Posted by: APO | 8 January 2008

IFJ Calls for Kenyan Government to Lift Ban on Media Immediately / La FIJ appelle le gouvernement kenyan à lever sans délai l’interdiction sur les médias

(Version française ci-dessous)

Media Release
8 January 2008

IFJ Calls for Kenyan Government to Lift Ban on Media Immediately

The International Federation of Journalists (IFJ) today called on the Kenyan government to end its 10-day ban on live news reports as violence that erupted after President Mwai Kibaki was declared winner of the election subsided.

“This ban has been in place for more than a week as Kenya was rocked by terrible violence,” said Gabriel Baglo, Director of the IFJ Africa office. “This ban is not the way to solve the crisis. We call on the Kenyan government to lift this ban immediately and allow journalists to work in total freedom and security.”

On Sunday 30 December the Kenyan government ordered all live radio and television broadcasts suspended indefinitely after violent post-election protests raged in parts of the country, leaving more than 600 people dead and 100,000 displaced.

“Kenyan people need prompt, independent and impartial information at this critical time,” said Omar Faruk Osman, Secretary General of the Eastern Africa Journalists Association (EAJA).


FR

Communiqué de presse
8 janvier 2008

La FIJ appelle le gouvernement kenyan à lever sans délai l’interdiction sur les médias

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a appelé aujourd’hui le gouvernement du Kenya à mettre fin à son interdiction depuis 10 jours sur les reportages en direct de la violence qui a éclaté après que le président Mwai Kibaki a été déclaré vainqueur de la récente élection.

« Cette interdiction est en place depuis plus d’une semaine lorsque le Kenya a été secoué par de terribles violences, » a déclaré Gabriel Baglo, Directeur du bureau Afrique de la FIJ. « Cette interdiction n’est pas la façon de résoudre la crise. Nous appelons le gouvernement kenyan à lever sans délai cette interdiction et permettre aux journalistes de travailler en toute liberté et sécurité. »

Le dimanche 30 décembre, le gouvernement kenyan a ordonné la suspension indéterminée de toutes les diffusions radio et télévisées après que de violentes protestations post électorales ont fait rage dans certaines parties du pays, faisant plus de 600 morts et 100.000 personnes déplacées.

« La population du kenyane a besoin d’informations rapides, indépendantes et impartiales à ce moment critique, » a déclaré Omar Faruk Osman, Secrétaire Général de l’Association des Journalistes d’Afrique de l’Est (EAJA).


Categories

%d bloggers like this: