Posted by: africanpressorganization | 2 December 2008

République démocratique du Congo / Transfert de civils congolais déplacés

 


 

 

République démocratique du Congo / Transfert de civils congolais déplacés

 

KINSHASA, République démocratique du Congo (RDC), 2 décembre 2008/African Press Organization (APO)/ — Le HCR poursuit aujourd’hui le transfert, sur une base volontaire, de civils congolais déplacés depuis les camps de Kibati, où ils sont en situation précaire. Les camps de Kibati sont situés au nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC). Les déplacés sont actuellement transférés vers quatre camps existants situés à l’ouest de Goma. Les transferts ont été suspendus dimanche après-midi à cause d’échanges de tirs, qui ont continué une partie de la nuit. Durant cet incident, quatre déplacés ont été blessés et pris en charge par un hôpital local.

 

Les préparatifs sont en cours dans le nouveau camp de Mugunga III, où la majorité de la population des camps de Kibati sera transférée.

Pendant ce temps, nous avons également identifié des hébergements supplémentaires dans les camps existants de Mugunga I et II, Buhimba et Bulengo, où tous les services existent déjà. Nous avons déjà procédé au transfert de personnes handicapées, de malades, d’enfants, de femmes enceintes, de personnes âgées et d’autres personnes déplacées vulnérables depuis vendredi.

 

Quelque 65 000 civils congolais hébergés dans les deux camps de Kibati se trouvent dans une situation précaire du fait de la proximité des forces en conflit. Nous craignons que la population civile ne soit prise entre deux feux si les combats reprenaient dans cette région.

 

Le transfert volontaire d’aujourd’hui devrait concerner quelque 140 familles vulnérables (soit près de 500 personnes) depuis le camp de Kibati I vers le camp de Mugunga I. Avant la suspension de dimanche, nous avions déjà aidé, avec nos partenaires, plus de 140 familles dans leur transfert vers Mugunga I. Les prochains transferts concerneront des familles déplacées actuellement hébergées dans des bâtiments scolaires et dans des tentes-hangars mobiles que le HCR a mis en place à Kibati.

 

La plupart des déplacés internes vont effectuer à pied le trajet de 15 kilomètres séparant les camps de Kibati du nouveau camp de Mugunga III.

Le travail de montage de quelque 15 hangars d’hébergement collectif et d’autres infrastructures du camp se poursuit à Mugunga III.

 

Cinq camions chargés de matériel de secours provenant du stock régional d’urgence du HCR de Ngara, en Tanzanie, sont arrivés à Goma ce week-end. Ils transportaient 30 000 couvertures, 15 000 nattes de couchage et 4 160 kits d’ustensiles de cuisine.

 

Pendant ce temps, des informations transmises par nos partenaires locaux à Kanyabayonga, à environ 150 kilomètres au nord de Goma, font état de quelque 40 000 déplacés ayant réussi à rentrer chez eux. Cela représente environ 80 pour cent du nombre estimé de personnes qui sont devenues des déplacés internes ces dernières semaines. De nombreuses familles rentrées chez elles ont trouvé leurs maisons pillées et détruites.

 

Quelque 3 000 déplacées internes se trouveraient dans le village de Luofo, situé à environ 20 kilomètres au nord-ouest de Kanyabayonga.

 

Par ailleurs, des informations laissent entendre que des combats survenus plus au nord aux environs d’Ishasha se sont calmés après la visite sur place de l’Emissaire des Nations Unies, l’ancien Président nigérien Olusegun Obasanjo. Les combats autour d’Ishasha, une ville située à la frontière entre la RDC et l’Ouganda, avaient commencé le 22 novembre, contraignant au moins 130 000 Congolais à chercher refuge en Ouganda au cours de la semaine passée. Cet afflux s’est maintenant arrêté.

 

Les combats au Nord-Kivu se sont intensifiés à la fin 2006. Depuis janvier 2008, ces évènements ont porté à plus de 800 000 le nombre total de personnes déplacées internes dans la région. Depuis que les combats ont repris en août dernier, quelque 250 000 civils ont dû fuir, nombre d’entre eux étaient déj à des déplacés auparavant.

 

 

 

SOURCE : Office of the UN High Commissioner for Refugees (UNHCR)


Categories

%d bloggers like this: