Posted by: APO | 23 October 2007

République démocratique du Congo

République démocratique du Congo:

la situation de la population civile au Nord-Kivu est de plus en plus préoccupante

 
 

22 octobre 2007

 
 

 
 

Contexte / situation humanitaire

 
 

 
 

        Il y a environ deux semaines, une reprise des affrontements dans les territoires de Masisi et Rutshuru a mis fin à la trêve fragile qui avait été conclue le 6 septembre 2007. La situation est de plus en plus préoccupante pour la population civile, qui non seulement souffre des conséquences directes des combats, mais se trouve également dans une situation économique critique qui pourrait se détériorer encore, ce qui aurait des conséquences à long terme pour toute la province.

 
 

        Les violents affrontements de ces dernières semaines ont provoqué un afflux important de nouveaux blessés dans les structures de santé de Goma, Masisi, Machumbi, Kitchanga, Rutshuru et Nyamilima. Par ailleurs, on a signalé de nombreux cas graves d’exactions commises par des porteurs d’armes à l’encontre de la population civile — viols, importants pillages de récoltes, vols de bétail, recrutements forcés de mineurs et d’adultes.

 
 

        À titre préventif ou parfois à la suite de combats, la population des zones touchées se déplace massivement vers des localités jugées plus sûres, mais qui ont de plus en plus de mal à absorber les nouvelles arrivées (Goma, Masisi, Minova, Nyanzale, Kitchanga, Kalembe, ou Rugari dans le territoire de Rutshuru). Concernant Goma, des déplacés continuent d’arriver dans la zone de Mugunga, augmentant ainsi le nombre de déplacés déjà présents sur les sites de Mugunga 1 et 2, Bulengo et Lac Vert.

 
 

        Les organisations humanitaires estiment à 64 000 le nombre de familles déplacées sur l’ensemble de la province du Nord-Kivu depuis septembre 2007.

 
 

        La volatilité de la situation de sécurité réduit les possibilités d’action des acteurs humanitaires auprès des victimes. Ainsi, beaucoup d’axes à partir de Goma demeurent trop instables pour qu’il soit possible d’évaluer la situation humanitaire prévalant dans cette région. Le CICR a néanmoins pu effectuer des sorties à Nyanzale, Nyamilima, Mushaki et Kitchanga afin d’apporter une aide d’urgence aux blessés, de visiter des détenus et d’évaluer la situation humanitaire. Des équipes CICR du Sud-Kivu ont également pu se rendre sur l’axe Nyabibwe – Minova, à cheval sur les deux provinces.

 
 

 
 

 
 

Réponse du Comité international de la Croix-Rouge

 
 

 
 

Prévention :
des rencontres ont été organisées avec les différentes parties au conflit afin de leur rappeler l’obligation qui leur incombe de respecter les dispositions du droit international humanitaire. Un spot radio est diffusé régulièrement, appelant toutes les parties au conflit à respecter la vie et l’intégrité des populations civiles, des blessés ou des personnes capturées en relation avec le conflit, et également de protéger les infrastructures indispensables à la survie de la population et de faciliter l’accès et le travail des organisations humanitaires venant assister les victimes.

 
 

Assistance médicale : 10 structures de santé à Goma, Kitchanga, Masisi (par l’intermédiaire de MSF Belgique pour cette dernière structure), Mushaki, Nyamilima, Pinga Nyanzale et Minova ont reçu une assistance médicale du CICR. Deux chirurgiens du CICR prêtent leur concours aux médecins pour traiter les cas les plus graves. Les structures recevant des cas graves sont encouragées à évacuer leurs blessés sur les hôpitaux de Goma (Katindo et Heal Africa).

 
 

        Hôpital militaire Katindo de Goma

o       Soutien en médicaments et matériel médical

o       Soutien des chirurgiens du CICR

o       Séances de physiothérapie par un physiothérapeute du CICR

o       Soutien pour l’approvisionnement en eau du bloc opératoire, de la maternité et du laboratoire d’analyse

o       Mesures visant à renforcer l’hygiène, dont une distribution de chlore

 
 

        Centre de santé de la CBK à Kitchanga et centre de santé de Mushaki

o       Soutien continu en médicaments et matériel médical

o       Soutien des chirurgiens du CICR

 
 

        Deux centres de santé de Nyanzale, centre de santé de Pinga

o       Remise d’un kit médical de base et d’un kit de matériel de pansement à chacune des structures de Nyanzale

o       Remise d’un kit médical de base au centre de santé de Pinga ainsi qu’à la zone de santé.

 
 

        Hôpitaux de Masisi, de Nyamilima, de Minova et hôpital Heal Africa (Goma),

o       Remise de kits pour traiter les blessés de guerre

 
 

Victimes de violences sexuelles : soutien à la Croix-Rouge de la République démocratique du Congo (RDC) pour une prise en charge psychosociale des victimes de violences sexuelles et pour renforcer la prise en charge médicale dans les délais nécessaires sur les sites de déplacés de Mugunga 1 et Lac Vert.

 
 

À Kalehe et Minova, où arrivent une partie des déplacés du Nord-Kivu, le CICR a apporté une aide en médicaments destinée aux victimes de violences sexuelles.

 
 

Assistance en biens de première nécessité : la Croix-Rouge de la RDC a organisé le 30 septembre 2007, avec le soutien du CICR, une distribution d’articles de première nécessité (couvertures, nattes, savons et seaux) en faveur de plus de 1 000 personnes déplacées sur le site de Mugunga.

 
 

 
 

 
 

Protection des personnes privées de liberté : les délégués du CICR ont poursuivi les visites aux personnes arrêtées en relation avec le conflit par les différentes parties. Des démarches ont été entreprises auprès des autorités concernées afin d’avoir accès à toutes ces personnes sur l’ensemble de la province.

 
 

 
 

Le CICR reste extrêmement préoccupé par les exactions commises par des porteurs d’armes à l’encontre de la population civile, notamment le pillage, le recrutement forcé et le viol, ainsi que par le manque d’accès aux zones les plus gravement touchées, qui rend difficile de répondre aux besoins des populations.

 
 


Categories

%d bloggers like this: