Posted by: africanpressorganization | 30 November 2008

Burkina-Faso / Le conseil des ministres de la CEDEAO pour un développement des infrastructures régionales

 


 

Burkina-Faso / Le conseil des ministres de la CEDEAO pour un développement des infrastructures régionales

 

OUAGADOUGOU, Burkina-Faso, 30 novembre 2008/African Press Organization (APO)/ — Le Conseil des ministres a entériné la création d’une Autorité Régionale de Régulation de l’Electricité et d’un centre CEDEAO pour les Energies renouvelables et l’Efficacité Energétique dans le cadre d’un plan d’action visant à trouver une solution durable aux crises d’énergie de l’Afrique de l’ouest. Les deux institutions démarreront le 1er janvier 2009 et auront leurs sièges au Ghana et au Cap-Vert, respectivement.

 

Ces actions font partie des recommandations de la 61e session ordinaire du Conseil des ministres de la CEDEAO qui a clos ses travaux le Samedi 29 novembre 2008 à Ouagadougou.

 

Les membres du Conseil qui ont en charge les affaires de la CEDEAO dans les Etats membres ont indiqué que cette autorité de régulation assurera à travers les frontières de l’Afrique de l’ouest, la promotion d’échanges libres et transparents d’électricité en vue d’améliorer l’efficacité de l’approvisionnement énergétique et d’accroître l’accès à l’énergie des citoyens de la Communauté.

 

Les ministres ont également noté que la création du centre d’énergie renouvelable permettra un développement durable des ressources d’énergies renouvelables de la région et une utilisation efficace de l’énergie.

 

Ces mesures prises par les ministres font suite à une directive du Sommet de la mi-2008 relative au développement des infrastructures, notamment dans les secteurs du transport et de l’énergie en vue d’accélérer l’intégration régionale. A cet égard, les ministres ont également validé le rapport et les résolutions de la réunion régionale des ministres des transports qui a examiné la mise en œuvre des politiques sectorielles et des programmes relatifs aux infrastructures aériennes, ferroviaires, routières et maritimes.

 

Au nombre des recommandations formulées dans le rapport du Conseil des ministres figurent la mise en œuvre de la facilitation du programme de transport qui a été adopté en 2003 à Accra, la construction de postes frontières communs pour

 

 

 

 

 

 

permettre la libre circulation transfrontalière, l’adoption d’une politique de réhabilitation et d’interconnexion des chemins de fer entre les Etats membres, le soutien à la Compagnie aérienne A-Sky et l’accélération de la mise en œuvre de la Décision de Yamoussoukro afin d’ouvrir le marché des transports aériens et améliorer les liaisons aériennes entre les Etats membres.

 

De même, concernant l’accélération du processus d’intégration régionale, le Conseil a suivi la présentation d’une mise à jour de l’état d’avancement du futur Institut Ouest africain d’intégration régionale (WAIRI) dont le siège sera établi au Cap Vert et qui devra démarrer en janvier 2010.

 

Un autre domaine de préoccupation abordé par les ministres concerne la nouvelle menace à la sécurité que constituent les activités sans cesse croissantes de trafic illicite et de consommation de la drogue ainsi que le crime organisé dans la région. Ils ont recommandé à l’approbation des Chefs d’Etat et de Gouvernement deux documents importants portant sur cette menace dans la région, tels qu’adoptés par la Conférence ministérielle de la CEDEAO tenue à la fin octobre à Praia au Cap Vert.

 

Il s’agit de la Déclaration politique sur la prévention de la consommation de la drogue, du trafic de la drogue et du crime organisé en Afrique de l’Ouest, et du Plan d’action régional correspondant. La Déclaration politique souligne l’engagement des dirigeants régionaux à s’attaquer à la question de la drogue dans la mesure où elle accorde l’attention requise à la lutte contre la drogue et veille à ce que les ressources nécessaires soient mobilisées pour permettre la mise en œuvre de mesures efficientes et durables de lutte contre cette menace.

 

Le Plan d’action régional axé sur cinq domaines thématiques, présente un récapitulatif des principales questions qui constituent un obstacle à la lutte contre la drogue dans la région et les moyens à mettre en œuvre pour surmonter ces problèmes.

 

Les ministres ont également adopté le rapport des Ministres de la femme de la CEDEAO définissant un plan stratégique 2009-2013 pour le Centre de la CEDEAO pour le développement du Genre basé à Dakar, Sénégal.

 

Le Plan stratégique devant servir d’instrument principal de promotion de l’équité et l’égalité des sexes dans la région, portera sur les domaines prioritaires suivants: renforcement des capacités institutionnelles et organisationnelles, accès équitable des hommes et des femmes aux services sociaux, autonomisation économique, droits de l’homme, prévention et résolution des conflits, paix et sécurité

 

Les autres rapports et plans stratégiques approuvés par les ministres comportent entre autres, celui des ministres de la santé, celui portant sur les questions des enfants ainsi que celui relatif à la jeunesse et aux sports. En outre, les ministres ont adopté le Projet de politique de la CEDEAO sur l’enfant et la Politique de la CEDEAO sur la Jeunesse, ces deux politiques abordent tous les aspects de la protection et des soins aux enfants et aux jeunes en Afrique de l’Ouest, y compris les défis spécifiques auxquels ils sont confrontés.

 

Les ministres ont également validé le Plan stratégique 2009-2013 de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) dont les principaux objectifs incluent le soutien à l’amélioration de la qualité des systèmes de santé dans les Etats membres et l’amélioration des services généraux de la santé dans la région, le financement durable de la santé et le développement institutionnel de l’OOAS pour permettre à cette institution de remplir sa mission.

 

Les Ministres, qui ont également examiné les questions relatives aux négociations de l’Accord de Partenariat (APE) entre l’Afrique de l’Ouest et l’Europe, ont exprimé leur satisfaction quant aux résultats obtenus à ce jour suite auxdites négociations et souligné la nécessité pour les négociateurs de la CEDEAO de tout mettre en œuvre en vue de la conclusion d’un APE qui soit équitable, équilibré et axé sur le développement, conformément à une directive du Sommet de la CEDEAO.

 

Ils ont lancé un appel à la Commission pour qu’elle assure la diffusion de manière plus efficace de l’information auprès des Etats membres et d’aider ces derniers dans le cadre des négociations avec l’Organisation Mondiale du Commerce.

 

Tout en reconnaissant la persistance de la pauvreté dans la région en dépit des efforts consentis en vue de réaliser l’intégration régionale et d’accroître le volume des échanges au sein de la région, les Ministres ont exhorté la Commission à prendre des mesures visant la formulation d’une politique qui permettra d’ajouter de la valeur aux exportations de la région.

 

Cette préoccupation a été jugée cruciale suite à la présentation du Rapport Annuel 2008 par le Président de la Commission de la CEDEAO, Dr Mohamed Ibn Chambas, qui, entre autres, a mis en exergue performance économique de la région.

 

Le rapport sur l’économie de la région a indiqué un recul du taux de croissance régional de 6,1 pour cent en 2006 à 5,6 pour cent en 2007, suite aux chocs exogènes liés à la flambée persistante des prix du pétrole et des denrées alimentaires. Il a également prévu des taux de croissance plus faibles pour 2008 et 2009, soit 5,1 et 4,7 pour cent respectivement ;

 

Les Ministres ont encore exprimé leurs préoccupations concernant la crise financière mondiale actuelle et déploré l’absence de l’Afrique aux réunions relatives à cette crise. Ils ont instruit la Commission de la CEDEAO de concevoir une stratégie régionale visant à minimiser les effets de la crise sur les ressortissants de l’Afrique de l’Ouest.

 

Le Conseil, qui a en outre examiné plusieurs questions relatives aux Institutions de la Communauté et à leur personnel, ont entériné le rapport du Conseil Judiciaire de la CEDEAO à l’issue du recrutement de trois nouveaux juges à la Cour de Justice de la Communauté basée à Abuja. Il s’agit de l’Honorable Clotilde Medegan Nougbode du Bénin, l’Honorable Benfeito Mosso Ramos du Cap Vert et l’Honorable Eliam Potey de Côte d’Ivoire. Ils doivent remplacer la Présidente actuelle de la Cour, l’Honorable Aminata Sanogo Malle du Mali, l’Honorable Barthelemy Toe du Burkina Faso et l’Honorable El Mansour Tall du Sénégal dont les mandats prennent fin le 29 janvier 2009.

 

Au cours de la réunion, la Commissaire au Genre et au Développement Humain, Dr Adrienne Diop, a prêté serment le 27 novembre 2009, conformément au nouvel Article 18 du Traité Révisé de la CEDEAO. Elle a prêté serment devant la Présidente de la Cour de Justice de la CEDEAO, l’Honorable Aminata Sanogo Malle.

 

 

 

SOURCE : Economic Community Of West African States (ECOWAS)


Categories

%d bloggers like this: