Posted by: APO | 4 April 2008

De plus en plus d’enfants et de femmes enceintes séropositifs au VIH bénéficient d’un traitement contre le SIDA, affirme un nouveau rapport


 

De plus en plus d’enfants et de femmes enceintes séropositifs au VIH bénéficient d’un traitement contre le SIDA, affirme un nouveau rapport

 

NEW YORK, 3 avril 2008 – De plus en plus d’enfants et de femmes enceintes séropositifs au VIH bénéficient d’un traitement contre le SIDA mais il reste encore beaucoup de chemin à faire avant de parvenir au but d’une génération affranchie du SIDA, affirme un nouveau rapport des Nations Unies publié aujourd’hui.

 

Les enfants et le SIDA : deuxième bilan de la situation examine la façon dont le SIDA affecte les enfants et les jeunes et les progrès accomplis dans la lutte contre cette maladie. La campagne Unissons-nous pour les enfants, contre le SIDA, lancée en octobre 2005 par le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA), l’UNICEF et d’autres partenaires, était un véritable appel à l’action pour atténuer l’impact du VIH et du SIDA sur les enfants.

 

« Les enfants et les jeunes d’aujourd’hui n’ont jamais connu un monde sans SIDA », a rappelé la Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman. « Ils sont des milliers à mourir de cette maladie tous les ans et des millions ont perdu leurs parents et les personnes qui s’occupaient d’eux. Les enfants doivent être placés au centre des programmes d’action mondiaux contre le SIDA ».

 

Le rapport, établi par l’ONUSIDA, l’Organisation mondiale de la Santé et l’UNICEF examine les progrès accomplis – ainsi que les obstacles qui demeurent — dans quatre secteurs capitaux : la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant (PTME), prestation d’un traitement pédiatrique, prévention de l’infection chez les adolescents et les jeunes, et protection et soutien aux enfants affectés par le SIDA. Le rapport s’intéresse essentiellement aux pays à revenus faible et moyen.

 

D’après le rapport, quelque 290 000 enfants de moins de 15 ans sont morts du SIDA en 2007 et, en Afrique subsaharienne, 12,1 millions d’enfants ont vu un de leurs parents, ou les deux, mourir du SIDA.

 

Cependant, à la fin de 2006, 21 pays – dont l’Afrique du Sud, le Bénin, le Botswana, le Brésil, la Namibie, le Rwanda et Thaïlande – étaient bien partis pour atteindre la cible de la campagne Unissons-nous pour les enfants, contre le SIDA, soit 80 pour cent de couverture pour la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant d’ici à 2010. En 2005, ils n’étaient que 11.

 

En outre, le nombre d’enfants séropositifs vivant dans des pays à revenu faible et moyen et qui bénéficient d’un traitement antirétroviral a augmenté de 70 pour cent de 2005 à 2006.

 

« Des progrès importants ont été enregistrés pour répondre aux besoins de traitement des enfants et dans la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant », a constaté le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, le docteur Peter Piot. « Cependant, pour obliger l’épidémie à changer radicalement de direction, il reste beaucoup à faire, en particulier dans le domaine de la prévention du VIH chez les jeunes et les adolescents ».

 

Les indicateurs signalent en de nombreux pays des progrès en ce qui concerne la protection des enfants affectés par le SIDA, les soins qui leur sont prodigués et l’accès à des services sociaux dont ils disposent. Des progrès ont également été enregistrés dans les taux de scolarisation des enfants dont les deux parents ont succombé à la maladie, même si les enfants affectés par le SIDA risquent toujours davantage que les autres de prendre du retard à l’école et de vivre dans des foyers plus pauvres.

 

Depuis 2000-2001, dans 11 des 15 pays pour lesquels on dispose de données suffisantes, la prévalence du VIH a baissé chez les femmes enceintes âgées de 15 à 24 ans et recevant des soins dans des cliniques de soins prénatals.

 

La proportion de femmes enceintes séropositives au VIH et recevant des antirétroviraux pour diminuer le risque de transmission à leurs bébés a augmenté de 60 pour cent de 2005 à 2006, mais même avec cette augmentation, on estime que 23 pour cent seulement des femmes enceintes séropositives au VIH bénéficient des antirétroviraux.

 

« Nous progressons mais nous avons encore beaucoup de défis à relever », a déclaré le Docteur Kevin DeCock, Directeur de la Division VIH de l’Organisation mondiale de la Santé. « Nous devons impérativement offrir un traitement antirétroviral aux femmes qui en ont besoin pour leur propre santé, ce qui sauvera des vies tout en assurant un avenir à leurs enfants. Pour cela, il faut renforcer les systèmes de santé et leur élément le plus précieux, les agents de santé ».

 

La plupart des 2,1 millions d’enfants de moins de 15 ans qui vivaient avec le VIH en 2007 ont été infectés avant leur naissance, au cours de l’accouchement ou de l’allaitement. Et les jeunes de 15 à 24 ans représentent toujours environ 40 pour cent des nouvelles infections chez les personnes âgées de plus 15 ans, en 2007.

 

Les informations sont certes mitigées mais le rapport affirme qu’une génération libre du SIDA est possible. Même si l’on constate des pénuries de financement, gouvernements et donateurs consacrent davantage de ressources aux efforts de prévention, traitement et protection. En 2007, quelque 10 milliards de dollars ont été alloués à la lutte contre le SIDA, contre 6,1 milliards en 2004.

 

La priorité consiste maintenant à mettre en œuvre de nouvelles initiatives et à faire passer à plus grande échelle celle qui ont déjà été essayées et ont fait la preuve de leur efficacité.

 

Le rapport demande que l’on :

 

  • Renforce les communautés et familles, dont le rôle revêt une importance capitale dans chacun des aspects d’une approche contre le SIDA axée sur l’enfant

 

  • Renforce les systèmes de santé, éducation, et protection sociale, éléments indispensables à l’efficacité des interventions en faveur des enfants affectés par le VIH et le SIDA

     

  • Intègre les services de prévention de la transmission du virus de la mère à l’enfant dans les programmes de soins de santé destinés aux mères, aux nouveau-nés et aux enfants

     

  • Consolide les données et les mesures pour documenter les progrès accomplis et les lacunes qui subsistent et renforcer les engagements.

Categories

%d bloggers like this: