Posted by: africanpressorganization | 17 January 2009

Les États-Unis fournissent un soutien matériel à la MINUAD au Darfour / Cette opération vise à procurer du matériel à la mission hybride ONU-Union africaine de maintien de la paix

 


 

 

Les États-Unis fournissent un soutien matériel à la MINUAD au Darfour / Cette opération vise à procurer du matériel à la mission hybride ONU-Union africaine de maintien de la paix

 

EL FASHER (DARFUR), Sudan, 17 janvier 2009/African Press Organization (APO)/ — L’armée de l’air américaine a commencé à acheminer du matériel au contingent rwandais de l’Opération hybride ONU-Union africaine de maintien de la paix au Darfour, à l’aide d’un pont aérien établi entre Kigali et cette région de l’ouest du Soudan.

 

Deux missions de transport de matériel ont été achevées, le 14 janvier, a indiqué le commandement américain pour l’Afrique, dans un communiqué publié au siège du Commandement Afrique des États-Unis (l’AFRICOM). Les deux avions-cargos C-17 avaient été dépêchés de la base aérienne Travis Air Force, en Californie.

 

Chacun de ces avions apportaient environ 30 tonnes de matériel. Quand toute l’opération sera terminée, l’US Air Force aura transporté, en tout, plus de 150 tonnes de matériel et de fournitures, dont neuf gros véhicules, des systèmes d’épuration de l’eau, des camions-citernes à eau potable, des tentes et des pièces détachées.

 

« Ce matériel est essentiel pour accomplir notre mission au Darfour », a dit le major Jill Rutaremara, porte-parole des Forces armées du Rwanda (FAR). « Il nous aidera dans toutes nos tâches ici, et améliorera les conditions de vie de nos soldats déployés au Darfour. »

 

Le contingent rwandais au Darfour compte actuellement 2.566 hommes et Kigali prévoit d’accroître les effectifs de sa force de maintien de la paix, pour un total de 3.200 soldats, a dit Mme Rutaremara. Ces soldats rwandais font partie de la mission hybride Nations unies-Union africaine de maintien de la paix au Darfour, baptisée MINUAD.

 

La décision d’entamer ce pont aérien avait été annoncée le 5 janvier par le président Bush pour témoigner du désir des États-Unis d’appuyer les efforts internationaux de maintien de la paix au Darfour.

 

Depuis 2003, le conflit dans cette région de l’ouest du Soudan a fait quelque 2,5 millions de déplacés et entraîné la mort de 300.000 personnes, selon les estimations des Nations unies. Les États-Unis, depuis 2004, ont déboursé plus de 15 millions de dollars pour assurer le transport aérien de 11.400 soldats de maintien de la paix et leur matériel entre leurs pays d’origine et le Darfour ; Washington a également fourni plus de 100 millions de dollars pour l’entraînement et l’équipement de ces forces, selon des statistiques publiées par la Maison-Blanche. La majeure partie de ce soutien matériel est coordonnée par le département d’État.

 

« J’ai accordé une autorisation particulière au département d’État pour que son personnel puisse commencer à acheminer du matériel lourd au Darfour, d’une quantité équivalente à 240 conteneurs… et le ministère de la défense transportera de l’équipement rwandais, par voie aérienne, vers le Darfour pour faciliter les missions de maintien de la paix sur le terrain », a dit M. Bush. Les conteneurs sont transportés dans le cadre d’un contrat différent du département d’État.

 

La portion militaire de ce pont aérien est la première mission majeure organisée par « Air Forces Africa », dites aussi la 17e Air Force, qui constituent les forces de l’air du Commandement Afrique. Le quartier général d’Air Forces Africa est situé sur la base aérienne de Ramstein, en Allemagne.

 

« Ce projet compliqué a requis plusieurs mois de coordination et de planification entre diverses administrations et agences », a dit le major Greg Lococo, chef de la planification des opérations d’Air Forces Africa.

 

Le 722e escadron expéditionnaire d’Air Forces Africa, était responsable de la coordination avec les FAR pour apprêter les véhicules et le matériel destinés à être déployés, transporter le fret jusqu’aux pistes d’envol et mettre au point les détails logistiques. Cet escadron compte du personnel spécialiste de la 615e Unité de réponse aux éventualités, basée à Travis et au Commandement Afrique à Stuttgart, en Allemagne.

 

« Nous avons été impressionnés par le professionnalisme des Rwandais », a dit le commandant de cet escadron, le major Sang Kim.

 

Cette opération est la première mission d’appui au maintien de la paix effectuée à grande échelle par le Commandement Afrique depuis son entrée en vigueur officielle, le premier octobre 2008. Les précédentes missions américaines en faveur de l’Opération hybride ONU-Union africaine au Darfour avaient été menées sous l’égide du Commandement Europe des États-Unis, qui, à l’époque, était chargé des activités américaines en Afrique.

 

« Depuis des années, les forces armées américaines ouvrent de concert avec les pays africains », a dit Vince Crawley, porte-parole du Commandement Afrique. « Ce (nouveau) commandement souhaite donner encore plus de valeur à ce que les militaires américains ont toujours fait, c’est-à-dire aider nos partenaires africains à développer leurs compétences dans le domaine de la sécurité afin de promouvoir la sécurité et la stabilité sur tout le continent. »

 

 

 

SOURCE : US Department of State


Categories

%d bloggers like this: