Posted by: APO | 25 October 2007

NIGERIA

English / Français

 

Reporters Without Borders

Press release

 

25 October 2007

 

NIGERIA

 

Journalists harassed by governor of northern state

 

Reporters Without Borders is outraged by the way governor Ali Modu Sheriff of the northern state of Borno has hounded journalists for the past 10 days. After criticising his lavish spending, James Garuba of the Tribune, Michael Olabode of This day, another privately-owned daily, and several other reporters were arrested twice last week by the State Security Service, the main domestic intelligence agency, and then placed under its daily control.

 

“Such autocratic behaviour on the part of a governor is a disturbing sign for democracy in Nigeria,” the press freedom organisation said. “It is intolerable that provincial authorities can do as they wish with journalists and that the SSS carries out their dirty work. The despotic excesses of certain governors must stop obstructing press freedom.”

 

SSS operatives raided a series of newspapers on 15 October and took Garuba, Olabode and several other journalists to their Borno state headquarters for writing about Sheriff’s decision to spend more than 1.2 million naira (about 6,000 euros) on gifts for his supporters for Ramadan and criticising it as wasteful in a largely under-developed state.

 

The SSS repeated the raids a few days later, again making forcing the journalist to accompany them. “There were held for several hours” and were “made to write statements explaining how they got wind of the affair,” said Abubakar Haruna, the Borno correspondent of the privately-owned Daily Independent. They were finally released, but on the condition that they report to SSS headquarters every day.

 

———-

 

NIGERIA

 

Plusieurs journalistes harcelés par le gouverneur d’un État du Nord

 

Reporters sans frontières est scandalisée par la persécution dont sont victimes plusieurs journalistes, depuis la semaine dernière, de la part du gouverneur de l’État de Borno (Nord), Ali Modu Sherrif. James Garuba, du quotidien privé Tribune, Michael Olabode du quotidien privé This day, ainsi que plusieurs autres collègues ont été interpellés deux fois de suite et placés sous contrôle judiciaire par les services de renseignements intérieurs, le State Security Service (SSS), au cours de la semaine du 15 octobre, après avoir évoqué dans leurs journaux les dépenses somptuaires de l’élu. 

 

“Ce comportement autocratique de la part du gouverneur est un signe inquiétant pour la démocratie au Nigeria. Il n’est pas tolérable que les autorités provinciales soumettent les journalistes à leur bon vouloir et que les services de renseignements du SSS exécutent leurs basses oeuvres. Ces accès despotiques de certains gouverneurs locaux ne doivent plus entraver la liberté de la presse”, a déclaré l’organisation.

 

Le 15 octobre 2007, des agents du SSS ont fait irruption dans différentes rédactions et ont forcé James Garuba, Michael Olabode, ainsi que plusieurs autres journalistes à les suivre jusqu’à leur quartier général de l’État de Borno. Il était reproché aux interpellés d’avoir évoqué la décision du gouverneur Ali Modu Sherrif d’avoir dépensé plus de 1,2 milliard de nairas (environ sept millions d’euros) en cadeaux pour ses sympathisants à l’occasion du Ramadan et d’avoir qualifié cette initiative de “gaspillage” pour un État largement sous-développé.

 

Quelques jours plus tard, les hommes du SSS ont réitéré l’opération et de nouveau forcé les journalistes à les suivre. “Ils ont été retenus pendant plusieurs heures” au quartier général de l’État et ont été “contraints de rédiger des déclarations expliquant comment ils avaient eu vent de l’affaire”, a expliqué Abubakar Haruna, correspondant dans l’État de Borno du quotidien privé Daily Independent. Ils ont finalement été relâchés, mais à condition de venir se présenter au quartier général du SSS chaque jour.


Categories

%d bloggers like this: