Posted by: africanpressorganization | 17 August 2008

Côte d’Ivoire / Le chef de l’ONUCI explique les « mille microprojets » à Seguela : « une initiative qui vise a donner un coup de pouce a la sortie de crise »

 


Côte d’Ivoire / Le chef de l’ONUCI explique les « mille microprojets » à Seguela : « une initiative qui vise a donner un coup de pouce a la sortie de crise »

 

ABIDJAN, Côte d’Ivoire, 17 août 2008/African Press Organization (APO)/ — Le Représentant spécial du  Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire, Y.J. Choi, était vendredi, 15 aout 2008, à Séguéla (528 kms au nord-ouest d’Abidjan) dans le cadre d’une caravane de sensibilisation sur l’initiative pilote des 1000 microprojets destinés à la réinsertion socioéconomique des ex-combattants et des jeunes à risque en Côte d’Ivoire. Après avoir lancé cette initiative, jeudi à Bouaké, le chef de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), a souhaité mieux informer les agences des Nations Unies pour qu’elles s’y impliquent davantage.

L’initiative pilote des « 1000 Microprojets », financée par les Nations Unies, s’inscrit dans le cadre de l’appui au programme national de réinsertion et de réintégration des ex-combattants et ex-miliciens, mis sur pied par le gouvernement ivoirien et soutenu par ses partenaires internationaux. Cette initiative vise à contribuer à la création d’un climat stable et à « donner un véritable coup de pouce au processus électoral et au programme de sortie de crise », selon M. Choi. Le Représentant spécial a précisé que la rencontre avec les fonctionnaires de l’ONU sur le terrain visait à mettre tout le monde au même niveau d’information afin que tous comprennent que ce projet-test offre d’énormes perspectives pour une excellente sortie de crise.

Dans l’après-midi du vendredi, M. Choi a rencontré les autorités administratives locales, les chefs traditionnels, les représentants des Forces Nouvelles (FN) et ceux des ex-combattants pour mieux leur expliquer l’initiative. Face à l’enjeu que représentent les « 1000 Microprojets », importants à la fois pour la mission onusienne et pour les ex-combattants, M Choi a rappelé l’urgence de proposer des projets fiables et bancables pour bénéficier de cette enveloppe budgétaire, qui va de 300.000 à 420.000 pour chaque ex-combattant. « Si le premier cycle est couronné de succès, nous allons délivrer des certificats aux meilleurs éléments afin de leur permettre d’accéder à une autre tranche d’aide pour poursuivre leurs activités » a-t-il expliqué. Il a également lancé un appel à tous pour qu’une sensibilisation efficace soit menée sur le terrain afin de garantir le succès des microprojets qui seront retenus dans la région de Séguéla.

Prenant la parole, le Préfet de Séguéla, Ibrahima Fofana, a tenu à féliciter et à remercier l’ONUCI pour cette initiative et pour ses efforts, qui ont permis de briser le mur de méfiance des bailleurs de fonds qui y ont contribué. Il a promis que ses collaborateurs et lui-même, conscients qu’il est urgent et indispensable d’aller aux élections dans un climat apaisé, mettront tout en œuvre pour mener la sensibilisation en synergie avec tous ceux qui sont impliqués dans ce processus. Estimant qu’une personne oisive et sans ressources est un danger pour son environnement, le Préfet Fofana a fait la réflexion suivante : « Si on ne trouve pas une activité pour les ex-combattants, ils peuvent être un danger pour le processus. Je lance un appel pour que tout le monde s’implique pour combattre cela, car les microprojets vont générer des ressources pour ces personnes qui n’en n’ont pas ».

Ses propos ont été corroborés par ceux du Commandant de zone adjoint de Séguéla au sein des FN, Coulibaly Djiman, qui a confirmé que le sort de leurs ex-combattants demeure une préoccupation pour les Forces Nouvelles. «  Nous  sommes en contact avec les démobilisés et nous espérons maintenant qu’avec ces 1000 micro projets, nous allons savoir ce nous allons faire d’eux », a-t-il dit, tout en rappelant que les Forces Nouvelles sont engagées pour la paix et pour les élections et ne souhaitent qu’une chose, une solution définitive pour leurs ex-combattants afin que tout se passe bien.

Avant ces échanges, le responsable de la Section Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR) de l’ONUCI, Sidi Ould Zahabi, a fait un exposé pour présenter à tous l’initiative des 1000 microprojets et les moyens d’en bénéficier. Il a expliqué que les autorités ivoiriennes, dont des représentants accompagnent cette caravane, appuient avec le Programme national de réinsertion et réhabilitation communautaire (PNRRC), les efforts de l’ONUCI et de la communauté internationale. M Zahabi a ajouté que ce sont les efforts du Représentant spécial qui ont permis d’obtenir 4 millions de dollars du Fonds de Consolidation des Nations Unies pour financer les 1000 microprojets. Il a ajouté que cette première phase, qui se présente comme un test, pourra aboutir en cas de succès, à une rallonge supplémentaire et faire école auprès des autres missions de maintien de la paix de l’ONU.

La séance de questions-réponses qui a suivi a permis d’apaiser les préoccupations des uns et des autres et de leur montrer comment monter un projet et à qui s’adresser pour les différentes procédures.

 

SOURCE : Mission of UN in Côte d’Ivoire

 


Categories

%d bloggers like this: