Posted by: APO | 29 November 2007

Des patients et des membres de leurs familles tués dans l’enceinte de MSF

COMMUNIQUE DE PRESSE DE MEDECINS SANS FRONTIERES

Bor, sud-Soudan:

Des patients et des membres de leurs familles tués dans l’enceinte de MSF

 Juba/Bruxelles, le 29 novembre, 2007. Tôt ce matin, quatre personnes ont été tuées et une autre blessée dans une voiture appartenant à l’organisation humanitaire médicale Médecins Sans Frontières (MSF) à Bor, au sud-Soudan. Huit patients ainsi que les membres de leurs familles, dont un bébé, ont été évacués de l’hôpital lorsque une rixe entre tribus a éclaté à l’intérieur du bâtiment. Ils étaient à l’intérieur d’un véhicule MSF dans l’enceinte de l’organisation, se situant dans la rue en face de l’hôpital, quand ils ont été attaqués par des personnes lancées à leur poursuite. Deux adultes et le bébé s’en sont sortis indemnes en se cachant sous les sièges de la voiture. “Il s’agit d’un acte atroce et d’une sérieuse brèche dans la sécurité qu’un hôpital devrait normalement assurer”, explique
Meinie Nicolai, Directrice des opérations chez MSF à Bruxelles. “Quatre personnes sont mortes, une est blessée, et trois l’ont échappé belle de justesse. Cette attaque affecte notre capacité à fournir des soins de santé dans l’hôpital de Bor, qui tient un rôle important au niveau régional pour toutes les références de l’état de Jonglei.”

 MSF travaille à Bor depuis le mois de mars 2006, fournissant des soins de santé généraux dans l’hôpital de Bor. En moyenne, l’équipe réalise 250 consultations et trois interventions chirurgicales par jour.

 L’équipe composée de 17 personnes est sévèrement choquée par ces violents incidents et la plupart des membres sont, en ce moment, rapatriés par avion afin de bénéficier d’une assistance psychologique. MSF espère garder une petite équipe à Bor, en partie en dépêchant sur place du personnel remplaçant, afin de minimiser l’interruption de ses activités médicales au sein de l’hôpital.

 Lorsque ces assassinats sont survenus, MSF traitait 23 patients, blessés lors de conflits tribaux, qui avaient été amenés durant la nuit.

 “Dans notre enceinte ainsi que dans l’hôpital, nous traitons toutes les personnes qui ont besoin de soins médicaux, et des membres de différentes tribus sont souvent alités les uns à côté des autres dans les unités”, ajoute Meinie Nicolai. “L’irrespect dont ont fait preuve ces personnes en important leurs rivalités dans l’hôpital et dans l’enceinte de MSF est absolument intolérable. Nous exhortons les autorités locales et régionales à faire tout ce qu’il est en leur pouvoir pour éviter d’autres failles dans l’intégrité des installations de santé et dans la sécurité des patients et du personnel soignant.”


Categories

%d bloggers like this: