Posted by: APO | 17 January 2008

TCHAD / Le directeur de FM Liberté arrêté, la station fermée par la police / CHAD / Police close down N’Djamena radio station, arrest manager

English / Français

 

Reporters Without Borders

Press release

 

17 January 2008

 

CHAD / Police close down N’Djamena radio station, arrest manager

 

Reporters Without Borders calls on the Chadian authorities to explain why the police yesterday raided privately-owned radio FM Liberté in N’Djamena, closed it down and arrested its manager, Djekourninga Kaoutar Lazar.

 

“A raid on a respected radio station, its arbitrary closure and the arrest of its manager are methods one uses with gangsters,” the press freedom organisation said. “It is not a crime to express an opinion that does not concur with government policy. On the contrary, it is the press and public’s inalienable right. The government should act with restraint, even in a period of crisis, and should provide the public with an explanation for this show of force.”

 

Some 15 policemen stormed into FM Liberté‘s studios at 5:45 p.m. yesterday and asked to see Lazar. When told he was not there, they asked if they could inspect all the news programmes that had been broadcast since the start of the week. Editorial coordinator Madji Madji Odjitan refused, saying this was the job of the High Council for Communication (HCC).

 

In response, the police closed down the station and arrested Odjitan, taking him to the headquarters of the criminal investigation department. He was freed a few hours later after Lazar turned himself in. Lazar is still being held at the headquarters of the criminal investigation department in N’Djamena. The government has not given an official explanation for his arrest.

 

Government supporters have been staging demonstrations for the past few weeks in protest against what they call the “Sudanese aggression that is being prepared in the east of the country.” Opposition representatives have on several occasions criticised these demonstrations as “hypocritical” on FM Liberté.

—————-

 

TCHAD / Le directeur de FM Liberté arrêté, la station fermée par la police

 

Reporters sans frontières demande aux autorités tchadiennes de fournir des explications sur l’arrestation, le 16 janvier 2008, de Djekourninga Kaoutar Lazar, directeur de la station privée FM Liberté, après une descente de police dans les locaux de la radio à N’Djamena. La station a été fermée sur-le-champ.

 

“Un raid policier contre une radio respectée, sa fermeture arbitraire et l’arrestation de son directeur sont des procédés employés contre les gangsters. Or, l’expression d’une opinion qui ne rentre pas dans la ligne politique du gouvernement n’est pas un crime, c’est un droit inaliénable de la presse et des citoyens. Le gouvernement tchadien devrait faire preuve de retenue, même en période de crise, et fournir à la population des éclaircissements sur cette démonstration de force “, a déclaré l’organisation.

 

Le 16 janvier à 17 heures 45, quinze policiers ont fait irruption dans les locaux de FM Liberté et ont demandé à voir Djekourninga Kouatar Lazar. Le directeur de la radio était alors absent. Ils ont ensuite voulu examiner les journaux diffusés depuis le début de la semaine, mais Madji Madji Odjitan, le coordinateur de la rédaction, a refusé, expliquant que le contrôle des journaux relevait de la compétence du Haut Conseil de la communication (HCC). En réaction, les policiers ont procédé à la fermeture de la radio, ont placé Madji Madji Odjitan aux arrêts, et l’ont conduit dans les locaux de la police judiciaire. Il a été libéré quelques heures plus tard, après que Djekourninga Kouatar Lazar s’était livré de lui-même. Il est actuellement détenu dans les locaux de la police judiciaire à N’Djamena. Le gouvernement n’a pas officiellement motivé cette décision.

 

Depuis quelques semaines, les partisans du gouvernement organisent des manifestations afin de dénoncer ce qu’ils qualifient d'”une agression soudanaise qui se prépare à l’est du pays”. Cette mobilisation a été plusieurs fois dénoncée par l’opposition comme “hypocrite” sur les ondes de FM Liberté.


Categories

%d bloggers like this: