Posted by: APO | 31 May 2008

Tchad / Besoins et Réponse Humanitaires

UNITED NATIONS NATIONS UNIES

Besoins et Réponse Humanitaires au Tchad

Bulletin d’Information – 30 mai 2008

Faits marquants

 

􀃖Insécurité persistante à l’est du Tchad. Quatre réfugiés blessés lors d’affrontements entre groupes armés, deux gendarmes tués à 3 km d’un camp de réfugiés.

 

􀃖4,3 millions de dollars du Fonds Central d’intervention d’Urgence (CERF) alloués aux réfugiés centrafricains installés au sud du Tchad.

 

􀃖Transfert des nouveaux réfugiés centrafricains vers le nouveau camp de Moula.

 

􀃖Visite de la Représentante Spéciale des Nations Unies pour les enfants dans les conflits armés.

 

􀃖Insuffisance de la couverture sanitaire à l’est du Tchad en raison de contraintes sécuritaires.

 

􀃖521 enfants retirés des groupes et forces armés, depuis février 2007.

 

􀃖411 accidents causés par les mines et engins non explosés depuis 2005.

 

􀃖Lancement du processus de la revue à mi-parcours de l’appel de fonds humanitaire de 2008.

 

Besoins et réponse par secteur

Eau et assainissement

Déplacés et populations locales

  1. Dans le souci d’améliorer les conditions sanitaires des déplacés et d’assurer le respect des normes SPHERE (fixées à 20-30 personnes par latrine), 75 latrines à double compartiment ont été construites par l’ONG Intersos dans le site de déplacés de Habilé dans la sous préfecture de Koukou-Angarana. Les travaux de construction de 104 latrines, menés par l’ONG Oxfam Grande Bretagne, dans quatre écoles des sites de déplacés de Gassire, Gouroukoun, Koloma et Koubigou (sous préfecture de Goz Beida) sont en phase de finition.
  2. L’UNICEF et l’ONG Oxfam Intermon mènent actuellement des campagnes de promotion de l’hygiène au profit de 45 000 personnes déplacées et populations hôtes dans les sites de Habile et Aradib (sous préfecture de Koukou-Angarana).
  3. Un lot de 60 000 barres de savons a été distribué à Habile. L’UNICEF et son partenaire International Relief and Development (IRD) prépositionnent actuellement 12 500 cartons de savon1 à Goz Beida afin de parer aux besoins des déplacés durant la saison des pluies.

     

    Logistique

  4. A la date du 26 mai, le PAM avait réceptionné près de 6 000 tonnes de vivres à travers le corridor d’approvisionnement de la Libye et plus de 4 000 tonnes sont actuellement en transit entre

     

     

    Contexte

    L’est du Tchad reste marqué par la détérioration de la situation sécuritaire qui se manifeste par la persistance des actes de banditisme et des affrontements sporadiques entre groupes armés. Le 14 mai, deux gendarmes travaillant pour la structure gouvernementale chargée de la sécurité des camps de réfugiés, la (CNAR), ont été tués et un autre grièvement blessés, à la suite d’un accrochage avec des bandits à 3 km du camp de Touloum (Iriba). L’un des bandits a été appréhendé par la police. Le 25 mai, des affrontements entre des éléments de groupes armés dans le camp de réfugiés d’Am Naback (Iriba) ont causé quatre blessés du côté des réfugiés. Depuis le début de l’année, environ 40 cas d’attaques ciblant les humanitaires et leurs partenaires (dont cinq cas fatals) se sont produits à l’est du pays.

    Pour minimiser les contraintes logistiques inhérentes à la saison des pluies, les organisations humanitaires continuent le prepositionnement d’articles d’aide alimentaire et non alimentaire dans les différentes zones d’intervention malgré l’insuffisance des ressources dont elles disposent.

    1 Un carton contient 48 morceaux de savons.

    1

     

    Khufra2 et l’est du Tchad. D’autres convois de vivres du PAM sont attendus, début juin, à la base logistique de Faya, au nord du Tchad.

     

    • De janvier à avril 2008, 11 981 passagers et 33 tonnes de cargo ont été transportés par les vols du Service aérien d’aide humanitaire des Nations Unies (UNHAS). La perturbation des vols de l’UNHAS est à craindre durant la saison des pluies à cause l’impraticabilité de certaines pistes d’atterrissage durant cette période. Au total, 13 localités sont actuellement desservies par les vols UNHAS au Tchad (N’djamena, Abeche, Bahai, Iriba, Goz-Beida, Guereda, Farchana, Dogdore, Moundou, Sarh) et au Cameroun (Yaoundé, Garoua, Maroua).

     

    • La GTZ-Prodabo effectue actuellement des travaux de réhabilitation de l’axe routier Hadjer Hadjid – Arkoum (au niveau du village de Rahataï) pour limiter les problèmes d’accès liés à la saison des pluies. La fin des travaux est prévue fin mai.

     

    2 Khufra est une ville au sud-est du Soudan utilisé comme une centrale logistique par le PAM.

    Nutrition

  5. Les données recueillies dans les sites IDPs, en avril, révèlent une tendance à l’augmentation des nouvelles admissions dans les centres de récupération nutritionnelle comparativement au mois de mars 2008, cette tendance est constatée aussi bien dans les centres nutritionnels supplémentaires que dans les centre de nutritionnel thérapeutiques du département du Kimiti notamment à Goz Amir et à Djabal. Ainsi dans le Dar Sila, le nombre de nouvelles admissions dans les centres de récupération nutritionnelle a augmenté de 137 en mars à 266 en avril. Les acteurs intervenant dans le secteur de la malnutrition sont à pied d’oeuvre pour l’organisation d’une enquête nutritionnelle dans les sites de déplacés afin de confirmer ou infirmer cette tendance et d’ajuster la réponse en conséquence. La malnutrition est susceptible de changements rapides dans le contexte de l’est du Tchad caractérisé par la précarité des ressources naturelles et l’insécurité. Par ailleurs, il est à noter que 12% des 180 000 personnes déplacées ne sont pas couverts par les programmes d’assistance nutritionnelle. Il s’agit des sites de Abdi, Goungour, Karoub et une partie des sites dans la zone de Am Dam. L’absence de partenaires opérationnels dans ces sites est due à diverses raisons dont les contraintes sécuritaires mais également l’insuffisance des ressources financières.

     

    Protection

    Réfugiés

  6. Le Haut-commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) a commencé, le 23 mai, les opérations de transfert de plus 9 500 réfugiés centrafricains, récemment arrivés au sud du Tchad de leur camp de transit vers un nouveau camp à Moula, à 150 km de la frontière de la Centrafrique. Du 23 au 27 mai, plus de 1 600 réfugiés ont été transférés. Le UNHCR a pris des dispositions pour terminer ce transfert avant que les routes ne deviennent impraticables du fait de la pluie. Chaque famille de réfugiés recevra une parcelle cultivable de 2,5 hectares et l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO) leur fournira des semences et du matériel agricole. Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) leur distribuera des rations alimentaires mensuelles. Les réfugiés habitent actuellement dans des tentes familiales en attendant la construction de leurs maisons. Le sud du Tchad accueille plus de 56 000 réfugiés centrafricains hébergés dans cinq camps.

     

    Déplacés, populations locales et réfugiés

  7. En vue d’évaluer la situation des enfants pour le plaidoyer contre les graves violations des droits des enfants, la Représentante Spéciale des Nations Unies pour les enfants dans les conflits armés, Mme Radhika Coomaraswamy, a effectué du 26 au 27 mai une visite au Tchad. Lors de sa visite, la Représentante spéciale s’est focalisée sur des enjeux critiques, tels que le recrutement transfrontalier d’enfants, la protection des enfants, la sécurité du personnel et des biens humanitaires, ainsi que la sûreté des camps de réfugiés et des sites de déplacés. Après sa visite au Tchad, la Représentante Spéciale s’est rendue à la République Centrafricaine pour une mission similaire.
  8. Depuis la signature par le Tchad, en février 2007, de l’ ”Engagement de Paris en vue de protéger les enfants contre une utilisation ou un recrutement illégaux par des groupes ou forces armés” quelque 512 enfants ont été démobilisés. Parmi ces 512 enfants, 243 sont encore dans les structures d’encadrement transitoire à N’Djamena, 133 réunifiés avec leurs familles et 132 retournés spontanément dans leurs communautés d’origine. Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et ses partenaires accompagnent 63% des enfants retirés des forces ou

     

    2

     

    groupes armés au Tchad depuis février 2007 à travers des activités de réinsertion (46% à l’école et 17% en formation professionnelle ou AGR).

     

    • De 2005 à la mi-mai, les mines et les engins non explosés (UXO) ont causé 411 accidents. Le nombre d’accidents par an est réparti comme suit: 2005 (45 victimes), 2006 (140 victimes), 2007 (186 victimes) et 2008 (40 victimes). Les statistiques ont montré que 80% des victimes sont des enfants et que la plupart des accidents ont eu lieu à l’est. Le Haut-commissariat national pour le déminage et la dépollution, en collaboration avec l’UNICEF, a développé des outils pour informer les populations sur les risques liés à la présence des mines et de engins non explosés. Pour pallier les accidents liés à la présence des mines à l’est du Tchad, la Force Européenne au Tchad (EUFOR) a commencé à détruire les UXO autour de Koukou. Des discussions sont en cours pour l’extension de cette opération à Goz Beida. Le Haut-commissariat national pour le déminage et la dépollution programme prévoit également des opérations de dépollution à l’est en mi-juin.

     

    • Dans le cadre de la promotion et de la défense des droits humains en faveur des réfugiés et déplacés dans le l’Assoungha, l’Association pour la Promotion des Libertés Fondamentales au Tchad (APLFT) a ouvert, en mai, un bureau à Farchana. L’association, en collaboration avec le UNHCR, les ONG et les autorités locales, prévoit d’organiser des séances de sensibilisation et de formation sur les libertés fondamentales, de faire le suivi des cas de détention et d’accompagner les victimes dans les différentes étapes du processus judiciaire.

     

    Santé

    Réfugiés

  9. L’ONG Médecins Sans Frontière – Luxembourg a totalement suspendu ses activités de la zone d’Iriba en raison de contraintes sécuritaires. MSF-L intervenait dans les camps de réfugiés de Touloum et de Iridimi qui hébergent près de 53 000 réfugiés ainsi que dans les deux centres de santé (Iriba et Tiné) et l’hôpital du district sanitaire. Avec la suspension des activités de MSF-L, la prise en charge médicale des réfugiés et des communautés hôtes à Iriba constitue une préoccupation pour les humanitaires.
  10. A la suite de l’analyse des activités d’immunisation du premier trimestre de l’année, l’UNICEF et UNHCR ont convenu d’organiser une campagne de vaccination de rattrapage dans les camps de réfugiés pour les enfants âgés un à onze mois qui n’ont pas été vaccinés pendant cette période. Cette campagne, programmée pour la dernière semaine de mai, vise à assurer une couverture vaccinale de 100% dans les camps de réfugiés.

     

    Déplacés et populations locales

  11. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et ses partenaires sont préoccupés par la baisse de 10% de la couverture sanitaire dans le district de Am Dam avec la diminution des activités et le retrait d’ONG intervenant dans cette zone qui accueille 14 000 déplacés. Par ailleurs, l’insuffisance de la couverture sanitaire au profit de 22 000 déplacés risque de se poser d’ici juillet 2008, à Goz Bagar, Goundiang et Alacha pour les mêmes raisons qu’à Am Dam.
  12. Du 15 au 27 mai, 150 agents de santé communautaire ont été formés à Goz Beida avec l’appui de l’UNICEF, du UNHCR, de l’ONG Cooperazione Internazionale (COOPI) et de la Délégation sanitaire du Ouaddai. Cette formation avait pour but de renforcer les capacités de personnel local dans des techniques sociales de mobilisation en matière de vaccination, nutrition et soins prénataux.

     

    Sécurité alimentaire

    Réfugiés

  13. Les distributions générales de vivres du mois de mai pour les réfugiés soudanais et centrafricains ont été accomplies dans tous les camps de réfugiés. En raison du retard d’approvisionnement des stocks du PAM, des rations céréalières réduites de 20% ont été distribuées aux réfugiés soudanais. Le PAM prévoit également de fournir des rations alimentaires mensuelles aux nouveaux réfugiés centrafricains transférés au camp de Moula.

     

    Déplacés, retournés, populations locales

  14. Des distributions de vivres du PAM pour les déplacés sont en cours dans les sites de Goz-Beida et Koukou. Le PAM prévoit de distribuer, entre fin mai et début juin, des rations de protection de semences de 90 jours à plus de 160 000 bénéficiaires pour les mois de mai, juin et juillet afin de couvrir leurs besoins en vivres durant la période de soudure.

     

    3

  15. Durant les semaines 22 et 23, le Comité International de la Croix Rouge (CICR) a effectué des distributions de semences (mil, sorgho, arachide, gombo, oseille) et de rations de protection de semence de 30 jours dans l’Assoungha et le Dar Sila. Au total, 2500 ménages de déplacés (Arkoum et Alacha), 2500 ménages de retournés (30 villages dans zone de Borota) ont été ciblés dans l’ Assoungha et 3 400 ménages de déplacés à Adé dans le Dar Sila. Une autre distribution de vivres de 60 jours et d’articles non alimentaires en faveur des déplacés et retournés de l’Assoungha et du Dar Sila est prévue en juin.

     

    Coordination

  16. Le Fonds Central d’intervention d’urgence des Nations Unies a alloué 4,3 millions de dollars à l’assistance aux 12 000 nouveaux réfugiés centrafricains arrivés au Tchad entre janvier et mars 2008. Ces fonds sont attribués au UNHCR (1 490 510), au PAM (1 886 987) et à l’UNICEF (971 774) et sont destinés à des projets dans les secteurs de l’alimentation, l’éducation, la nutrition, la santé et la protection. Les partenaires des Nations Unies pour la mise en oeuvre de ces projets sont: la Commission Nationale d’Accueil et de Réinsertion des Réfugiés (CNAR), les ONG African Concern, LWF, COOPI et la GTZ mettront en oeuvre ces projets.
  17. Les acteurs humanitaires au Tchad ont organisé, les 19 et 20 mai 2008, un atelier pour la revue à mi-parcours de l’appel de fonds humanitaire consolidé (CAP) pour le Tchad. Ont pris part à cet atelier, des représentants du système des Nations Unies, des ONG, du Gouvernement et des bailleurs de fonds. Cet atelier a été l’occasion de redéfinir le contexte dans lequel les humanitaires opèrent afin de prendre en compte les différents changements impactant sur la réponse aux besoins des réfugiés, déplacés et populations locales.
  18. Les acteurs humanitaires, les donateurs et la structure gouvernementale CONAFIT (Coordination Nationale d’Appui à la Force Internationale à l’est) ont eu des rencontres dans le courant du mois de mai pour discuter du cadre stratégique pour le retour volontaire des déplacés. Ainsi un groupe de travail dirigé par la CONAFIT avec l’appui des Nations Unies a été mis sur pied à NDjaména et deux autres groupes au niveau de Abéché et Goz Beida. Des concertations sont en cours au niveau des différents groupes sectoriels de la réponse humanitaire pour la finalisation du paquet minimum d’assistance devant accompagner les retours.
  19. A la suite de la récente attaque du groupe d’opposition armé JEM au Soudan, les acteurs humanitaires ont mis à jour le plan de contingence pour l’est du Tchad en préparation à toute dégradation de la situation humanitaire.

     

    Calendrier des réunions et visites

    Date

    Evénements

    3 juin

    Réunion de coordination Humanitaire

    OCHA Abéché à 10h

    5 au 7 juin

    Visite délégation du conseil de sécurité

    Tchad

    5 juin

    Restitution mission société civile sur problématique retour des déplacés dans le Dar Sila

    HCR Abéché à 16h

    16 juin

    Journée de l’enfant africain

    20 juin

    Journée Mondiale des réfugiés


Categories

%d bloggers like this: