Posted by: APO | 27 June 2008

France / L’AFD engage 320 millions d’euros en faveur des pays en développement

France / L’AFD engage 320 millions d’euros en faveur des pays en développement

PARIS, France, June 27, 2008/African Press Organization (APO)/ — Aide au retour des réfugiés au Tchad, modernisation de l’aéroport du Caire, appui au développement des cultures vivrières au Togo, alimentation en eau potable en Tunisie. A l’occasion de son conseil d’administration du 26 juin 2008, l’AFD engage, au total, 320 millions d’euros en faveur des pays en développement.

Tchad : aide au retour des réfugiés

L’AFD a approuvé l’octroi d’une subvention de 10 millions d’euros à la République du Tchad pour accompagner le retour dans leurs villages des réfugiés tchadiens.

L’Est du Tchad connaît depuis les années 1980 une forte instabilité qu’alimentent des affrontements armés récurrents. Cette déstabilisation affecte, plus ou moins directement, 700.000 personnes, dont plus de 185.000 tchadiens déplacés. La France, l’Union Européenne et la communauté internationale ont mis en place une force militaire européenne (EUFOR) dont le mandat est de protéger les réfugiés, les déplacés et les populations civiles en danger.

Le financement de l’AFD permettra d’accompagner les populations tchadiennes déplacées à l’intérieur du pays qui retournent dans leurs villages d’origine. Il facilitera l’accès à l’eau à plus de 90.000 personnes, contribuera à la relance des activités économiques et améliorera l’offre et la qualité de soins dans les villages. Le coût global de 60,6 millions d’euros du programme sera partagé avec l’Union européenne.

 

Egypte : modernisation de l’aéroport du Caire

L’AFD a approuvé l’octroi d’un prêt de 86 millions de dollars (dans la limite de 55 millions d’euros) à la Cairo Airport Company (CAC) pour le financement d’un système de transport de personnes entre les terminaux de l’aéroport du Caire.La société publique CAC, qui gère l’aéroport du Caire, mène un programme de modernisation et d’expansion de ses installations, avec notamment la construction d’un troisième terminal passagers, pour répondre à la croissance du trafic et faire de l’aéroport un centre de redistribution pour l’Egypte et le Moyen-Orient.

Le projet consiste dans l’installation d’une navette automatique de deux kilomètres, formée de cabines tractées par câbles circulant sur double voie en viaduc, pour assurer le transfert des passagers entre les trois aérogares. Cette meilleure attractivité de l’aéroport du Caire contribuera à l’amélioration de la compétitivité de l’économie égyptienne.

 

Egypte : amélioration de l’eau et de l’assainissement dans le delta du Nil

L’AFD a approuvé l’octroi d’un prêt de 40 millions d’euros à la République arabe d’Egypte pour le financement partiel du Programme européen d’amélioration de l’eau et de l’assainissement dans le Delta du Nil.

Le gouvernement égyptien a consenti d’importants investissements pour atteindre un taux de desserte de presque 100% pour l’eau potable. Cependant, l’assainissement est resté en retrait, avec un taux d’accès très faible en milieu rural et un taux de traitement des eaux usées très modeste. Cette situation est préoccupante dans le Delta du Nil, qui compte environ un tiers de la population. Une importante réforme du secteur a été engagée en 2004 et a conduit à la transformation en compagnies publiques autonomes, des services administratifs gérés par les gouvernorats. Cette évolution a permis d’améliorer l’efficacité de la gestion de ces compagnies, à travers une professionnalisation et une standardisation des procédures.

Dans ce contexte, plusieurs bailleurs européens se sont réunis pour soutenir les réformes. Le programme, d’un montant total de 272 millions d’euros, engendrera une amélioration notable des conditions de vie de 1,6 million de personnes pour l’eau et de 2,5 millions de personnes pour l’assainissement. Il contribuera à assainir l’environnement de la population rurale (soit 75% de la population du Delta) grâce à la dépollution des drains d’irrigation et du Nil.

 

Egypte : financement des petites et moyennes entreprises

L’AFD a approuvé l’octroi d’un prêt de 30 millions d’euros au Crédit Agricole Egypt (CAE) pour le financement des petites et moyennes entreprises égyptiennes.

Le secteur bancaire a bénéficié de réformes pour sa libéralisation qui ont entrainé sa profonde mutation. Le marché des grandes entreprises est devenu fortement concurrentiel et les banques, qui recherchent de nouvelles opportunités de croissance, se tournent vers le marché des PME. Les PME jouent un rôle crucial en termes de contribution à la croissance et à l’emploi, dans un pays confronté à un problème de diffusion de la croissance, où 20% de la population vit en deçà du seuil de pauvreté et où le chômage est élevé.

L’AFD souhaite appuyer les stratégies de développement des banques en encourageant leur descente en gamme de clientèle jusqu’au segment inférieur des petites entreprises. Le CAE, filiale du groupe Crédit agricole et cinquième banque privée du pays, dispose d’une stratégie et d’un positionnement permettant ce partenariat. Le concours devrait permettre de financer près de 500 petites et moyennes entreprises et de doubler la taille des prêts dont elles bénéficient actuellement.

 

Togo : appui au développement des cultures vivrières

L’AFD a approuvé l’octroi d’une subvention de 2,5 millions d’euros à la République du Togo pour soutenir ses achats d’engrais pour les cultures vivrières, dans le cadre d’un appui budgétaire.

Pays de 6,4 millions d’habitants, le Togo a connu depuis le début des années 90 une grave crise politique et sociale qui a fortement freiné son processus de développement, augmenté la pauvreté et occasionné une réduction massive de l’aide extérieure. Depuis mi-2006, dans un contexte apaisé mais fragile, les autorités se sont efforcées d’amorcer le redressement du pays. La conjoncture se caractérise actuellement par la fragilité de la croissance économique et le pays est confronté au choc du renchérissement des produits pétroliers et des denrées alimentaires importées.

La subvention 2008, d’un montant équivalent à celle allouée en 2006, sera ciblée sur la crise alimentaire (subvention des achats d’engrais pour les cultures vivrières).

 

Togo : amélioration de l’accès à l’eau à Lomé

L’AFD a approuvé l’octroi d’une subvention de 11 millions d’euros à la République du Togo pour l’amélioration de l’alimentation en eau potable de la ville de Lomé.

Le Togo connait un important retard dans le développement des infrastructures, en particulier dans le secteur de l’eau. Ce secteur est confronté par ailleurs à des problèmes d’organisation et de gestion et le taux de desserte et la qualité du service y sont les plus bas de la sous-région. Les autorités ont entrepris des réformes, souhaitent adopter un nouveau cadre institutionnel et juridique et aider la société Togolaise des Eaux (TdE) à améliorer sa gestion technique et commerciale.

Le concours permettra d’augmenter l’accès à l’eau potable de la population de Lomé et d’inscrire ce secteur et la TdE dans une dynamique de développement durable. A l’horizon 2012, la capacité installée passera de 40.200 m3/jour à 66.960 m3/jour et 4.000 nouveaux abonnés seront branchés. Le projet aura un effet positif sur l’emploi, contribuera à l’amélioration des conditions de vie des habitants et réduira significativement leur exposition aux maladies hydriques.

 

Tunisie : alimentation en eau potable dans le secteur rural

L’AFD a approuvé l’octroi d’un financement de 21,4 millions d’euros (prêt de 21 millions et subvention de 0,4 million d’euros) à la République de Tunisie pour le financement partiel d’un programme d’alimentation en eau potable des centres ruraux.

Dans un contexte de stress hydrique aigu, la Tunisie a construit un secteur de l’eau et de l’assainissement performant et le taux de desserte des zones urbaine atteint 100%. Les efforts d’investissement des pouvoirs publics portent aujourd’hui sur la sécurisation de la ressource et la desserte des zones rurales. Le programme d’alimentation en eau potable des centres ruraux vise à porter la desserte en eau potable des zones rurales du pays à 96% en 2011, avec un minimum de 85% par gouvernorat.

Le projet permettra d’alimenter en eau potable 83.000 habitants et de contribuer à la modernisation et à l’optimisation de l’exploitation de la Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux (Sonede), tout en permettant une réflexion prospective sur la gestion des centres ruraux. L’hygiène et la santé, et plus généralement les conditions de vie des populations concernées, seront radicalement améliorées.

 

Burkina Faso : aide budgétaire

L’AFD a approuvé l’octroi d’une subvention de 2,5 millions d’euros au Burkina Faso pour soutenir son programme économique et financier pour l’année 2008 et appuyer la mise en œuvre de sa stratégie de réduction de la pauvreté.

Dans le cadre de l’aide budgétaire 2006-2008 accordée en 2006 au Burkina Faso, il était envisagé d’allouer deux tranches additionnelles de 2,5 millions d’euros chacune, l’une en 2007 et l’autre en 2008, sur la base de critères de performances. La tranche additionnelle 2007 a été accordée et versée en août 2007 et les critères conditionnant la tranche additionnelle 2008 ont été pleinement respectés. Une évaluation sera réalisée afin de tirer les leçons de cette première expérience française d’aide budgétaire globale au Burkina Faso.

 

Sénégal : aide à la construction de logements à bas prix

L’AFD a approuvé l’octroi de deux prêts d’un montant global de 15 millions d’euros à la Banque de l’Habitat du Sénégal (BHS) pour soutenir son activité de financement du logement à bas prix.

Le secteur bancaire sénégalais est parmi les plus attractifs d’Afrique de l’Ouest. Il se développe rapidement et offre des perspectives de croissance importantes. A contrario, celui du logement est dans une situation critique : le parc existant est en déficit structurel, l’offre est insuffisante et les prix sont en hausse soutenue et constante.

Le concours permettra de consolider la structure de financement de la BHS afin de lui permettre de faciliter l’accès au crédit immobilier d’une clientèle modeste de particuliers solvables, de faire émerger de nouvelles offres de prêts et de biens immobiliers (1.000 prêts à l’habitat et 2.500 unités de logements) et d’initier un desserrement de ce marché.

 

Libéria : apurement des arriérés

L’AFD a approuvé l’octroi d’une subvention de 4,91 millions de DTS (environ 5,2 millions d’euros) au Fonds Monétaire International (FMI) pour participer à l’apurement des arriérés du Libéria vis-à-vis de cette institution.

Après des années de guerre civile, le Libéria a retrouvé le chemin de la démocratie et de la paix, mais sa stabilisation reste fragile et le pays est entièrement à reconstruire. Dans ce contexte, l’importance de la dette extérieure freine la reprise de l’aide internationale et hypothèque le redressement  du pays. La normalisation de la situation vis-à-vis de la communauté financière internationale, le plein retour des bailleurs de fonds et le bénéfice des initiatives d’allègement de la dette dépendaient notamment de la résolution de la question des arriérés accumulés vis-à-vis du FMI, de la Banque Mondiale et de la Banque Africaine de Développement. La mise en œuvre de la contribution de la France a été confiée à l’AFD.

 

Maroc : programme national de routes rurales

L’AFD a approuvé l’octroi d’un prêt de 60 millions d’euros à la Caisse pour le Financement Routier (CFR) pour le financement partiel de la deuxième tranche du deuxième programme national de routes rurales au Maroc.

Le développement rural figure parmi les priorités du programme gouvernemental marocain : politique de proximité, réduction des déficits d’équipements et d’infrastructures de base, lutte contre la pauvreté en milieu rural.

Avec la construction de 15.500 km de routes et de pistes rurales, le programme doit permettre de désenclaver près de trois millions d’habitants et de réduire les disparités d’accessibilité entre les provinces.

 

Pays méditerranéens : contribution à un Fonds d’Investissement

L’AFD a approuvé l’octroi d’une subvention de 10 millions d’euros à la Banque Européenne d’Investissement (BEI) pour contribuer au Fonds fiduciaire associé à la Facilité d’Investissement du Voisinage (FIV).

La politique dite de « voisinage » de l’Union Européenne couvre à la fois les pays méditerranéens (hors Turquie et Balkans) et les pays de l’est européens. Un « Instrument européen de voisinage et de partenariat » regroupe les moyens financiers budgétaires qu’elle consacre à sa coopération avec ces pays.

La Facilité FIV aura un effet de levier très important permettant d’accroître le volume des ressources fournies en prêt par les institutions multilatérales européennes (BEI, BERD, Banque du Conseil de l’Europe) et bilatérales ((AFD, KFW etc.) et de systématiser la coordination entre les différents bailleurs de fonds. Elle sera dotée de crédits du budget communautaire et de contributions volontaires fournies par les Etats membres et les Etats partenaires. Les financements seront destinés aux secteurs des transports, de l’énergie, de l’environnement et aux secteurs sociaux et permettront de financer des projets de grande ampleur. La Commission souhaite allouer 700 millions d’euros à la FIV pour la période 2007-2013. La contribution de la France en 2008 sera affectée aux pays méditerranéens. Les montants en prêts associés attendus seront très significatifs.

SOURCE : Agence Française de Développement (AFD)


Categories

%d bloggers like this: