Posted by: APO | 16 June 2008

Darfour / RDC / Centrafique / Ouganda / Réunion d’information du Procureur de la CPI avec les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne, le 16 juin

Darfour / RDC / Centrafique / Ouganda / Réunion d’information du Procureur de la CPI avec les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne, le 16 juin

LUXEMBOURG, Luxembourg, June 16, 2008/African Press Organization (APO)/ — Présent aujourd’hui à Luxembourg, Luis Moreno-Ocampo, le Procureur de la CPI, tiendra une réunion d’information avec le Conseil « Affaires générales et relations extérieures » de l’Union européenne.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des activités de coopération internationale que M. Moreno-Ocampo mène avec les Nations Unies et les organisations régionales comme l’Union africaine, la Ligue arabe et l’Union européenne. Le Procureur est ainsi invité, pour la première fois, à prendre la parole devant le Conseil afin de faire le point avec lui sur les activités de la CPI, notamment en ce qui concerne le Darfour.

 
 

L’Union européenne compte parmi les grands partisans de la Cour. Au Luxembourg, le Procureur abordera la nécessité de faire preuve de cohérence en matière d’exécution des décisions judiciaires de la Cour, y compris les mandats d’arrêt. En effet, six de ces mandats délivrés par la Cour n’ont toujours pas été exécutés. Les criminels accusés ne devraient obtenir ni appui, ni aide financière. Il ne peut y avoir aucune porte de sortie pour les personnes recherchées par la Cour. Les règles doivent être les mêmes pour tous. Joseph Kony, le chef de l’Armée de résistance du Seigneur dans le Nord de l’Ouganda, et ses lieutenants, Ahmad Harun, le ministre délégué du Soudan aux affaires humanitaires, Ali Kushayb, le chef de milice/Janjaouid, et Bosco Ntaganda, un autre chef de milice, doivent apprendre à connaître le prétoire de la CPI.

 
 

En juillet, le Procureur présentera aux juges de la CPI des éléments de preuve portant sur sa nouvelle enquête relative à des crimes à grande échelle commis au Darfour.

 
 

La Cour pénale internationale est une cour permanente et indépendante qui mène des enquêtes et engage des poursuites à l’encontre de personnes accusées des crimes les plus graves ayant une portée internationale  – génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre – pour autant que les autorités nationales compétentes n’aient ni la capacité ni la volonté de le faire véritablement. Le Bureau du Procureur mène en ce moment des enquêtes à propos de quatre situations : République démocratique du Congo, Nord de l’Ouganda, Darfour (Soudan) et République centrafricaine. Tous ces pays restent, à des degrés divers, engagés dans des conflits dont les victimes ont un besoin urgent de protection. 

 

SOURCE : International Criminal Court (ICC)


 


Categories

%d bloggers like this: