Posted by: africanpressorganization | 26 August 2008

Un colloque sur l’énergie propre offre de nouvelles directions / Des responsables des secteurs public et privé préconisent des solutions pratiques en matière d’énergie renouvelable


 

Un colloque sur l’énergie propre offre de nouvelles directions / Des responsables des secteurs public et privé préconisent des solutions pratiques en matière d’énergie renouvelable

 

WASHINGTON, USA, 26 août 2008/African Press Organization (APO)/ — Des responsables des secteurs public et privé se sont prononcés en faveur d’une exploitation accélérée des sources renouvelables d’énergie aux États-Unis, lors du premier colloque national sur l’énergie qui s’est tenu à l’université du Nevada à Las Vegas (UNLV), les 18 et 19 août et qui a été organisé par le président de la majorité au Sénat, M. Harry Reid, l’UNLV et le centre de réflexion Center for American Progress Action Fund.

 

Lors de ce colloque sans affiliation politique, l’ancien président Bill Clinton a fait un certain de recommandations dans son discours, au sujet notamment de la création à travers le pays de zones qui dépendraient uniquement de l’énergie provenant de sources renouvelables.

 

Il a également préconisé la modernisation du réseau électrique des États-Unis et recommandé que les États s’emploient à devenir indépendants sur le plan énergétique. Plusieurs pays en Afrique et dans les Antilles qui consomment à l’heure actuelle peu d’énergie et dont l’ensoleillement et les vents sont importants pourraient être aussi de bons candidats pour la création de zones faisant uniquement appel à des sources renouvelables d’énergie.

 

L’ancien président a établi une liste de mesures destinées à encourager l’énergie propre, notamment l’adoption de crédits d’impôt de longue durée destinés à favoriser cette forme d’énergie, la mise sur pied d’un mécanisme de limitation et d’échange pour les émissions de gaz à effet de serre, le financement de nouvelles technologies, tels que les procédés de captage du gaz carbonique et de son stockage, la production améliorée de biocarburants et la construction de véhicules hybrides et électriques, ainsi que la fermeture dans les villes des décharges publiques qui seraient remplacées par des incinérateurs producteurs d’énergie.

 

« L’énergie renouvelable ne se limite pas à un lieu particulier aux États-Unis », a déclaré le milliardaire texan, M. T. Boone Pickens, qui, après avoir fait fortune dans le pétrole, fait maintenant campagne en faveur de l’énergie renouvelable tant au Congrès que sur les écrans de télévision. « Toute localité aux États-Unis, a-t-il dit, peut profiter de l’énergie renouvelable. Il y a des agriculteurs dans le Midwest qui gagnent à l’heure actuelle plus d’argent en produisant de l’électricité au moyen d’éoliennes qu’en cultivant du soja ou d’autres céréales. »

 

M. Pickens, qui est républicain, souhaite que les États-Unis tirent parti de leurs ressources abondantes de gaz naturel pour remplacer les combustibles fossiles en attendant la généralisation de l’énergie provenant de sources durables viables. Selon lui, le recours au gaz naturel au lieu de l’essence dans le cas des véhicules offrirait une période de quatre-vingts ans pendant laquelle on pourrait perfectionner les procédés d’exploitation des sources renouvelables d’énergie.

 

S’élevant contre la dépendance des États-Unis à l’égard du pétrole étranger, il a déclaré que l’on s’acheminait vers une catastrophe. Il a recommandé que les démocrates et les républicains se mettent d’accord pour adopter une nouvelle politique énergétique et il a demandé que le prochain président, qu’il soit démocrate ou républicain, agisse à cet effet pendant les cent premiers jours suivant son entrée en fonctions. Le Congrès est en effet plus susceptible d’adopter des textes de loi jouissant du soutien d’un nouveau président au début de son mandat.

 

Actuellement, M. Pickens investit des milliards de dollars dans le secteur du gaz naturel et dans un projet de production d’électricité au moyen de 2.700 éoliennes au Texas.

 

Pour sa part, le maire de New York, M. Michael Bloomberg, a déclaré que sa ville allait jouer un rôle primordial dans le secteur des énergies renouvelables. Il a indiqué qu’il avait invité tous ceux qui avaient des idées novatrices dans ce domaine à les soumettre aux services compétents de sa municipalité avant le 19 septembre. Il envisage les moyens d’installer des éoliennes sur les toits new-yorkais ou en mer, de produire de l’énergie solaire sur les bâtiments ou d’exploiter les ressources géothermiques.

 

« On pourrait par exemple exploiter, a-t-il dit, l’énergie provenant des marées qui remontent les fleuves Hudson et East, ce qui est là quelque chose que l’on essaie déjà à titre expérimental. ». De même, l’augmentation de la production d’énergie solaire sur les toits pourrait satisfaire près de 20 % des besoins d’électricité de New York.

 

« Lorsqu’il s’agit de produire de l’énergie propre, a souligné M. Bloomberg, nous sommes résolus à faire de New York la ville qui est à la tête des États-Unis. »

 

De son côté, la société Google a annoncé son intention d’investir 10 millions de dollars dans le secteur de l’énergie géothermique. Le responsable des initiatives en matière de changement climatique et d’énergie de cette société, M. Dan Reicher, a déclaré que c’étaient là des projets exigeant de grands investissements et dont il convenait de diminuer les coûts. Google compte produire au moyen d’installations géothermiques perfectionnées 1 gigawatt d’électricité, ce qui serait suffisant pour alimenter une ville moyenne.

 

Le PDG de la société General Electric, M. Jeff Immelt, s’est aussi déclaré d’avis, par vidéo, qu’il était nécessaire de réduire les coûts. « La technologie existe, a-t-il dit. Il est temps maintenant d’agir (…) Il nous faut un appel à l’action. »

 

D’autres personnes ont également parlé des emplois que la dynamisation du secteur des énergies renouvelables était susceptible de créer.

 

Parmi les recommandations du colloque figuraient, outre les avantages fiscaux et autres destinés à stimuler les investissements par les entreprises et les particuliers dans ce secteur, l’adoption d’une réglementation stricte du secteur du bâtiment en matière de rendement énergétique et un accroissement des fonds consacrés à la recherche.

 

Le président de la majorité au Sénat, M. Harry Reid, a quant à lui indiqué qu’il avait tenu à organiser ce colloque dans son État en partie pour montrer les possibilités du Nevada dans le domaine des énergies renouvelables. Cet État possède déjà la centrale électrique alimentée par l’énergie solaire la plus grande et la plus efficace du pays. « Le soleil, a-t-il dit, brille ici tout le temps. Le vent souffle la plupart du temps, et nous sommes l’un des quelques États dotés de grandes quantités d’énergie thermique. »

 

« Nous allons prendre, a-t-il dit, les résultats et les recommandations de ce colloque aux conventions nationales des partis démocrate et républicain. Ce qui se passe ici sera transmis au Congrès, à toutes les villes, à tous les comtés et à tous les États du pays. »

 

 

SOURCE : US Department of State


Categories

%d bloggers like this: