Posted by: africanpressorganization | 21 December 2008

Le jugement du TPIR prononcé contre trois hauts responsables de l’armée rwandaise / Communiqué du porte-parole du département d’État

 


 

 

Le jugement du TPIR prononcé contre trois hauts responsables de l’armée rwandaise / Communiqué du porte-parole du département d’État

 

WASHINGTON, 21 décembre 2008/African Press Organization (APO)/ — On trouvera ci-après le texte du communiqué du département d’État en date du 18 décembre 2008 dans lequel les États-Unis se félicitent de la condamnation de prison à vie prononcée contre trois hauts responsables de l’armée rwandaise jugés coupables de participation au génocide de 1994 au Rwanda, qualifiant ce jugement de « pas important » pour la justice envers le peuple rwandais.

 

(Début du texte)

 

Département d’Etat des États-Unis

 

Bureau du porte-parole

 

Le 18 décembre 2008

 

Pour diffusion immédiate

 

Déclaration du porte-parole, M. Sean McCormack

 

Tribunal pénal international pour le Rwanda

 

Jugement prononcé contre trois hauts responsables de l’armée rwandaise

 

Les États-Unis se félicitent des condamnations prononcées par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) contre trois hauts responsables de l’armée rwandaise pour leur participation au génocide de 1994 au Rwanda qui a causé la mort de plus de 800.000 Tutsis et Hutus modérés. Un accusé a été acquitté.

 

Theoneste Bagosora, Aloys Ntabakuze et Anatole Nsengiyumva ont été condamnés à la prison à vie pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Ancien chef de cabinet du ministère rwandais de la défense, largement considéré comme l’un des grands architectes du génocide, M. Bagosora a également été jugé responsable de l’assassinat de l’ancienne première ministre Agathe Uwilingiyimana et de dix casques bleus belges chargés de la protéger.

 

Ce jugement est un pas important pour la justice et répond à la nécessité de rendre des comptes au peuple rwandais et à la communauté internationale. La condamnation de M. Bagosora montre que même les plus hauts échelons du gouvernement ne sont pas immunisés contre une condamnation face à de telles atrocités.

 

Treize personnes recherchées par le TPIR sont encore en fuite. Les États-Unis appellent tous les gouvernements à continuer à coopérer avec le TPIR, à arrêter immédiatement ces fugitifs et à les remettre au tribunal.

 

Promoteurs de longue date de la justice internationale, les États-Unis sont le premier pays donateur mondial au TPIR et au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY). Ils versent annuellement à ces deux tribunaux plus de 75 millions de dollars, soit près du quart de leur budget global. Depuis leur création, ces tribunaux ont reçu des États-Unis plus de 1 milliard de dollars.

 

 

SOURCE : US Department of State


Categories

%d bloggers like this: