Posted by: africanpressorganization | 28 November 2008

Nigeria / Quatre journalistes en procès pour avoir publié un article sur l’état de santé du Président

 


 

Nigeria / Quatre journalistes en procès pour avoir publié un article sur l’état de santé du Président

 

ABUJA, Nigeria, 28 novembre 2008/African Press Organization (APO)/ — Reporters sans frontières condamne la pression exercée par les autorités nigérianes sur quatre journalistes du quotidien indépendant Leadership, inculpés de diffamation pour avoir publié un article affirmant que le président Umaru Yar’Adua était “malade”.

 
 

“Nous constatons avec un grand regret que l’état de santé du Président est un sujet tabou au Nigéria, comme aux sombre heures du continent. L’amende infligée aux journalistes du Leadership est très lourde et les pressions exercées sur eux par les agents du State Security Service (SSS) sont inacceptables. Nous demandons que cessent ces agissements et que l’équipe du Leadership soit acquittée”, a déclaré l’organisation.

 
 

L’éditeur du quotidien Leadership, Sam Nda Isaiah, deux rédacteurs en chef, Abdulrazaq Barkindo et Lara Olugbemi, ainsi qu’un reporter, Simon Tswam, ont comparu devant un tribunal d’Abuja, le 27 novembre 2008, et ont tous clamé leur innocence. Ils sont accusés de “conspiration, diffamation, propos injurieux et diffusion de fausses nouvelles”, en vertu des articles 79, 392, 393, 394 et 395 du code pénal. Les quatre journalistes sont pour l’instant en liberté provisoire, mais ont dû s’acquitter d’une caution de 500 000 naira (4 240 dollars) chacun. Ils doivent se présenter à nouveau devant le juge les 16 et 18 décembre prochain.

 
 

Le 10 novembre, le rédacteur en chef du Leadership, Abdulrazaq Barkindo, ainsi que l’auteur de l’article incriminé, ont été arrêtés par des agents du SSS. Tous deux ont été interrogés pendant plusieurs heures au quartier général d’Asokoro du SSS, avant d’être relâchés en fin de journée. Quatre jours plus tard, l’éditeur, Sam Nda Isaiah, et l’autre rédacteur en chef, Lara Olugbemi, ont été arrêtés à leur tour et détenus au secret pendant cinq jours. Enfin, le 18 novembre, des agents des SSS ont effectué une descente dans les locaux du Leadership pour saisir plusieurs ordinateurs.

 
 

Le président nigérian avait porté plainte contre le Leadership à la suite d’un article du 8 novembre intitulé “Yar’Adua à nouveau malade”, selon lequel le Président avait dû annuler des obligations officielles pendant deux jours à cause de son état de santé. L’article affirmait par ailleurs que des médecins étaient arrivés spécialement d’Arabie Saoudite pour le soigner. 

 

 

SOURCE : Reporters without Borders (RSF)


Categories

%d bloggers like this: