Posted by: africanpressorganization | 7 March 2009

République démocratique du Congo (RDC) / Détérioration possible des conditions de sécurité au Nord-Kivu

 


 

 

République démocratique du Congo (RDC) / Détérioration possible des conditions de sécurité au Nord-Kivu

 

KINSHASA, République démocratique du Congo (RDC), 7 mars 2009/African Press Organization (APO)/ — Point de presse quotidien du bureau de la porte-parole du secrétaire général de l’ONU / 6 mars 2009

 

 

La Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) est préoccupée par la détérioration possible des conditions de sécurité au Nord-Kivu.  La situation reste calme pour le moment, parce que les Casques bleus et les troupes congolaises ont occupé les positions laissées vacantes par le départ des rebelles rwandais du groupe des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), pendant la campagne militaire conjointe de la RDC et du Rwanda.  La Mission a relancé un appel aux combattants du FDLR pour qu’ils rejoignent volontairement le programme de désarmement et de rapatriement.

 

Le HCR a expliqué qu’il est de plus en plus difficile d’avoir accès aux civils nouvellement déplacés dans le Nord-Kivu.  Une équipe des Nations Unies envoyée sur place hier, pour évaluer les besoins de ces personnes nouvellement déplacées, a dû abandonner sa mission pour des raisons de sécurité.  En effet, le FDLR a mené des attaques sporadiques dans des zones isolées, qui se sont soldées par la mort d’environ 20 civils.  Le FDLR vise également les ONG et les convois humanitaires selon le HCR.  Depuis le début de l’année, environ 160 000 personnes ont été déplacées, atteignant ainsi le chiffre de 850 000 civils déplacés dans le Nord-Kivu.

 

Hier, la chambre préliminaire de la Cour pénale internationale (CPI) a décidé de reporter la décision finale sur les chefs d’accusation contre l’ancien Vice-Président Jean-Pierre Bemba.  Les juges ont demandé au Procureur d’examiner une liste révisée des chefs d’accusation.  De l’avis des juges, la liste actuelle du Procureur semble indiquer d’autres chefs d’accusation que ceux invoqués par le Procureur, à savoir la responsabilité pénale de M. Bemba en tant que commandant.

 

 

SOURCE : United Nations – Office of the Spokesperson of the Secretary-General


Categories

%d bloggers like this: