Posted by: APO | 20 February 2013

WaterAid: 6,7 millions de Nigériens additionnels sans accès à l’assainissement par rapport à 1990


WaterAid: 6,7 millions de Nigériens additionnels sans accès à l’assainissement par rapport à 1990

LONDRES, Royaume-Uni, 20 février 2013/African Press Organization (APO)/ Un nouveau rapport de l’organisation caritative internationale WaterAid (http://www.wateraid.org) a révélé que le Gouvernement du Niger ne parvient pas à tenir ses promesses sur le financement de l’assainissement. Le rapport avertit que faute d’accroitre les investissements, les défis comme l’urbanisation, l’inégalité d’accès, le changement climatique et la croissance démographique risquent de compromettre les efforts déjà consentis.

Logo: http://www.photos.apo-opa.com/plog-content/images/apo/logos/wateraid.jpg

Entre 1990 et 2010, la population du Niger a connu une augmentation de 7,7 millions d’habitant mais seulement 1 million de personnes ont accès à un système d’assainissement sain au cours de la même période. Autrement dit, sur les 15,5 millions d’habitants, ce sont au total 14,1 millions (soit 91% de la population) qui n’ont pas accès à des toilettes sécurisées. 6% se partagent les latrines et la défécation à l’air libre concerne 79% de personnes.

Le rapport intitulé Keeping promises: why African leaders need now to deliver on their past water and sanitation commitments se fonde sur les chiffres spécifiques des gouvernements pour démontrer que le financement de l’assainissement n’a été à la hauteur de des engagements pris.

Le Niger est signataire de la déclaration de eThekwini de l’Union africaine en 2008 (4) engageant ainsi le gouvernement à consacrer chaque année seulement au moins 0,5 % de son PIB à l’assainissement. Or, entre 2007 et 2010, le Niger a investi en moyenne 0,89 % de son PIB (soit 19,7 milliards de francs CFA) (3) dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement combinés.

S’il est vrai que ce chiffre cumulé ne permet pas de savoir le niveau exact de dépenses de l’Etat sur chaque sous-secteur, il est à croire que le gouvernement du Niger ne pourra pas respecter son engagement d’eThekwini.

Le rapport de WaterAid appelle le Gouvernement du Niger ainsi que les autres gouvernements africains, à non seulement respecter les engagements d’eThekwini (investir 0,5% de leurs PIB) mais aussi chercher à dépasser ce seuil avec au moins 1% des PIB dans l’assainissement et l’hygiène, conformément aux recommandations d’un rapport de la Banque mondiale en 2011(5).

Par ailleurs, le rapport fait ressortir des chiffres de la Banque mondiale qui démontrent que les mauvaises conditions d’assainissement coûtent actuellement au Niger 2,4 % de son PIB par an, soit 71,8 milliards de francs CFA (6). Ce chiffre représente deux fois et demi le montant annuel moyen dépensé pour améliorer l’accès tant à l’eau qu’à l’assainissement (7).

Hamani Oumarou, représentant national de WaterAid au Niger nous a confié que:

Les Nigériens perdent annuellement 2,2 milliards d’heures à la recherche d’un endroit pour aller aux toilettes, sans oublier que ces mauvaises conditions d’hygiène comportent des risques de maladies et engendrent des couts de soins.

D’une manière générale, le Niger perd 71,8 milliards de francs CFA par an du fait de cette situation. Il est donc temps pour le gouvernement de respecter ses engagements financiers sur l’assainissement en vue de mettre fin à la pauvreté liée au manque d’eau et d’assainissement avec son corollaire sur la santé, les moyens de subsistance et les pertes en vies humaines».

Cinq ans plus tard, on enregistre peu de progrès en termes de lignes budgétaires spécifiques dédiées aux dépenses sur l’eau et l’assainissement qui pourtant constitue un autre engagement majeur de la Déclaration de eThekwini pour améliorer la reddition de comptes et le suivi des progrès accomplis.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour WaterAid.

Notes aux rédacteurs :

Contact pour les médias

-    Niger : Hamani Oumarou, responsable pays de WaterAid au Niger, HamaniOumarou@wateraid.org, 00227 20 32 01 76

-    Royaume-Uni : Hratche Koundarjian, chargé des relations avec les médias, hratchekoundarjian@wateraid.org, +44 (0)207 793 4909, +44 (0)7905 911 039.

Notes

(1)    Le rapport sur Keeping promises: why African leaders need now to deliver on their past water and sanitation commitments est disponible par voie électronique: consulter l’adresse suivante: http://dev.wateraid.org/documents/wash_synthesis_report_french.pdf

(2)    Rapport actualisé 2012 sur le Programme se suivi conjoint OMS/UNICEF: http://www.wssinfo.org/fileadmin/user_upload/resources/JMP-report-2012-en.pdf

(3)    Keeping promises, WaterAid, 2013.

(4)    Déclaration eThekwini et Plan d’action AfricaSan, Union Africaine et AfricaSan, 2008 : http://www.wsp.org/UserFiles/file/eThekwiniAfricaSan.pdf

(5)    Africa’s Water and Sanitation Infrastructure Access, Affordability, and Alternatives, Banque mondiale, 2011: https://openknowledge.worldbank.org/bitstream/handle/10986/2276/608040PUB0Afri10Box358332B01PUBLIC1.pdf?sequence=1

(6)    Impacts économiques d’un mauvais assainissement en Afrique, Niger, Banque mondiale, Programme pour l’eau et l’assainissement, 2012 : http://www.wsp.org/sites/wsp.org/files/publications/WSP-ESI-niger-french-brochure.pdf

(7)    Keeping promises, WaterAid, 2013.

SOURCE

WaterAid


Categories

%d bloggers like this: