Posted by: APO | 13 June 2008

Angola / RDC / Canada / Augmentation d’abus des droits de la personne à la frontière de l’Angola et de la RDC creuseurs de diamants battus, volés et expulsés par les autorités

Angola / RDC / Canada / Augmentation d’abus des droits de la personne à la frontière de l’Angola et de la RDC creuseurs de diamants battus, volés et expulsés par les autorités

LUANDA, Angola , June 13, 2008/African Press Organization (APO)/ — Partenariat Afrique Canada (PAC) exprime sa grande préoccupation au sujet de l’augmentation d’abus des droits de la personne envers les migrants illégaux congolais en Angola, et demande aux gouvernements de l’Angola et la République démocratique du Congo (RDC) de traiter le problème selon les lois internationales sur la migration et les droits de la personne.

Cette semaine, des représentants de PAC ont visité le petit poste frontalier de Kamako, dans le Kasai occidental en RDC où, selon des responsables locaux, 1500 mineurs de diamants congolais en provenance de l’Angola ont traversé au cours des 5 derniers jours, accompagnés d’environ 300 femmes.

 

PAC a interrogé plus de 20 des rapatriés. Bien qu’ils aient travaillé à 5 différents sites d’extraction de diamants en Angola, ils ont rapporté des histoires remarquablement similaires: À 2 ou 3 heures du matin, des soldats de l’armée et des officiers de police entouraient leurs campements, tirant des coups de feu en l’air. Tous les Congolais sans papiers ont été forcés de quitter après avoir été systématiquement dépouillés de tous leurs biens – vêtements, radios, meubles et argent. « Vous êtes venus dans le pays sans rien » leur a-t-on dit, « vous quitterez sans rien. » Ils ont ensuite été forcés de marcher jusqu’à cinq jours pour retourner au Congo.

 

Sur la plupart des sites, la violence semble avoir été limitée à de « légers » passages à tabac, bien qu’on ait rapporté des cas de violence beaucoup plus grave. Les expulsions semblent être une répétition de l’expulsion violente de centaines de milliers de mineurs de diamants congolais de l’Angola en 2003 et 2004.

 

Partenariat Afrique Canada est membre du Processus de Kimberley, qui tient sa réunion semi-annuelle à New Delhi du 17 au 19 juin. Le Processus de Kimberley, qui regroupe plus de 70 gouvernements, cherche à mettre fin au problème des « diamants de la guerre » – des diamants volés par les armées rebelles pour alimenter la guerre. PAC a également contribué à créer l’Initiative diamant et développement, qui vise à améliorer la vie de plus d’un million de creuseurs artisanaux de diamants. « Nous sommes profondément préoccupés par le fait que l’échange d’une forme de violence pour une autre ne résoudra pas les problèmes des diamants en Afrique » a déclaré Bernard Taylor, le directeur général de PAC.

 

« Nous avons eu de longues discussions avec les autorités angolaise et congolaise de diamants à la fin du mois de mai à Luanda et à Kinshasa, et nous croyons qu’il existe plusieurs solutions possibles qui pourraient être envisagées pour résoudre les problèmes créés par le secteur minier illicite de diamants », a-t-il dit. « Mais cela exige une approche à long terme, et un respect des droits de la personne de la part des toutes les parties impliquées ».

 

SOURCE : Partnership Africa Canada (PAC)


Categories

%d bloggers like this: