez prendre des décisions définitives parce que ce sont les seules qui ne détruisent pas la liberté, mais qui lui donnent la juste orientation, en permettant d’avancer et de faire quelque chose de grand dans la vie. La vie n’a de valeur que si vous avez le courage de l’aventure et la certitude confiante que le Seigneur ne vous laissera jamais seuls. Jeunesse de l’Angola, libère en toi l’Esprit Saint, la force d’En-Haut ! Confiant en cette force, à l’image de Jésus, risque ce saut dans le définitif et, par lui, offre une chance à la vie ! -a-t-il conclu-… Voilà la vie qui mérite d’être vécue et que, de tout cœur, je vous souhaite. Vive la jeunesse de l’Angola!”. Après sa rencontre avec les jeunes, le Saint-Père s’est rendu à la nonciature apostolique pour y dîner et passer la nuit.

 

 

 
 

TEMOINS DE VERITE

 

CITE DU VATICAN, 22 MAR 2009 (VIS). Benoît XVI a regagné ce matin l’esplanade de Cimangola, où après avoir salué l’assistance, il a présidé à 10 h la messe avec les prélats de l’Association interrégionale des évêques de l’Afrique australe, à laquelle appartiennent les Conférences épiscopales d’Angola et de Sao Tomé, du Bostwana, d’Afrique du Sud et du Swaziland, du Lesotho, du Mozambique, de Namibie et du Zimbabwe. Il a d’abord eu une pensée particulière pour les deux jeunes filles qui ont perdu la vie dans un mouvement de foule lors de l’ouverture des portes du stade quelques heures avant sa rencontre avec les jeunes. “Nous confions ces deux jeunes à Jésus -a-t-il dit- pour qu’il les accueille dans son Royaume. J’exprime ma solidarité aux familles et aux amis ainsi que ma profonde douleur parce qu’elles venaient pour me rencontrer”. Le Saint-Père a aussi dit qu’il priait pour les 89 personnes blessées à la même occasion, “avec le souhait d’un prompt rétablissement”.

 

A l’homélie, le Pape a commenté la première lecture qui invite les israélites à revenir à Jérusalem pour reconstruire le temple détruit. “La description saisissante de la destruction et de la ruine causée par la guerre -a-t-il dit- trouve un écho dans l’expérience personnelle de nombreuses de personnes de ce pays lors des terribles dévastations de la guerre civile. Qu’il est vrai de dire que la guerre peut détruire tout ce qui est précieux! L’appel à faire retour et à reconstruire le temple de Dieu a un sens particulier pour chacun de nous… Dieu nous appelle à reconnaître la puissance de sa présence en nous, à faire nôtre de nouveau le don de son amour et de son pardon, et à devenir messagers de cet amour miséricordieux…dans tous les secteurs de la vie sociale et politique”. Après avoir rappelé que ce dimanche en Angola est la Journée de prière et de pénitence pour la réconciliation nationale, le Saint-Père a ajouté que “l’Evangile nous enseigne que la réconciliation…ne peut être que le fruit d’une conversion…d’une nouvelle façon de penser. Il nous enseigne que seul le pouvoir de l’amour de Dieu peut changer nos cœurs et nous rendre plus forts que la puissance du péché et de la division”.

 

“Je suis venu en Afrique précisément pour annoncer ce message de pardon, d’espérance et d’une vie nouvelle dans le Christ “, a ajouté Benoît XVI qui a ensuite évoqué le prochain Synode pour l’Afrique et a demandé à tous de prier pour “que chaque chrétien, sur ce grand continent, expérimente l’action recréatrice de l’amour miséricordieux de Dieu et que l’Eglise en Afrique devienne pour tous le lieu d’une authentique réconciliation, grâce au témoignage rendu par ses fils et ses filles… Tel est le message que le Pape vous apporte ainsi qu’à vos enfants. De l’Esprit Saint, vous avez reçu la force d’être les bâtisseurs d’un avenir meilleur pour votre pays bien-aimé. Dans le baptême, l’Esprit vous a été donné pour être les hérauts du Royaume de Dieu, règne de vie et de vérité, de grâce et de sainteté, de justice, d’amour et de paix… Soyez fidèles à ce don, certains que l’Evangile peut affermir, purifier et ennoblir les profondes valeurs humaines présentes dans votre culture d’origine et dans vos traditions: l’unité de la famille, le profond sens religieux, la célébration joyeuse du don de la vie, la considération pour la sagesse des anciens et pour les aspirations de la jeunesse. Enfin, soyez reconnaissants pour la lumière du Christ! Manifestez de la gratitude envers ceux qui vous l’ont apportée: des générations et des générations de missionnaires qui ont tant contribué et qui continuent de contribuer au développement humain et spirituel de ce pays”.

 

Benoît XVI est ensuite revenu sur l’Evangile du jour qui raconte comment vint la lumière de Dieu au monde et comment le monde a préféré les ténèbres. “De façon tragique, les sombres nuages du mal ont aussi assombri l’Afrique… Nous pensons au fléau de la guerre, aux conséquences cruelles du tribalisme et des rivalités ethniques, à la cupidité qui corrompt le cœur de l’homme, réduit en esclavage les pauvres et prive les générations futures des ressources dont elles auront besoin pour créer une société plus solidaire et plus juste, une société vraiment et authentiquement africaine dans son génie et dans ses valeurs… Et que dire de l’égoïsme insidieux qui fait se replier les individus sur eux-mêmes, divise les familles et, supplantant les grands idéaux de générosité et de dévouement, conduit inévitablement à l’hédonisme, à la fuite vers de faux paradis à travers l’usage de la drogue, à l’irresponsabilité sexuelle, à l’affaiblissement du lien matrimonial, à la destruction des familles et à l’élimination de vies humaines innocentes par l’avortement. Cependant, la Parole de Dieu est une Parole d’espérance sans limite…Dieu ne nous donne jamais pour perdus ! Il continue de nous inviter à lever les yeux vers un avenir d’espérance et il nous promet la force pour le concrétiser… Il nous a donnés ses commandements, non comme un fardeau, mais comme une source de liberté: la liberté de devenir des femmes et de hommes pleins de sagesse, des maîtres de justice et de paix, des gens qui ont confiance dans les autres et qui recherchent leur véritable bien. Dieu nous a créés pour vivre dans la lumière et pour être lumière pour le monde autour de nous!”.

 

“Rayonnez la lumière de la foi, de l’espérance et de l’amour dans vos familles et dans vos communautés! Soyez témoins de la sainte vérité qui rend les hommes et les femmes libres! Vous savez, de par une amère expérience, que face à la fureur inattendue et destructrice du mal, le travail de reconstruction est douloureusement lent et dur. Cela nécessite temps, effort et persévérance. Ce travail doit commencer dans nos cœurs,…dans les petits gestes par lesquels nous manifestons que nous aimons notre prochain – notre prochain quelle que soit sa race, son ethnie ou sa langue – dans la disponibilité à collaborer avec lui pour construire ensemble sur des bases durables”. Le Pape a terminé son homélie en s’adressant aux jeunes: “Vous êtes l’espérance et l’avenir de votre pays, la promesse d’un lendemain meilleur!… L’Eglise a besoin de votre témoignage! N’ayez pas peur de répondre généreusement à l’appel de Dieu à le servir, que ce soit comme prêtres, religieuses ou religieux, comme parents chrétiens ou bien encore à travers tant d’autres formes de service que l’Eglise vous propose. Ayez confiance dans les promesses de Dieu -a-t-il conclu- et vivez dans sa vérité. De cette façon, vous construirez quelque chose qui est destiné à subsister et vous laisserez aux générations futures un héritage durable de réconciliation, de justice et de paix”.

 

 

LEVAIN EVANGELIQUE POUR L’AFRIQUE

 

CITE DU VATICAN, 22 MAR 2009 (VIS). Après la messe, Benoît XVI a récité l’angélus avec l’assemblée: “Depuis l’Angola notre prière s’étend à toute l’Afrique et au monde entier, tandis que les hommes et les femmes qui s’unissent à celle-ci tournent leurs coeurs vers l’Afrique, un vaste continent d’espérance mais assoiffé de justice et de paix, qui attend un développement intégral sérieux en mesure d’assurer un vrai progrès à ses peuples… Inspirés par la foi et confiants dans les promesses du Christ, les catholiques d’Afrique doivent être le levain de l’espérance évangélique auprès de tous ceux qui aiment ce continent et se consacrent à son progrès matériel comme spirituel, à la diffusion de la paix et de la prospérité, de la justice et de solidarité pour tous”.

 

Le Saint-Père a ensuite demandé à Marie, Reine de la paix d’aider les angolais à la réconciliation nationale, après “l’expérience dévastatrice et inhumaine de la guerre civile… Dans cette Afrique méridionale prions-la tout particulièrement d’aider à la paix et à la conversion des coeurs, pour que finisse le conflit qui dévaste la région voisine des Grands Lacs. Puisse son fils, le Prince de la paix, apporter la guérison à qui souffre, le réconfort à qui pleure et la force à tous ceux qui travaillent pour que cesse la violence”. Après la cérémonie, Benoît XVI a regagné la nonciature pour le déjeuner.

 

 

DIGNITE DE LA FEMME

 

CITE DU VATICAN, 22 MAR 2009 (VIS). En milieu d’après-midi le Pape a gagné la paroisse St.Antoine, dans une banlieue très peuplée de la capitale angolaise, pour y rencontrer des représentants des mouvements catholiques de promotion de la femme. Après des témoignages, Benoît XVI a encouragé l’assistance “à une prise de conscience des conditions défavorables auxquelles continuent d’être soumises de nombreuses femmes, en examinant dans quelle mesure la conduite des hommes, leur manque de sensibilité ou de responsabilité peuvent en être la cause… Il faut reconnaître, affirmer et défendre l’égale dignité de l’homme et de la femme”, tous deux “appelés à vivre en profonde communion, dans une reconnaissance mutuelle et un don de soi réciproque, travaillant ensemble pour le bien commun avec les caractéristiques complémentaires de ce qui est masculin et de ce qui est féminin. Aujourd’hui, qui ne perçoit le besoin d’accorder plus de place aux raisons du cœur? Dans une civilisation comme la nôtre, dominée par la technique, on ressent le besoin de cette complémentarité de la femme, afin que l’être humain puisse y vivre sans se déshumaniser complètement. Il suffit de penser aux terres où règne la pauvreté, aux régions dévastées par la guerre, à de nombreuses situations dramatiques découlant des migrations forcées ou non. Ce sont presque toujours les femmes qui y maintiennent intacte la dignité humaine, défendent la famille et sauvegardent les valeurs culturelles et religieuses”.

 

 

L’histoire, a poursuivi le Saint-Père, “mentionne presque exclusivement les conquêtes des hommes, alors qu’en réalité une part très importante est due à des actions déterminantes, persévérantes et utiles accomplies par des femmes… Aujourd’hui personne ne devrait plus douter du fait que les femmes, sur la base de leur égale dignité avec les hommes, ont tout à fait le droit de jouer un rôle actif dans tous les secteurs de la vie publique, et leur droit doit être affirmé et défendu, y compris par des instruments juridiques lorsque cela se révèle nécessaire. La reconnaissance du rôle public des femmes ne doit pas diminuer pour autant leur rôle irremplaçable à l’intérieur de la famille… Au niveau personnel, la femme fait l’expérience de sa dignité non pas comme le résultat de l’affirmation de droits sur le plan juridique, mais plutôt comme la conséquence directe des attentions matérielles et spirituelles reçues au sein de la famille. La présence maternelle dans la famille est tellement importante pour la stabilité et la croissance de cette cellule fondamentale de la société, qu’elle devrait être reconnue, louée et soutenue par tous les moyens possibles. Et, pour le même motif, la société doit rappeler aux maris et aux pères leurs responsabilités à l’égard de leur propre famille”. Benoît XVI a conclu en rappelant que “la construction de chaque famille chrétienne advient au sein de cette famille plus grande qu’est l’Eglise, qui la soutient et la serre sur son cœur, en garantissant que se pose sur elle, maintenant et à l’avenir, le oui du Créateur”. Après cette rencontre il a regagné la nonciature.


 

 

BENOIT XVI QUITTE L’AFRIQUE

 

CITE DU VATICAN, 23 MAR 2009 (VIS). A 9 h 30′ Benoît XVI a quitté la nonciature pour gagner l’aéroport de Luanda. Avant de monter à bord de l’avion devant le ramener à Rome, il a salué les corps constitués et prononcé une brève allocution, rendant grâce pour avoir rencontré une Eglise vivante et enthousiaste. Malgré tant de difficultés, elle réussit à porter sa croix et celle des autres en témoignant de la force salvifique de l’Evangile. Cette Eglise continue d’annoncer le temps de l’espérance en oeuvrant à la pacification des esprits et par une charité fraternelle envers tous, dans le respect des idées et des sentiments de chacun”. Peiné de vous quitter, a ajouté le Pape, “je suis heureux d’avoir connu un peuple courageux et décidé à renaître malgré les obstacles et à bâtir son avenir dans le pardon, la justice et la solidarité”.

 

Puis il a lancé un appel pour que les responsables publics aient à coeurs de répondre aux attentes des plus besogneux. “On ne doit pas se résigner tant que des frères manqueront de nourriture, de travail, d’un foyer comme de tout autre bien fondamental. Pour parvenir à une réponse concrète, il faut avant tout arriver à la solidarité entre générations, entre peuples et entre continents en vue d’un partage plus juste des ressources de la planète”. Depuis un continent, a poursuivi le Saint-Père, qui donna refuge au Verbe incarné, “je prie Dieu de protéger et d’aider les réfugiés et les expatriés sans nombre qui sont dans l’attente d’un retour chez eux… Dieu vous aime comme fils et filles et sans cesse veille sur vous et sur vos vies. Il connaît vos problèmes et vos aspirations. Frères et amis africains et angolais, ayez courage! Ne cessez de faire avancer la paix, en pardonnant et en oeuvrant pour la réconciliation nationale, afin que le dialogue prévale sur la violence, la confiance sur la peur et le découragement, l’amour fraternel sur la rancoeur. Reconnaissez-vous donc comme les enfants du même Père céleste”.

 

L’avion papal est attendu à Rome vers 18 h.

 

 

SOURCE : Vatican Information Service (VIS)


Categories

%d bloggers like this: