Posted by: africanpressorganization | 20 January 2009

Madagascar / Le Fonds pour le Climat d’Investissement en Afrique donne un coup de fouet à l’environnement des affaires malgache / L’ICF s’associe au gouvernement pour améliorer les systèmes de délivrance des licences commerciales

 


 

Madagascar / Le Fonds pour le Climat d’Investissement en Afrique donne un coup de fouet à l’environnement des affaires malgache / L’ICF s’associe au gouvernement pour améliorer les systèmes de délivrance des licences commerciales

 

ANTANANARIVO, Madagascar, 20 janvier 2009/African Press Organization (APO)/ — Le Fonds pour le Climat d’Investissement en Afrique (ICF) a signé ce jour un accord contribuant à moderniser le système de délivrance des licences commerciales à Madagascar afin d’aider le pays à réaliser son plein potentiel en matière d’investissement.

 

Le gouvernement malgache travaillera en partenariat avec l’ICF afin d’apporter une série de changements au niveau des systèmes nationaux de délivrance de licences commerciales dans le but de réduire de 30 % le temps et les dépenses actuellement nécessaires aux entreprises pour se conformer aux réglementations applicables à la délivrance de licences.

 

L’efficacité du dispositif de délivrance des licences commerciales est une condition essentielle à la bonne santé du climat d’investissement, en cela qu’elle permet de veiller à ce que la taille et l’envergure des entreprises soient enregistrées avec précision. Une analyse préliminaire a identifié 202 licences commerciales à Madagascar et, à l’heure actuelle, il faut compter 5 procédures, 7 jours et 11 % du revenu national brut par habitant pour créer une entreprise.

 

L’objectif de l’ICF est de réduire le fardeau administratif qui dissuade fortement les entreprises d’obtenir une licence formelle, grâce au tout premier projet d’audit des licences commerciales malgaches existantes, à la création d’un registre électronique des licences et à la mise en œuvre de mécanismes d’analyse permettant de soutenir la nouvelle réglementation. L’Economic Development Board of Madagascar (EDBM – le conseil de développement économique de Madagascar) a été chargé d’assumer la fonction de Comité de réforme réglementaire.

 

Le PDG de l’ICF, M. Omari Issa, a déclaré : « Des procédures efficaces et simplifiées de délivrance de licences commerciales sont essentielles pour instaurer un environnement commercial formalisé, efficace et légal. Nous sommes ravis de coopérer avec le gouvernement malgache en vue d’apporter des changements durables à son système de délivrance de licences, changements qui, nous en sommes persuadés, conféreront des avantages réels et tangibles aux investisseurs, aux entreprises, au gouvernement et à la société civile. Nous espérons par ailleurs pouvoir tirer parti des enseignements acquis à Madagascar dans le cadre de ce projet pilote pour les implémenter dans d’autres pays africains afin que l’exemple positif malgache puisse être reproduit ailleurs. »

 

M. Ivohasina Fizara Razafimahefa, ministre de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie et président de l’Economic Development Board of Madagascar, a déclaré : « L’amélioration des systèmes de délivrance de licences commerciales de notre pays est une condition préalable clé de l’instauration d’un environnement des affaires amélioré qui permettra d’encourager le commerce et les entreprises et de faire bénéficier Madagascar de progrès économiques et sociaux pour le long terme. Nous sommes ravis que l’ICF nous soutienne dans le cadre de ce projet ; la perspicacité, l’expertise et l’expérience que l’ICF apporte à ce projet nous assurent de pouvoir apporter des changements efficaces et réalistes à nos systèmes, changements qui établiront une nouvelle norme de référence pour le reste de l’Afrique. »

 

L’annonce du projet fait suite à un rapport récent de la Banque mondiale dans lequel il apparaît que Madagascar a gagné sept places dans le classement « Facilité de faire des affaires » (passant ainsi de la 151e à la 144e place).

 

L’ICF est le seul organe panafricain basé en Afrique qui se consacre explicitement et exclusivement à l’amélioration du climat d’investissement du continent. Il coopère avec des gouvernements africains réceptifs afin de supprimer de manière systématique les obstacles à l’investissement pour faire du continent un endroit encore plus propice aux affaires. À l’heure actuelle, l’ICF œuvre au Burkina Faso, au Lesotho, au Libéria, à Madagascar, au Rwanda, au Sénégal, en Sierra Leone, en Tanzanie et en Zambie, ainsi que dans le cadre de plusieurs projets panafricains.

 

 

 

SOURCE : Fonds pour le Climat d’Investissement en Afrique (ICF)


Categories

%d bloggers like this: