Posted by: APO | 30 November 2007

Compte-rendu de la conférence de presse donnée à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le Sida


Compte-rendu de la conférence de presse donnée à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le Sida

(Abidjan, le 30 novembre 2007)

 

VIH: La prévalence mondiale s’est stabilisée

 

 

« La prévalence mondiale du VIH s’est stabilisée ; le sida figure toujours parmi les principales causes de décès dans le monde et reste la première cause de décès en Afrique » a déclaré vendredi à Abidjan le Coordonnateur pays du Programme Commun des Nations Unies sur le VIH/Sida (ONUSIDA), Madame Aoua Paul Diallo-Diawara au cours du point de presse au siège de l’Opération des Nations Unies en Côte d’ivoire (ONUCI) .

 

En prévision de la Journée mondiale de lutte contre le Sida 2007 et 2008 sur le thème « Leadership », Mme Aoua a indiqué qu’à titre comparatif 33,2 millions de personnes vivent avec le VIH en 2007 contre 39, 5 en 2006. Madame Aoua a estimé que bien que des progrès soient constatés, il fallait en faire plus. L’une des causes de la baisse de la prévalence est le retour d’investissements : « il y a une convergence d’effort, d’énergie dans le domaine des soins… » a-t-elle noté. 

 

Pour le cas de la Côte d’Ivoire, le Coordonnateur pays de l’ONUSIDA a confirmé la prévalence du fléau à 4.7%, selon le Ministère ivoirien de la lutte contre le Sida..

 

Pour terminer, Mme Aoua a annoncé la sortie officielle le 1er décembre de l’album musical « Nous sommes les tam-tams ». Les 11 chansons de l’album interprétées en 18 langues sont le fruit de 37 musiciens africains mobilisés sous l’égide des Nations unies pour galvaniser la détermination du continent à surmonter le Sida, la pauvreté, l’analphabétisme et les conflits.

 

Le Chef de l’Unité VIH Sida, Dorcella Bazahica a, pour sa part, présenté le programme de campagne de lutte contre le Sida au sein du système des Nations Unies notamment la campagne de sensibilisation sur la campagne, le plaidoyer pour l’accès au traitement et la cérémonie le 1er décembre à Man pour marquer la solidarité avec les personnes vivant avec le VIH/Sida. Elle a insisté sur l’importance du thème de cette année :  « il interpelle tout le monde, nous sommes tous concernés et chacun doit apporter sa contribution ».

 

Interrogé sur la persistance du Sida en Afrique sub saharienne où l’on trouve les 2/3 des personnes vivant avec le Vih/Sida et 3/4 de décès, Mme Bazahica a indiqué que cela était du à des facteurs sociologiques, économiques et culturels. Elle a évoqué entre autres, les problèmes de malnutrition lié à la pauvreté et au manque de moyens pour l’achat des anti rétroviraux ainsi que des conflits qui entrainent les déplacements des populations.


Categories

%d bloggers like this: