Posted by: APO | 20 November 2007

SUDAN/SOUDAN

English / Français

 

Reporters Without Borders

Press release

 

20 November 2007

 

SUDAN

 

Two newspaper editors detained for refusing pay fine

 

Reporters Without Borders condemns the arrests on 18 November of Mahjoub Ourwa, the chairman of the independent, Arabic-language daily Al-Sudani, and Noureddine Madani, the newspaper’s editor, for refusing to pay a court-ordered fine for allegedly libelling the national intelligence service in a report about the arrests of four journalists.

 
 

“Imprisoning journalists for defaming the intelligence services is unfair and disproportionate, and does not redress the alleged wrong,” the press freedom organisation said. “In a democracy, a media regulatory body should be in charge of supervising the press, not the criminal justice system. These journalists, who were just doing their job, are subject to archaic laws whose overhaul is long overdue. The severity of the punishment is not only incomprehensible but also contrary to international standards on press freedom.”

 
 

A Khartoum court sentenced Ourwa and Madani on 17 November to a fine of 10,000 Sudanese pounds (3,500 euros) each or two months in prison in a libel suit brought by the national intelligence service over a report by Madani on 20 July about the arrests of four journalists (one of them employed by Al-Sudani).

 
 

The four journalists were arrested while trying to cover protests in the northern Kajbar region against the construction of a dam. Four people were killed in clashes between police and local residents during the demonstrations.

 
 

After Ourwa and Madani filed an appeal and refused the pay the fine, they were arrested and taken to Khartoum’s Obdurman prison “to allow them to reconsider the matter.” As appeals are not usually handled very quickly, they could remain there for at least a week. On 18 November, Al-Sudani‘s lawyers requested suspension of the sentence until the outcome of the appeal.

 
 

In May, Al-Sudani was temporarily closed by the government and Ourwa and Madani were jailed for three days as a result of a complaint by the justice minster.

 

 

————

 

SOUDAN

 

Deux journalistes en détention pour avoir refusé de payer une amende

 

Reporters sans frontières condamne le placement en détention, le 18 novembre 2007, de Mahjoub Ourwa et Noureddine Madani, respectivement président du conseil d’administration et rédacteur en chef du quotidien indépendant arabophone Al-Sudani, suite à leur refus de s’acquitter de l’amende à laquelle ils avaient été condamnés pour diffamation par un tribunal de Khartoum (est du pays).

 

 
 

 

“Incarcérer des journalistes qui auraient prétendument diffamé les services de renseignements est une décision injuste et disproportionnée, qui ne répare pas le préjudice subi. En démocratie, l’encadrement de la presse doit être laissé aux organes de régulation des médias et non à la justice pénale. Ces journalistes, qui ne faisaient que leur travail, sont soumis à des lois archaïques qu’il serait grand temps de réformer. Non seulement la sévérité de la peine est incompréhensible, mais elle est également contraire à tous les standards internationaux en matière de liberté de la presse,” a déclaré l’organisation.

 

 
 

 

Le 17 novembre 2007, Mahjoub Ourwa et Noureddine Madani ont été condamnés par un tribunal de Khartoum à verser une amende de 10 000 livres soudanaises chacun (soit 3500 euros), ou à faire deux mois de prison suite à une plainte pour diffamation déposée par les services de renseignements. Cette plainte intervenait après la publication d’un article de Noureddine Madani en date du 20 juillet 2007, relatant l’arrestation de quatre journalistes, dont un de la rédaction d’Al-Sudani, qui tentaient de couvrir, dans la région de Kajbar (nord du pays), des protestations autour de la construction d’un barrage. Au cours des manifestations, les heurts entre policiers et habitants avaient fait quatre morts.

 
 

 

Le deux journalistes ont interjeté appel et refusé de payer l’amende, à la suite de quoi ils ont été placés en détention et conduit à la prison Obdurman de Khartoum, pour leur “permettre de reconsidérer la question”. Les appels n’étant génaralement pas traités rapidement, Mahjoub Ourwa et Noureddine Madani pourraient y rester au moins une semaine. Les avocats du quotidien Al-Sudani ont demandé, le 19 novembre 2007, la suspension de la peine jusqu’au traitement de l’appel par la justice.

 
 

 

Al-Sudani avait déjà fait l’objet, en mai 2007, d’une suspension décidée par le gouvernement, suite à une plainte du ministre de la justice. Deux journalistes avaient alors été incarcérés pendant trois jours.

 


Categories

%d bloggers like this: