Posted by: APO | 7 May 2008

Les meilleurs et les pires pays où être mère / Le Niger en dernier

Bulletin de notes à l’occasion de la fête des Mères

Les meilleurs et les pires pays où être mère

La Suède arrive en tête, le Niger en dernier, les États-Unis au 27e rang

 

Dakar, 7 mai 2008 – Save the Children, organisation internationale et indépendante d’aide à l’enfance, a rendu public aujourd’hui son neuvième Classement de la situation des mères (Mother’s Index) annuel qui attribue un rang aux pays, des meilleurs aux pires, en fonction du sort qu’ils réservent aux mères et à leurs enfants. Le Classement de la situation des mères est commenté dans le rapport Situation des mères dans le monde 2008 qui compare la situation des mères et de leurs enfants dans 146 pays, le plus grand nombre de pays jamais comparés à ce sujet. Le rapport complet n’est disponible qu’en anglais (State of the World’s Mothers Report), mais il est possible de se procurer un résumé du rapport en français.

Les pays nordiques se placent au premier rang des pays où la situation des mères est la meilleure; les pays de l’Afrique subsaharienne dominent les derniers rangs. Parmi les pays qui ont fait l’objet de cette étude, la Suède vient en tête, le Niger en dernier. Quant aux États-Unis, ils passent cette année de la 26e à la 27e place.

Les 10 premiers pays, en général, ont obtenu des scores élevés en ce qui a trait à la santé des mères et des enfants, à la scolarité et à leur situation économique, alors que les dix derniers pays, à l’inverse, ont obtenu de piètres résultats pour tous les indicateurs.

CLASSEMENT DE LA SITUATION DES MÈRES (MOTHER’S INDEX)

 

Classement des pays en 2008

  

  

  

10 premiers pays                              Meilleurs pays où être mère                                              

10 derniers pays

Pires pays où être mère

RANG

Pays

  

RANG

Pays

  

1

  

Suède

  

137

  

Éthiopie

  

2

  

Norvège

  

138

  

Mali

  

3

  

Islande

  

139

  

Djibouti

  

4

  

Nouvelle-Zélande

  

140

  

Érythrée

  

5

  

Danemark

  

141

  

Guinée-Bissau

  

6

  

Australie

  

142

  

Angola

  

7

  

Finlande

  

143

  

Sierra Leone

  

8

  

Irlande

  

144

  

Yémen

  

9

  

Allemagne

  

145

  

Tchad

  

10

  

France

  

146

  

Niger

  

 

Les conditions pour les mères et les enfants des pays qui se classent en dernier sont déplorables. En moyenne, une mère sur 21 y mourra à la grossesse, plus d’un enfant sur six décèdera avant cinq ans, un enfant sur trois souffrira de malnutrition et trois filles pour quatre garçons fréquenteront l’école primaire.

« Le bien-être d’une mère est lié au bien-être de ses enfants », affirme Charles MacCormack, président-directeur général de Save the Children. « Il n’est pas surprenant alors de constater que dans les pires endroits où être mère, les femmes et les enfants meurent tous à un jeune âge. Il y a des différences frappantes entre l’état de santé et le bien-être des femmes dans les pays riches et les pays pauvres », ajoute M. MacCormack, en faisant référence au Classement de la situation des mères.

« Dans les nations riches, où les mères ont accès à des soins de santé de base, l’accouchement est un événement heureux. Mais dans les pays pauvres, où l’accès aux soins de santé est réduit ou inexistant, l’accouchement est souvent un événement tragique. Toutes les femmes dans les dix pires pays sont susceptibles d’être confrontées à la perte insupportable d’un enfant au cours de sa vie. »

Les disparités d’accès aux services de santé des mères et des enfants sont particulièrement frappantes quand on compare la Suède, en tête de liste, et le Nigeria, en fin de liste. En Suède, la mère peut compter dans presque tous les cas sur la présence d’agents de santé qualifiés, tandis que seulement 33 % des Nigériennes bénéficient de tels services. Les Suédoises ont en moyenne 17 ans de scolarité et vivront jusqu’à 83 ans; 72 % d’entre elles utilisent des moyens de contraception modernes et seulement une de ces femmes sur 185 perdra son enfant avant qu’il atteigne cinq ans.

La situation est toute autre au Niger où les femmes ont en moyenne moins de trois ans de scolarité et où les filles nées aujourd’hui n’ont qu’une espérance de vie de 45 ans. Seulement 4 % des Nigériennes utilisent des moyens de contraception modernes et un enfant nigérien sur quatre n’atteint pas l’âge de cinq ans. À ce rythme, toutes les Nigériennes sont susceptibles de connaître la douleur de perdre un enfant au cours de leur vie.

« Pour réduire ces disparités et améliorer les conditions de vie des mères et des enfants défavorisés, les pays développés doivent investir davantage dans l’éducation des mères, dans la création d’activités leur permettant de gagner leur vie et dans les soins de santé de base pour les mères et leurs enfants », précise M. MacCormack.

Si l’on s’intéresse plus particulièrement au classement des pays selon le bien-être des enfants, l’Italie gagne la palme et le Niger est encore le dernier des 168 pays. Tandis qu’en Italie presque tous les garçons et les filles sont en santé et reçoivent une bonne éducation, les enfants nigériens ont une chance sur quatre de mourir avant l’âge de cinq ans. Au Niger, 44 % des enfants souffrent de malnutrition et moins de la moitié d’entre eux fréquentent l’école primaire.


 


Categories

%d bloggers like this: